PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
      Ouvrage Maginot de l'Agaisen - Sostel - Alpes maritimes - France
      Ouvrage Maginot de Gordolon (petit ouvrage d’artillerie) - Alpes-Maritimes (France)
      Ouvrage d’artillerie Maginot de Restefond, 2733 m altitude (Alpes de Haute-Provence/Alpes maritimes)
      Le château de Hohlandsbourg (Alsace) - France
      Pegasus Bridge (Normandie)
      Fort d’Uxegney – Vosges - France
      Ouvrage du Fort Séré de Rivière Gondran C (Briançon)
      Pont métallique américain sur la Meuse à Vacherauville
      Monumentaux morts "Les Veilleurs de la Paix" – Haudinville (Meuse)
      Poste de commandement du Kronprinz Rupprecht de Bavière près de Varennes en Argonne
      Monument américain de Montfaucon (Meuse)
      Fort de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Ossuaire de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Fort de Troyon – Une page d’histoire oubliée - Meuse
      "Dombunker" pour canons de campagne allemands – Mangienne/Meuse
      Les Eparges – Meuse
      Ouvrage CFZ 48 (deuxième ligne de la ligne Maginot) à Azannes (Meuse)
      Char Sherman sur la place de Montfaucon
      Canon de 155 Long modèle 1877 (de Bange)
      Camp allemand de Marguerre (Meuse)
      Montmédy, Musée de la fortification
      Montmédy, l’autre place forte de la Meuse
      Le canon allemand« Max de 380 mm de Duzey (Verdun)
      Monument de Pensylvanie - 1914-1918 – Varennes (France)
      Ouvrage Maginot de Fermont
      Bois des Caures (Verdun)
      Mémorial de Verdun
      Coupole d'Helfaut-Wizernes
      La butte de Vauquois (Meuse)
      Fort de Jouy-sous-les-côtes (Toul)
      Fort du Mont Saint Michel (Toul)
      Ouvrage de la Ferté (Ardennes)
      La batterie de l'Eperon (Toul)
      Barrage rapide de Montgenèvre
      Corps de garde côtier de Roscavel (Bretagne)
      Fort l'Ecluse, Département de l’Ain
      L’escalier à l’épreuve du Fort de l’Ecluse
      Fort du Larmont supérieur
      Fort du Larmont inférieur
      La redoute de Berwick
      Fort des Rousses (Jura)
      Fort Boyard (Charente-Maritime)
      Le Fort de Sainte-Agnès (Alpes Maritimes)
      Château de Pierrefonds (département de l’Oise au nord-est de Paris)
      Oradour-sur-Glane, village martyr
      Fort Libéria - L'extérieur
      Fort Libéria - L'intérieur
      Citadelle de Besançon
      Retranchement du Chauffaud
      Fort Lupin
      Fontaine Lupin
      Souterrains de la montagne du Roule
      Barrière de l’Esseillon
      Fort Liédot
      Fort de la rade à l'Ile d'Aix
      Bastion de Menton
      Le fort d'Ambleteuse
      L'ouvrage des Granges communes
      Batterie des Caurres
      L'abri du col de Restefond
      Fort du Truc
      Platte (blockhaus de la)
      Ouvrage de Roche-la-Croix
      Le château de Collioure II
      Le château de Collioure I
      Citadelle de Mont-Louis
      Forteresse de Salses
      La cité de Carcassonne
      Villefranche-de-Conflent
      Le fort Lagarde
      Le fort de Bellegarde
      Le fort du Sapey
      Tourelle Mougin
      Fort du Barbonnet
      Le fort de Montperché
      Fort Les Bancs
      Le fort de Pierre Châtel
      Fort Nieulay
      Ouvrage Saint Gobain
      Fort Joubet
      Château-Queyras
      Le fort de Tournoux
      Seyne-les-Alpes
      Redoute de Berwick
      Restefond
      Saint Ours Haut
      Saint Ours Bas
      Col de la Bonnette
      Vallée de la Tinée
      Haute Ubaye
      Ouvrage du Hackenberg
      Ouvrage du Hackenberg dans la tourmente
      Charvonnex
      Citadelle de Bitche
      Four à Chaux
      Fort du Télégraphe
      Les citadelles du vertige
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[rousses]           

