SITE

Nous travaillons activement pour que le nouveau site internet de FORT LITROZ soit bientôt sur vos écrans. Nous avons encore du travail à faire, mais vous ne serez pas déçu. Un peu de patience....
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
   Les armes V
      V1
         Concept général
         Les précurseurs du V1
         Origines
         Développement
         Mise au point
         Essais de tir
         Perfectionnements
         Modèles
         Désignations
         Cellule
         Voilure
         Loch
         Compas magnétique
         Ogive tactique
         Charge explosive
         Détonateurs
         Carburant
         Air comprimé
         Altimètre
         Pilote automatique
         Gyropilote
         Gyroscopes auxilliaires
         Compteur
         Winkelschuss
         Mise en piqué
         Radiorepérage
         Radioguidage
         Propulsion
         Pulsoréacteur
         Fonctionnement
      V1 Hückepack
      V2
      V3
      Bombe atomique allemande
   Bases secrètes du IIIe Reich
   Les avions à réaction du IIIe Reich
   Les avions fusées du IIIe Reich
   Les intercepteurs-fusées du Reich
   Missiles du IIIe Reich
   Les mistel
   Les VTOL du IIIe Reich
   Les Panzers du diable
   Armes spéciales
   Secrets du IIIe Reich
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[v11]           

  Les origines du V1 [1]

Le projet « ERFURT »

24 avril 1930L'Allemand Paul Schmidt, ingénieur en dynamique des fluides, dépose un brevet pour un pulsoréacteur baptisé SR 500, développant 450 kg de poussée. Il obtient aussitôt l'aide financière du DEUTSCHE VERSUCHSANSTALT FÜR LUFTFAHRT (DVL) pour développer un projet de torpille volante de 7,15 m de longueur, 3,12 m d'envergure, capable de voler à 800 km/h.
1930 - 1939Les recherches de Paul Schmidt sur le pulsoréacteur progressent à grands pas mais son projet de torpille volante n'aboutit pas. L'idée est reprise par l'équipe de recherches de ARGUS MOTOREN Gmbh de Berlin, qui travaille elle aussi au développement d'un pulsoréacteur susceptible d'atteindre 700 km/h, sous la direction des ingénieurs Fritz Gossau et Günther Diedrich.
1939Pour résoudre l'épineux problème de la maîtrise et de la canalisation de l'énorme puissance fournie par leur pulsoréacteur, ARGUS décide finalement d'intégrer le professeur Schmidt à l'équipe de recherches de Fritz Gossau et Günther Diedrich.
9 sept. 1939ARGUS présente au Reichsluftfahrtministerium (RLM) un projet de torpille volante dans le cadre du programme ARGUS FERNFEUER (tir à distance). L'engin, baptisé simplement LUFTTORPEDO, est prévu avec 3 variantes: Les versions 1 et 2 projetées devraient être équipées d'une hélice développant 500 ch à 5 000 mètres, capable d'emporter une charge de 1 tonne à une vitesse de croisière espérée de 700 km/h. La version 3 serait munie d'un pulsoréacteur type As 410 fournissant 150 kg de poussée pour une vitesse espérée de 750 km/h. Le guidage de la bombe se ferait, pour les 3 versions, à partir d'un avion d'accompagnement développé dans ce but par la firme ARADO. Le déclenchement de la guerre en mai 1940 mit un terme à ce projet, vu les nouvelles priorités.
Mai 1940Le déclenchement de la seconde guerre mondiale entraîne l'abandon du projet « ERFURT », vu les nouvelles priorités dictées par les nécessités militaires.

Le projet « ERFURT P.35»

Mai 1940Abandon du projet « ERFURT », vu les nouvelles priorités dictées par le déclenchement de la seconde guerre mondiale. La société ARGUS décide néanmoins de poursuivre le développement du pulsoréacteur prévu pour la torpille volante, afin d'en augmenter la puissance.
28 avril 1941Fonctionnement avec succès d'un premier pulsoréacteur de 120 kgp sous le ventre d'un biplan Gotha Go-145.
été 1941Les premières tentatives d'essai pour propulser des planeurs DFS 230 avec 2 pulsoéracteurs installés en tandem se heurtent au problème des vibrations causées à la cellule par le fonctionnement des pulsoréacteurs.
1941Pour concrétiser ses efforts, la société ARGUS MOTORWERKE décide de s'associer avec la firme FIESELER FLUGZEUGENBAU, de Kassel, en vue de proposer une version viable du projet avorté « ERFURT ». Le nouveau concept, baptisé projet « ERFURT P.35 » vise à concevoir une bombe volante capable d'emporter à 700 km/h une charge tactique de 1 tonne d'explosifs à 300 km de distance. Le dessin de la cellule et la conception de l'engin sont confié à l'ingénieur Robet Lusser, du bureau des projets de la société FIESELER. Il est prévu de tirer le missile au moyen d'une rampe de 25 mètres équipée d'une catapulte fournissant une accélération brutale de 15 G. Le projet initial prévoit une bombe radioguidée (la conception des instruments de radioguidage sont confiés à la firme LORENZ), mais devant les difficultés rencontrées, le projet est simplifié: au lieu d'être radioguidée, la bombe sera simplement équipée d'un pilote automatique, donc autoguidée…
27 juin 1941Un document du Reichsluftfahrtministerium, frappée du sceau du secret et signé par le maréchal Udet, présente une première ébauche de la bombe volante. Cette esquisse du projet « ERFURT P.35 » se distingue du futur V1 par des ailes fortement relevées en V et par un empennage doté de deux dérives verticales.
mars 1942ARGUS intensifie ses recherches commencée en 1940 pour parvenir à finaliser le pulsoréacteur destiné à propulser la torpille volante développée par FIESELER.
27 avril 1942Aboutissement final du projet « ERFURT P.35 » . Le concept définitif est propulsé par un pulsoréacteur As 109-014 développant une poussée de 350 kgp. L'engin est officiellement baptisé FIESELER Fi-103, d'après le nom du constructeur aéronautique de la cellule de la bombe volante, conformément au code de nomenclature pratiqué par la Luftwaffe. Il ne prendra le nom de V1 qu'en 1944, sur ordre direct de Hitler, après avoir été rebaptisé FLAKZIELGERÄT-76 (FZG-76) en 1943

 
 

SOURCES :

Yannick Delefosse, "V1 ARME DU DÉSESPOIR", Editions Lela Presse. Collection Histoire de l’aviation n°18. 2006.
Laurent Bailleul, LES SITES V1 EN FLANDRES ET EN ARTOIS", 2000.
Roland Hautefeuille, "CONSTRUCTIONS SPÉCIALES", 2e édition, 1995.

Pour en savoir plus sur le V1 ou si vous voulez acheter l’excellent livre très fouillé et richement documenté écrit par Yannick Delefosse sur le V1, nous vous conseillons le site internet de Yannick Delefosse : http://v1armedudesespoir.free.fr/

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017