PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
   Les armes V
      V1
         Concept général
         Les précurseurs du V1
         Origines
         Développement
         Mise au point
         Essais de tir
         Perfectionnements
         Modèles
         Désignations
         Cellule
         Voilure
         Loch
         Compas magnétique
         Ogive tactique
         Charge explosive
         Détonateurs
         Carburant
         Air comprimé
         Altimètre
         Pilote automatique
         Gyropilote
         Gyroscopes auxilliaires
         Compteur
         Winkelschuss
         Mise en piqué
         Radiorepérage
         Radioguidage
         Propulsion
         Pulsoréacteur
         Fonctionnement
      V1 Hückepack
      V2
      V3
      Bombe atomique allemande
   Bases secrètes du IIIe Reich
   Les avions à réaction du IIIe Reich
   Les avions fusées du IIIe Reich
   Les intercepteurs-fusées du Reich
   Missiles du IIIe Reich
   Les mistel
   Les VTOL du IIIe Reich
   Les Panzers du diable
   Armes spéciales
   Secrets du IIIe Reich
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[v41]           

  Le V1 - Fonctionnement du pulsoréacteur [23]

En schématisant, le fonctionnement du pulsoréacteur est le suivant :

  1. Sous l’effet de la vitesse du V1, l’air aspiré par l’entrée frontale est canalisé par le diffuseur qui le comprime contre la grille de l’obturateur.
  2. La pression ainsi exercée sur les clapets d’admission de la grille provoque l’ouverture des ressorts lamellaires qui sont rabattus vers l’arrière, permettant ainsi à l’air de pénétrer dans la chambre de combustion.
  3. En s’engouffrant à travers la grille, l’air vaporise le kérosène injecté par les buses situées sur la face arrière de l’obturateur et se mélange intimement à lui dans la chambre de combustion.
  4. Le mélange détonant ainsi formé explose spontanément au contact des parois, chauffées au rouge par les explosions précédentes.
  5. L’onde de choc engendrée par la détonation rabat brutalement vers l’avant les ressorts lamellaires des clapets, fermant ainsi la grille de l’obturateur. Cela interrompt l’admission d’air et empêche les gaz de s’échapper vers l’avant.
  6. Sous l’effet de la surpression, les gaz de combustion se dilatent violemment vers l’arrière et s’engouffrent dans le détendeur dont la forme tronconique convergente augmente encore leur vitesse (réduction progressive du diamètre tubulaire accroissant la compression des gaz).
  7. Chassés avec force, les gaz brûlants se détendent à grande vitesse à travers la tuyère et sont violemment éjectés au bout du long manchon, produisant une flamme d’environ 3 m de longueur à l’arrière du V1. En prenant appui sur l’air ambiant, la poussée de 335 kg provoque un effet de réaction qui propulse le V1 vers l’avant.
  8. L’éjection brutale du flux gazeux provoque une baisse instantanée de la pression dans la chambre de combustion, créant ainsi une dépression. L’effet de vide engendre un violent appel d’air qui, par aspiration, provoque automatiquement l’ouverture des clapets de l’obturateur sous la pression de l’air aspiré à l’avant.

Un nouveau cycle s’amorce alors et le processus se répète ainsi entre 45 et 50 fois par minute, jusqu’au moment de la chute de l’engin.

 
 

SOURCES :

Yannick Delefosse, "V1 ARME DU DÉSESPOIR", Editions Lela Presse. Collection Histoire de l’aviation n°18. 2006.
Laurent Bailleul, LES SITES V1 EN FLANDRES ET EN ARTOIS", 2000.
Roland Hautefeuille, "CONSTRUCTIONS SPÉCIALES", 2e édition, 1995.

Pour en savoir plus sur le V1 ou si vous voulez acheter l’excellent livre très fouillé et richement documenté écrit par Yannick Delefosse sur le V1, nous vous conseillons le site internet de Yannick Delefosse : http://v1armedudesespoir.free.fr/

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017