Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
      Ouvrage Maginot de l'Agaisen - Sostel - Alpes maritimes - France
      Ouvrage Maginot de Gordolon (petit ouvrage d’artillerie) - Alpes-Maritimes (France)
      Ouvrage d’artillerie Maginot de Restefond, 2733 m altitude (Alpes de Haute-Provence/Alpes maritimes)
      Le château de Hohlandsbourg (Alsace) - France
      Pegasus Bridge (Normandie)
      Fort d’Uxegney – Vosges - France
      Ouvrage du Fort Séré de Rivière Gondran C (Briançon)
      Pont métallique américain sur la Meuse à Vacherauville
      Monumentaux morts "Les Veilleurs de la Paix" – Haudinville (Meuse)
      Poste de commandement du Kronprinz Rupprecht de Bavière près de Varennes en Argonne
      Monument américain de Montfaucon (Meuse)
      Fort de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Ossuaire de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Fort de Troyon – Une page d’histoire oubliée - Meuse
      "Dombunker" pour canons de campagne allemands – Mangienne/Meuse
      Les Eparges – Meuse
      Ouvrage CFZ 48 (deuxième ligne de la ligne Maginot) à Azannes (Meuse)
      Char Sherman sur la place de Montfaucon
      Canon de 155 Long modèle 1877 (de Bange)
      Camp allemand de Marguerre (Meuse)
      Montmédy, Musée de la fortification
      Montmédy, l’autre place forte de la Meuse
      Le canon allemand« Max de 380 mm de Duzey (Verdun)
      Monument de Pensylvanie - 1914-1918 – Varennes (France)
      Ouvrage Maginot de Fermont
      Bois des Caures (Verdun)
      Mémorial de Verdun
      Coupole d'Helfaut-Wizernes
      La butte de Vauquois (Meuse)
      Fort de Jouy-sous-les-côtes (Toul)
      Fort du Mont Saint Michel (Toul)
      Ouvrage de la Ferté (Ardennes)
      La batterie de l'Eperon (Toul)
      Barrage rapide de Montgenèvre
      Corps de garde côtier de Roscavel (Bretagne)
      Fort l'Ecluse, Département de l’Ain
      L’escalier à l’épreuve du Fort de l’Ecluse
      Fort du Larmont supérieur
      Fort du Larmont inférieur
      La redoute de Berwick
      Fort des Rousses (Jura)
      Fort Boyard (Charente-Maritime)
      Le Fort de Sainte-Agnès (Alpes Maritimes)
      Château de Pierrefonds (département de l’Oise au nord-est de Paris)
      Oradour-sur-Glane, village martyr
      Fort Libéria - L'extérieur
      Fort Libéria - L'intérieur
      Citadelle de Besançon
      Retranchement du Chauffaud
      Fort Lupin
      Fontaine Lupin
      Souterrains de la montagne du Roule
      Barrière de l’Esseillon
      Fort Liédot
      Fort de la rade à l'Ile d'Aix
      Bastion de Menton
      Le fort d'Ambleteuse
      L'ouvrage des Granges communes
      Batterie des Caurres
      L'abri du col de Restefond
      Fort du Truc
      Platte (blockhaus de la)
      Ouvrage de Roche-la-Croix
      Le château de Collioure II
      Le château de Collioure I
      Citadelle de Mont-Louis
      Forteresse de Salses
      La cité de Carcassonne
      Villefranche-de-Conflent
      Le fort Lagarde
      Le fort de Bellegarde
      Le fort du Sapey
      Tourelle Mougin
      Fort du Barbonnet
      Fort Les Bancs
      Le fort de Pierre Châtel
      Fort Nieulay
      Ouvrage Saint Gobain
      Fort Joubet
      Château-Queyras
      Le fort de Tournoux
      Seyne-les-Alpes
      Redoute de Berwick
      Restefond
      Saint Ours Haut
      Saint Ours Bas
      Col de la Bonnette
      Vallée de la Tinée
      Haute Ubaye
      Ouvrage du Hackenberg
      Ouvrage du Hackenberg dans la tourmente
      Charvonnex
      Citadelle de Bitche
      Four à Chaux
      Fort du Télégraphe
      Les citadelles du vertige
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[s1]           

