PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
      Ouvrage Maginot de l'Agaisen - Sostel - Alpes maritimes - France
      Ouvrage Maginot de Gordolon (petit ouvrage d’artillerie) - Alpes-Maritimes (France)
      Ouvrage d’artillerie Maginot de Restefond, 2733 m altitude (Alpes de Haute-Provence/Alpes maritimes)
      Le château de Hohlandsbourg (Alsace) - France
      Pegasus Bridge (Normandie)
      Fort d’Uxegney – Vosges - France
      Ouvrage du Fort Séré de Rivière Gondran C (Briançon)
      Pont métallique américain sur la Meuse à Vacherauville
      Monumentaux morts "Les Veilleurs de la Paix" – Haudinville (Meuse)
      Poste de commandement du Kronprinz Rupprecht de Bavière près de Varennes en Argonne
      Monument américain de Montfaucon (Meuse)
      Fort de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Ossuaire de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Fort de Troyon – Une page d’histoire oubliée - Meuse
      "Dombunker" pour canons de campagne allemands – Mangienne/Meuse
      Les Eparges – Meuse
      Ouvrage CFZ 48 (deuxième ligne de la ligne Maginot) à Azannes (Meuse)
      Char Sherman sur la place de Montfaucon
      Canon de 155 Long modèle 1877 (de Bange)
      Camp allemand de Marguerre (Meuse)
      Montmédy, Musée de la fortification
      Montmédy, l’autre place forte de la Meuse
      Le canon allemand« Max de 380 mm de Duzey (Verdun)
      Monument de Pensylvanie - 1914-1918 – Varennes (France)
      Ouvrage Maginot de Fermont
      Bois des Caures (Verdun)
      Mémorial de Verdun
      Coupole d'Helfaut-Wizernes
      La butte de Vauquois (Meuse)
      Fort de Jouy-sous-les-côtes (Toul)
      Fort du Mont Saint Michel (Toul)
      Ouvrage de la Ferté (Ardennes)
      La batterie de l'Eperon (Toul)
      Barrage rapide de Montgenèvre
      Corps de garde côtier de Roscavel (Bretagne)
      Fort l'Ecluse, Département de l’Ain
      L’escalier à l’épreuve du Fort de l’Ecluse
      Fort du Larmont supérieur
      Fort du Larmont inférieur
      La redoute de Berwick
      Fort des Rousses (Jura)
      Fort Boyard (Charente-Maritime)
      Le Fort de Sainte-Agnès (Alpes Maritimes)
      Château de Pierrefonds (département de l’Oise au nord-est de Paris)
      Oradour-sur-Glane, village martyr
      Fort Libéria - L'extérieur
      Fort Libéria - L'intérieur
      Citadelle de Besançon
      Retranchement du Chauffaud
      Fort Lupin
      Fontaine Lupin
      Souterrains de la montagne du Roule
      Barrière de l’Esseillon
      Fort Liédot
      Fort de la rade à l'Ile d'Aix
      Bastion de Menton
      Le fort d'Ambleteuse
      L'ouvrage des Granges communes
      Batterie des Caurres
      L'abri du col de Restefond
      Fort du Truc
      Platte (blockhaus de la)
      Ouvrage de Roche-la-Croix
      Le château de Collioure II
      Le château de Collioure I
      Citadelle de Mont-Louis
      Forteresse de Salses
      La cité de Carcassonne
      Villefranche-de-Conflent
      Le fort Lagarde
      Le fort de Bellegarde
      Le fort du Sapey
      Tourelle Mougin
      Fort du Barbonnet
      Le fort de Montperché
      Fort Les Bancs
      Le fort de Pierre Châtel
      Fort Nieulay
      Ouvrage Saint Gobain
      Fort Joubet
      Château-Queyras
      Le fort de Tournoux
      Seyne-les-Alpes
      Redoute de Berwick
      Restefond
      Saint Ours Haut
      Saint Ours Bas
      Col de la Bonnette
      Vallée de la Tinée
      Haute Ubaye
      Ouvrage du Hackenberg
      Ouvrage du Hackenberg dans la tourmente
      Charvonnex
      Citadelle de Bitche
      Four à Chaux
      Fort du Télégraphe
      Les citadelles du vertige
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[v45]           

  Ville fortifiée de Villefranche-de-Conflent

Origine de la ville

La ville de Villefranche de Conflent fut créée en 1095 par Guillaume-Raymond, comte de Cerdagne, petit-fils du comte Guifred, le fondateur de Saint Martin du Canigou. On lui adjoint un commandement militaire, car sa situation encaissée lui permettait de barrer la route de la Cerdagne aux invasions toujours menaçantes des sarrasins. Déjà à l'époque le système défensif avait été étudié, la ville était surveillée par un système de tours et surtout doté d'un épais rempart.