  Fort des Rousses (Jura)

Perché à 1000 m d’altitude sur la crête du Jura, à 10 kilomètres de la petite bourgade de Morez, le plateau des Rousses (Jura), boisé de superbes épicéas, fait frontière avec la Suisse. Il constitue un carrefour naturel qui permet de rayonner dans différentes direction et contrôle les axes de pénétration conduisant vers le Haut Jura français depuis Genève et le bassin lémanique. Bâti au milieu du XIXe siècle pour verrouiller le col de la Faucille, le fort des Rousses est le plus vaste fort de France après le mont Valérien. Achevé en 1863, il est modernisé par le général Séré de Rivières entre 1884 et 1887. Il comptait une garnison de 1688 hommes et 80 pièces d’artillerie. Ses remparts, constitués d’une énorme masse de terre bloquée par des murs, correspondent à une conception qui remonte à l’époque de Vauban et qui se révèle périmée à peine le fort achevé. Conçus pour résister aux boulets d’une artillerie à fût lisse, ces remparts sont fortement fragilisés dès 1859 avec l’apparition des canons rayés qui augmentent la portée et la précision du tir. A partir de 1884, ils deviennent totalement obsolète avec l’invention d’un nouvel explosif brisant inventée par le Français Eugène Turpin, la mélinite, et l’utilisation d’obus perforants en acier (crise de l’obus-torpille). Dépassé, l’ouvrage est déclassé dès 1899. L’une des particularités du Fort des Rousses réside dans ses deux portes d’entrée : la porte de France et la porte de Suisse. Généralement, pour éviter de fragiliser la place, on ne pouvait y pénétrer que par une seule porte. La porte de France est protégée par un système extérieur de tenaille battue par le feu de deux batteries surplombantes à tir croisé. Le mur d’escarpe se termine par une tablette permettant aux défenseurs de fusiller l’assaillant. Son accès immédiat était défendu par un pont-levis, détruit lors des réhabilitations du XXe siècle. En cas de menace ou d’attaque, le tunnel extérieur pouvait être obstrué par des traverses métalliques que l’on encastrait dans des rainures verticales, toujours visibles aujourd’hui La porte de Suisse était la porte principale du fort. Elle était défendue par un système encore plus complexe. Pour pénétrer dans la place par cet accès, il fallait : 1. Contourner une demi-lune fortement pourvue en artillerie 2. Franchir le glacis sous le feu nourri des fantassins et des canons à balles 3. Franchir le fossé pour se heurter au pont-levis relevé 4. Enfoncer la première porte extérieure 5. Parcourir toute la longueur du tunnel d’entrée sous le feu de tireurs embusqués 6. Se heurter à une seconde porte intérieur s’ouvrant à contresens. L’artillerie de la place était placée à l’air libre sur des plateformes séparées par des traverses et protégées par un parapet. L’apparition de l’artillerie rayée en 1859 rendit ce type de plateforme trop vulnérable, le feu adverse balayant les servants et causant des pertes énormes. Elles seront abandonnées au profit de casemates enterrées, maçonnées, recouvertes par une épaisse couche de terre puis de béton. Les parties souterraines du fort des Rousses servent désormais de cave d’affinage pour le fromage local, le fameux « Comté ». Les casernes, aux dimensions impressionnantes, qui ont été entièrement restaurées et réhabilitées, abritent désormais des bureaux. Le fort peut être visité librement (entrée libre) et offre d’intéressantes balades dans les bois qui permettent de faire aisément le tour de ses principaux organes défensifs, le tout dans un paysage enchanteur et typiquement jurassien. N’hésitez pas à vous y arrêter si vous passez dans la région. C’est un joli but d’excursion ou de ballade et les jolis coins pour pique-niquer ne manquent pas…

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017