  La citadelle de Seyne-les-Alpes

Vauban verrouille l'Ubaye

Pour comprendre l'importance de la place de Seyne-les-Alpes, il faut remonter au 17ème siècle. A cette époque, le territoire de la France ne correspond pas encore à celui d'aujourd'hui et les frontières du royaume ne coïncident pas partout avec les limites naturelles de la géographie. C'est notamment le cas dans les Alpes. Si le Dauphiné, la Haute Provence et la vallée de la Durance relèvent effectivement du roi de France, la Savoie et la vallée de l'Ubaye lui échappent encore. Elles dépendent alors du royaume de la Maison de Savoie qui dispose, de ce fait, d'excellentes bases et voies de pénétration sur le versant nord des Alpes. En 1692, le Duc de Savoie franchit les Alpes depuis le Piémont et ravage toute la haute vallée de l'Ubaye jusqu'à Embrun. A la cour, où l'on croyait que les Alpes constituaient une barrière infranchissable, c'est la stupeur et la consternation. Louis XIV dépêche d'urgence sur place le maréchal de Vauban pour parer à toute nouvelle menace d'incursion. Celui-ci décide de verrouiller la vallée de l'Ubaye qu'il considère, selon ses propres termes, comme " le meilleur chemin de toutes les montaignes... " Pour ce faire, il planifie la construction d'une série de places-fortes jalonnant la frontière séparant les deux états dans cette région, de façon à former un cordon défensif barrant les différents itinéraires d'invasion permettant de déborder hors de la haute Ubaye. C'est ainsi que voient le jour les places-fortes de Montdauphin, Saint-Vincent-les-Forts, Seyne-les-Alpes et Colmars, disposées en couronne à l'ouest et au sud de l'Ubaye...

La citadelle

A l'époque, la cité de Seyne est un gros bourg d'importance régionale qui possède, depuis le Moyen Age, une enceinte urbaine et une tour installée à mi-hauteur de la crête qui surplombe la ville. Ces défenses sont toutefois jugées insuffisantes au vu de l'évolution de l'artillerie et des techniques de siège. Pour les renforcer et améliorer la valeur militaire de la position, Vauban décide d'ériger une véritable citadelle terrassée au-dessus de la ville, en y incorporant certains éléments défensifs préexistants, modifiés ou réaffectés à d'autres usages pour la circonstance. C'est notamment le cas d'un tronçon de l'ancienne enceinte qui est englobée dans la place pour servir de mur de séparation entre l'avant-fort et le fort proprement dit. Un ancien bastion est également transformé en poudrière, avec ré-affectation de la salle voûtée souterraine comme cartouchière: c'est là qu'étaient stockées les munitions des Forts de Seyne et de Saint-Vincent. Enfin, Vauban conserve l'ancienne tour médiévale quadrangulaire qui s'élevait depuis au moins 1220 sur la crête car elle jouit d'une position dominante qui commande toute la région.

Le fort et l'avant-fort

La citadelle comporte deux parties distinctes: l'avant-fort, côté ville, renforcé par deux casemates sur le front le plus exposé, et le fort proprement dit, édifié plus haut sur la crête et qui jouit d'une position dominante par rapport au premier. Les deux parties sont séparées par un mur terrassé très épais et ne communiquent entre elles que par une galerie souterraine défendue par un mur en chicane qui permet de verrouiller facilement l'accès au fort si l'avant-fort venait à tomber aux mains de l'assaillant.

L'entrée

On accède à la porte de l'avant-fort par un pont volant en bois, édifié sur des piles et qui pouvait facilement être coupé en cas d'attaque. Ce pont est flanqué par une casemate qui commande toute l'entrée. L'espace de l'avant-fort est occupé par une vaste cour qui surplombe le rempart terrassé.

Le mur parados

Etant donné l'étroitesse de la place qui s'étire en longueur en suivant la topographie de la crête, l'espace interne du fort est coupé en deux par un mur longitudinal qui sert de parados, pour éviter que les boulets tirés contre l'un des fronts de la place ne vienne frapper le dos des défenseurs situés sur l'autre front.

