PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
      Défilé 1 corps d'armée suisse - Aérodrome de Payerne - 1959(VIDEO)
      13'000 fortins militaires abandonnés(VIDEO)
      Base aérienne de Payerne - Meeting Air 14
      Divers véhicules blindés et tout-terrain testés par l'Armée suisse
      Démonstration de l’obusier blindés M109 à Lugano
      Protection civile Martigny - PC régional - Poste de commandement
      Musée de l'Armée - Bugdorf/Thun
      Démonstration du Bat de chars 17 (milice) sur la place d’arme de Bure
      La Suisse bombardée durant la seconde guerre mondiale
      Prototype d’un char équipé d’un canon de 15,5 cm - Suisse
      A92 – Abri-caverne – Scex du Doey
      Barricade antichars
      Le Château-fort de Saillon
      Le château de Beauregard
      Barricades et ouvrages minés
      Un bombardier s'écrase près de Sion
      Canons de DCA et ach
      Château de Montorge
      Château de la Bâtiaz
      La Suisse, objectif des Soviétiques
      Émetteurs de secours de la radio nationale
      Le système FLORAKO
      Remise du drapeau du BI 19 à Sion
      DEMOEX 08 - démonstr.d'une brigade blindée
      Bex Airshow 07
      Les châteaux de Bellinzone
      Base Bloodhound de Menzingen
      Infra QG 35 à Dailly
      Musée de l'artillerie à Morges
      Ccplm landwehr cp fus II/203
      La patrouille des glaciers
      Les chevaux du train
      Batterie de 7,5cm
      Air 04 de Payerne
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[t30]           

  Hommage aux troupes du train

Malgré la mécanisation et la motorisation des unités modernes, les troupes hippomobiles restent l'un des seuls moyens de transport vraiment adaptés à la haute montagne, avec l'héliportage. Passé une certaine altitude, il n'y a en effet plus d'accès aménagé et la seule possibilité de véhiculer matériel, armes, munitions et ravitaillement restent souvent le portage ou l'hélitreuillage, même à l'heure actuelle. Le recours au parachutage est évidemment toujours envisageable mais il présente le désavantage d'être ponctuel et aléatoire, les conditions météorologiques pouvant se dégrader très vite localement tout en étant souvent fort différentes près du sol par rapport aux valeurs mesurées en altitude. Un largage ne sert à rien si le matériel lâché, emporté par une rafale ou un rabattant, rate la crête à laquelle il était destiné et tombe dans le précipice ! L'appui considérable fourni par les troupes du train a donc toujours été apprécié à sa juste valeur par les troupes alpines du corps de montagne suisse (3e corps d'armée), dans la mesure où les chevaux et les " tringlots " sont plus fiables et moins dépendants de la météorologie que l'hélicoptère. Ils peuvent être engagés jusqu'en haute altitude dans le brouillard et la neige, dans les pires conditions de vent ou de blizzard, de jour comme de nuit, et passent là où aucun véhicule moderne ne pourrait s'aventurer! Les Marines américains l'ont d'ailleurs fort bien compris puisqu'ils ont créé, dans les années 1990, une unité hippomobile spéciale, destinée à être engagée dans les contrées montagneuses reculées et mal desservies, comme l'Afghanistan.

Ces chevaux étaient en outre de merveilleux compagnons qui partageaient les peines, les joies et les efforts des fusiliers de montagne suisses. Les fantassins appréciaient tout particulièrement leur chaleur animale lorsqu'il s'agissait de bivouaquer à la belle étoile dans le froid glacial de la montagne. Lorsqu'ils étaient engagés, ils se chargeaient des tâches les plus ardues, comme l'évacuation des blessés, l'acheminement des autocuiseurs et du ravitaillement vers les places de tir, ou encore le transport des lourdes munitions destinées aux pièces et aux armes d'unités. En hiver, on les utilisait pour faire la trace avec leur poitrail à travers la haute neige ou pour tirer les traîneaux et les luges chargés de matériel. A l'époque où il existait encore une artillerie de montagne, les canons de montagne de 7,5 cm étaient hissés en pièces détachées sur leurs dos, grâce à des bâts spéciaux, avant d'être remontés et mis en batterie sur les sommets… Ceux qui ont eu la chance de les côtoyer dans le cadre militaire savent de quoi je parle et combien l'ambiance pouvait être chaleureuse et " informelle " parmi ceux que l'on appelait amicalement " les tringlots ". Que de moments inoubliables passés en leur compagnie dans la magie de la montagne, à trimer ensemble sous l'effort ou à partager un moment de camaraderie au coin du feu, lors des bivouacs...

A côté des mulets (aujourd'hui disparus à l'échelon militaire), l'armée suisse utilise depuis le XIXe siècle, comme bête de somme ou de trait, des chevaux appartenant à la race indigène des Franches-Montagnes. Ces petits chevaux bais, dotés d'une crinière noire, sont d'une robustesse à toute épreuve et font preuve d'une endurance légendaire. Habitués à vivre dehors à l'année et par n'importe quel temps, ils résistent bien au froid, aux intempéries et aux rudes conditions de la haute montagne. Leur petite taille et leur pied très sûr leur permet en outre de s'aventurer sur les sentiers les plus étroits et de cheminer au-dessus du précipice sur les arêtes les plus vertigineuses, comme le prouvent les photos qui suivent… Ces images exceptionnelles ont été prises en arrière automne dans la région du Grand-Saint-Bernard, à l'occasion de transports en haute altitude pour ravitailler des cabanes militaires. Les chevaux engagés sont tous de la race des Franche-Montagnes. Les clichés ont été pris entre 2400 et 3000 m d'altitude, alors que la colonne de chevaux foule la neige fraîchement tombée la veille sur les sommets de la vallée d'Entremont. Les bêtes fument littéralement sous l'effet conjugué du froid glacial, de l'effort et du manque d'oxygène ; aux endroits les plus difficiles, les bâts raclent le rocher, les pattes frôlent le vide, les sabots patinent sur le sol verglacé tandis que les animaux s'arc-boutent pour compenser la très forte déclivité… mais ça passe !

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017