Villefranche durant le Moyen-Age

En 1117 par le jeu des héritages, le Conflent et la Cerdagne passent aux mains des Comtes de Barcelone, dont le dernier devient roi d'Aragon. Cette année là la ville reçoit le siège de la Viguerie et le Tribunal. En 1263 le roi ordonna la construction de 3 ponts de façon à faciliter l'accès à la ville. Les années qui suivirent marquent l'apogée de la ville. Les remparts ont été consolidés par les souverains aragonais, puis un peu plus tard par Ferdinand V roi d'Espagne. L'histoire de Villefranche de Conflent bascule en 1344. Jacques III de Majorque, maître du Roussillon, du Conflent et de la Cerdagne (ces trois régions étaient incluses dans le royaume de Majorque) se fait ravir son royaume par Pierre IV d'Aragon son rival. Le Conflent est alors remis sous gouvernement aragonais. Mais sans abdiquer pour autant, Jacques III remonte une armée et traverse le Conflent, tentant de renverser les villes perdues. Il faut dire que Villefranche, tout comme les autres villages, était en faveur de Jacques III qui les années auparavant leur avait laissé une grande liberté. La ville s'ouvrit donc à son ancien roi, mais ce fut de courte durée : Défait à nouveau, Jacques III s'enfuit en France. Les villes repassèrent sous le contrôle de Pierre IV qui réprimanda fortement la population. En 1377 un autre évènement survint. L'infant Jacques, prétendant à la couronne d'Aragon monte une expédition contre le Roussillon et remonte la vallée de la Têt. Là encore Villefranche accueille à bras ouvert ce nouveau conquérant, la population laissant tomber la faible garnison du roi d'Aragon présente dans les enceintes. Mais l'insurrection fut de courte durée également et Bernard de So, comte de Conat et le plus puissant des seigneurs locaux eu pour charge de punir cette ville deux fois rebelle. Une nouvelle bataille livrée le 5 juillet 1654 se conclue par la reprise de la ville par les français. La population, hostile aux français comme la plupart des villages de la région, n'a pas accepté sa condition. Il y eu successivement la révolte des Miquelets, puis la Conspiration de Villefranche (en 1674) qui ralluma la guerre en Catalogne et amène Vauban à fortifier la région. Ce fut à cette occasion que fut construit le Fort Libéria.

La période révolutionnaire fut assez violente à Villefranche. Il faut savoir que la ville hébergeait deux édifices religieux important, construits à l'époque romane : le couvent St François et le campo santo St Paul (un campo santo, "champ saint" en français, était un cimetière particulier dont un seul exemplaire nous est parvenu : celui de Perpignan) A l'occasion de la révolution ces deux bâtiments furent détruits, et les pierres furent disséminées un peu partout dans la ville. Ainsi des travaux récents dans la cour de l'ancien hôpital militaire permirent de trouver un chapiteau et une base de colonne, réutilisés sur des portes cochères. Durant la guerre franco-espagnole de 1793, la ville fut conquise par l'Espagne, mais pour quelques jours seulement. A ce sujet, vous pouvez consulter l'histoire de cette guerre ici. La ville perdit son importance au XVIIIe siècle et son déclin fut accéléré par le transfert de la viguerie à Prades en 1773. Au début du siècle, Villefranche était un village relativement petit. Il était enclavé dans le creux de la vallée de la Têt et servait de villages de repos aux voyageurs allant de la Cerdagne à la plaine. Afin de désenclaver la Cerdagne, il fut décidé de construire un train reliant Villefranche à Latour de Carol. La gare de Villefranche de ce que l'on appela par la suite le petit train jaune fut construite en 1904, elle fut l'une des premières a être bâti. Les moyens de transport allant croissant, la route menant en Cerdagne fut construite vers la fin du XIXe siècle. Cette route, dangeureuse, était le siège de nombreux accident. Villefranche garde le souvenir de celui de la diligence du 11 septembre 1907, qui versa dans la Têt à hauteur de la ville, mais sans qu'il y eu beaucoup de blessés heureusement.

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017