Les casernes

Les casernes, aujourd'hui à l'état de ruines, étaient formées de deux bâtiments mitoyens comportant deux étages de 4 chambres à 12 lits. Chaque bâtiment aurait pu abriter 144 hommes, mais la garnison de la citadelle n'a jamais dépassé 120 soldats!

La poudrière

La poudrière a été aménagée dans un ancien bastion antérieur à la citadelle, qui faisait partie de l'enceinte fortifiée édifiée en 1690 par Niquet pour protéger la ville. L'aération de la pièce, où étaient stockés les barils de poudre nécessaire à la canonnade, est assurée par une meurtrière "en baïonnette", dont les ouvertures sont décalées pour éviter qu'un projectile ne pénètre par l'ouverture. L'étage inférieur abrite la cartouchière qui jouit d'une température stable et constante, grâce à sa triple voûte (schistes, couche de terre, grès d'Annot) qui l'isole de l'extérieur. C'est ici qu'étaient stockées les cartouches de la citadelle et du Fort de Saint-Vincent, distant de quelques kilomètres à peine.

L'ancienne tour

L'ancienne tour médiévale, englobée dans le fort, a été modifiée sur l'ordre de Vauban pour jouer le rôle de cavalier et de magasins dans la nouvelle place. De par sa position, elle domine en effet toute la citadelle. Vauban s'est contenté de supprimer les créneaux et les anciens mâchicoulis, et de ménager de larges meurtrières du côté nord pour battre directement la partie de la crête qui domine le fort. La plate-forme sommitale visible aujourd'hui servait donc de plate-forme à canons. Les escaliers en mélèze visibles à l'intérieur datent de Louis XVIII. Ils ont remplacés les anciens escaliers de pierre datant du Moyen Age.

Le point faible de la place

La crête sur lequel est bâti le fort se prolonge et s'élève bien au-dessus de lui, ce qui constitue une faiblesse majeure pour la défense de la place. Les constructeurs ont en effet négligé d'englober cette partie sommitale, si bien que le fort, malgré sa très grande longueur, n'atteint pas le sommet de la butte. On comprend que Vauban, lors de sa visite d'inspection de 1700, l'ait trouvé "mauvais" et qu'il ait songé à l'améliorer. Son projet prévoyait d'étendre la place et d'éliminer cette menace par la construction de deux bastions avancés, l'un à mi-pente, l'autre au sommet. Ils ne furent jamais réalisés.

Les casemates sud

Ces deux casemates, qui se font face, sont ajoutées à l'avant-fort sous Louis XVIII, pour renforcer son système de défense. Elles sont constituées d'un souterrain qui parcourt toute la largeur de l'avant-fort et s'ouvre aux extrémités sur deux salles voûtées placées en saillie par rapport au front du rempart. Les murs de chacune de ces salles sont percés de trois meurtrières qui se font face. Ces casemates sud permettent ainsi de mettre en pratique le système de tir croisé cher à Vauban. Entre ces avancées, le mur sud du souterrain est percé, tous les 2 m environ, de meurtrières surmontées de cheminées. Ce dispositif facilitait l'évacuation de la fumée dégagée par la poudre lors des échanges de tir.

Les casemates nord

En 1827, Charles X ordonne la construction des casemates nord, restaurées en 1994, que l'on atteint en empruntant une galerie souterraine depuis le corps de la place. Elles reçoivent une "batterie de tir à revers" destinée à protéger le front nord, point particulièrement faible du fort.

Conclusion

Seyne demeure un magnifique exemple d'architecture militaire de la fin du 17ème siècle et une splendide place forte de montagne. Elle mérite absolument le détour si vous passez dans la région. Son intérêt ne réside pas uniquement dans l'architecture militaire merveilleusement conservée, mais aussi dans le charme qui se dégage des ruelles médiévales de la cité et dans la chaleur de l'accueil qui vous sera fait. Nous vous encourageons donc vivement à y faire une petite visite et à prendre le temps de musarder entre les vieilles pierres de ce petit coin qui embaume déjà la Provence. Non seulement vous ne serez pas déçus, mais vous irez de surprise en surprise...

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017