PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
   PC de montagne oublié
   Le secteur des Dranses
   Le secteur nord
   Le Valais
   Le nœud routier de Martigny
   Concept défensif
   Articulation du dispositif
   L'axe transalpin du Gd-St-Bernard
   Le verrou de Saint-Maurice
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[v6]           

  Le verrou de Saint-Maurice [82]

Le défilé de Saint-Maurice est l'unique débouché naturel de la haute vallée du Rhône. C'est un point de passage obligé pour entrer ou sortir du Valais et le seul accès conduisant vers le cœur du Réduit alpin depuis l'ouest.

A ce titre, il constitue une position de barrage idéale pour verrouiller la haute vallée du Rhône et interdire toute pénétration vers le Valais. Il contrôle non seulement la ligne ferroviaire internationale du Simplon mais également les axes routiers du Grand-Saint-Bernard et du Simplon qui sont les seules transversales alpines de Suisse occidentale. L'importance de ce verrou stratégique est soulignée par le fait qu'il n'existe aucune autre passage possible entre le Petit-Saint-Bernard à l'ouest et le Saint-Gothard à l'est.

Le défilé correspond à un verrou glaciaire formé par un affleurement plus dur qui a résisté à l'abrasion du glacier du Rhône et qui barre la vallée de part en part. Le côté gauche de ce verrou correspond à la falaise verticale de Saint-Maurice tandis que la partie droite est fermée par la colline de Chiêtres et par le promontoire de Savatan - Dailly.

Ce goulet d'étranglement est si resserré que le fleuve occupe tout l'espace de la cluse. Il a fallu non seulement entailler le roc pour élargir le défilé mais construire des ponts, des viaducs et des tunnels pour permettre le passage du chemin de fer, de la route et de l'autoroute…

Le verrou est directement défendu par la forteresse de Saint-Maurice qui concentre une incroyable puissance de feu et qui forme l'un des 3 môles du système de défense helvétique, avec la forteresse du Gothard (au centre du pays) et celle de Sargans, à l'est, sur la vallée du Rhin...

 
 

Le verrou de Saint-Maurice dans l'histoire

L'importance stratégique de la position n'échappe pas aux Romains qui installent au défilé d'Acaunum (Saint-Maurice) une garnison et un poste de péage sur la voie romaine du Mont-Joux (col du Gd-St-Bernard), de façon à contrôler le commerce transalpin et à sécuriser cette importante artère de communication reliant l'Europe méditerranéenne à la Gaule et à la partie septentrionale de l'Empire. Vers 274 apr. J.-C., les légions romaines repoussent dans le défilé une incursion germanique des Allamans qui ravagent l'Helvétie et l'est de la Gaule, protégeant ainsi le Valais qui devient un territoire refuge où affluent les familles sénatoriales et patriciennes en mal de sécurité. Vers 280, une légion thébaine (levée à Thèbes en Egypte), commandée par le futur Saint-Maurice et constituée de soldats de confession chrétienne, y est décimée pour avoir refusé d'honorer l'empereur et de procéder aux sacrifices d'usage. En 514, Sigismond, roi des Burgondes, peuple germanique installé en Suisse romande, y fait élever un monastère sur le tombeau du saint martyre, de façon à faire de Saint-Maurice la métropole religieuse de son royaume fédéré.

Au Haut Moyen Age, c'est une incursion des Lombards venus d'Italie du Nord par le col du Grand-Saint-Bernard qui est arrêtée par les Francs en 574 dans une bataille près de Bex. En 940, la vénérable abbaye constituée sur le tombeau de Saint-Maurice est saccagée et incendiée par les Sarrasins qui contrôlent alors les principaux passages des Alpes occidentales, dont le Grand-Saint-Bernard.

A la fin du Moyen Age, les Valaisans édifient dans le défilé un château pour contrôler la cluse et le pont de pierre qui enjambe le fleuve. Il subsiste toujours actuellement.

En 1831, c'est encore à Saint-Maurice que sont édifiées les premières fortifications érigées par la Confédération suisse, sous l'égide du général Henri Dufour. Elles seront complétées et renforcées en 1859 et par la suite. Dès la fin du 19ème siècle, c'est Saint-Maurice et non pas le carrefour de Martigny qui est choisi pour édifier la forteresse chargée de verrouiller le passage des Alpes. Ces fortifications, noyaux de la forteresse de Saint-Maurice, ne cesseront d'être renforcées tout au long du 20ème siècle pour aboutir à la concentration actuelle, l'une des plus fortes de Suisse et d'Europe. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si on compare souvent le complexe de Savatan-Dailly aux puissantes fortifications du rocher de Gibraltar…

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017