PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
      Ouvrage Maginot de l'Agaisen - Sostel - Alpes maritimes - France
      Ouvrage Maginot de Gordolon (petit ouvrage d’artillerie) - Alpes-Maritimes (France)
      Ouvrage d’artillerie Maginot de Restefond, 2733 m altitude (Alpes de Haute-Provence/Alpes maritimes)
      Le château de Hohlandsbourg (Alsace) - France
      Pegasus Bridge (Normandie)
      Fort d’Uxegney – Vosges - France
      Ouvrage du Fort Séré de Rivière Gondran C (Briançon)
      Pont métallique américain sur la Meuse à Vacherauville
      Monumentaux morts "Les Veilleurs de la Paix" – Haudinville (Meuse)
      Poste de commandement du Kronprinz Rupprecht de Bavière près de Varennes en Argonne
      Monument américain de Montfaucon (Meuse)
      Fort de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Ossuaire de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Fort de Troyon – Une page d’histoire oubliée - Meuse
      "Dombunker" pour canons de campagne allemands – Mangienne/Meuse
      Les Eparges – Meuse
      Ouvrage CFZ 48 (deuxième ligne de la ligne Maginot) à Azannes (Meuse)
      Char Sherman sur la place de Montfaucon
      Canon de 155 Long modèle 1877 (de Bange)
      Camp allemand de Marguerre (Meuse)
      Montmédy, Musée de la fortification
      Montmédy, l’autre place forte de la Meuse
      Le canon allemand« Max de 380 mm de Duzey (Verdun)
      Monument de Pensylvanie - 1914-1918 – Varennes (France)
      Ouvrage Maginot de Fermont
      Bois des Caures (Verdun)
      Mémorial de Verdun
      Coupole d'Helfaut-Wizernes
      La butte de Vauquois (Meuse)
      Fort de Jouy-sous-les-côtes (Toul)
      Fort du Mont Saint Michel (Toul)
      Ouvrage de la Ferté (Ardennes)
      La batterie de l'Eperon (Toul)
      Barrage rapide de Montgenèvre
      Corps de garde côtier de Roscavel (Bretagne)
      Fort l'Ecluse, Département de l’Ain
      L’escalier à l’épreuve du Fort de l’Ecluse
      Fort du Larmont supérieur
      Fort du Larmont inférieur
      La redoute de Berwick
      Fort des Rousses (Jura)
      Fort Boyard (Charente-Maritime)
      Le Fort de Sainte-Agnès (Alpes Maritimes)
      Château de Pierrefonds (département de l’Oise au nord-est de Paris)
      Oradour-sur-Glane, village martyr
      Fort Libéria - L'extérieur
      Fort Libéria - L'intérieur
      Citadelle de Besançon
      Retranchement du Chauffaud
      Fort Lupin
      Fontaine Lupin
      Souterrains de la montagne du Roule
      Barrière de l’Esseillon
      Fort Liédot
      Fort de la rade à l'Ile d'Aix
      Bastion de Menton
      Le fort d'Ambleteuse
      L'ouvrage des Granges communes
      Batterie des Caurres
      L'abri du col de Restefond
      Fort du Truc
      Platte (blockhaus de la)
      Ouvrage de Roche-la-Croix
      Le château de Collioure II
      Le château de Collioure I
      Citadelle de Mont-Louis
      Forteresse de Salses
      La cité de Carcassonne
      Villefranche-de-Conflent
      Le fort Lagarde
      Le fort de Bellegarde
      Le fort du Sapey
      Tourelle Mougin
      Fort du Barbonnet
      Le fort de Montperché
      Fort Les Bancs
      Le fort de Pierre Châtel
      Fort Nieulay
      Ouvrage Saint Gobain
      Fort Joubet
      Château-Queyras
      Le fort de Tournoux
      Seyne-les-Alpes
      Redoute de Berwick
      Restefond
      Saint Ours Haut
      Saint Ours Bas
      Col de la Bonnette
      Vallée de la Tinée
      Haute Ubaye
      Ouvrage du Hackenberg
      Ouvrage du Hackenberg dans la tourmente
      Charvonnex
      Citadelle de Bitche
      Four à Chaux
      Fort du Télégraphe
      Les citadelles du vertige
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[q0]           

  Fort de Château Queyras

Historique

Situé dans la haute vallée du Queyras, le château dresse sa silhouette menaçante sur un ancien verrou glaciaire qui barre la vallée du Guil, entre le précipice de la gorge et la pente de la montagne. Il constitue une position forte qui, dès le Moyen Age, permettait de barrer la vallée et de verrouiller solidement le passage face à l'aval. L'existence d'un château y est attestée dès 1265. En 1692, le Duc de Savoie envahit la haute Durance en passant par l'Ubaye (via les cols de Larche et de Vars). Il ravage le pays, dévaste Embrun et Gap, avant de se retirer. Marchant en flanc-garde du duc, le maréchal de Schomberg descend la vallée du Guil et met le siège devant le château de Queyras, alors pratiquement à l'abandon. Il est repoussé mais le village est incendié. A Versailles, la surprise est grande de constater que les Alpes ne constituent pas un obstacle infranchissable. Louis XIV dépêche de toute urgence sur place le maréchal de Vauban, avec mission de procéder aux travaux de fortification nécessaires pour parer à toute nouvelle menace dans les Alpes.

Le concept

Parmi les nombreux travaux réalisés dans le Dauphiné, Vauban décide qu'il faut verrouiller la vallée du Guil qui constitue un axe de pénétration potentiel pour la Savoie, comme l'expérience l'a montré. Etant commandé par les hauteurs alentours et isolé de Guillestre par une gorge, l'ancien château est reconverti en poste avancé, pour servir de sonnette d'alarme. Son rôle est simplement de ralentir suffisamment l'ennemi pour donner aux places de Mont-Dauphin et de Briançon le temps de se mettre en défense.

Les ajouts de Vauban

A défaut de pouvoir reconstruire la position, Vauban préconise d'améliorer les défenses médiévales, jugées insuffisantes, et de doubler la surface du château, estimé trop petit, par l'édification d'une rempart s'étendant vers l'ouest et englobant l'enceinte primitive. Il renforce l'édifice par des voûtes, le divise par une traverse et couvre le front d'attaque le plus exposé par une fausse braie bastionnée en forme de corne. En revanche, il conserve la galerie de bois, d'allure médiévale, qui entoure le sommet du donjon et n'apporte que peu de modifications au front sud, défendu naturellement par le précipice qui domine la gorge. Pour convrir l'enceinte principale et la porte du fort, il ordonne l'édification d'une demi-lune dont le terre-plein sera agrandi sous la révolution pour accueillir de l'artillerie. Sous celui-ci s'ouvre une galerie, établie au niveau du fossé, qui peut abriter une cinquantaine d'hommes et qui demeura, jusqu'au 18e siècle, la seule partie à l'épreuve des bombes. La porte principale, reliée à la demi-lune par un pont dormant coudé, est dérobée sur le flanc d'un des bastions de la deuxième enceinte. Une seconde porte conduit à la cour d'artillerie, ancienne avant-cour du château delphinal. De là, un petit pont-levis mène à la cour du donjon à travers l'enceinte primitive. Du côté ouest, cette cour est fermée par une caserne du 17e siècle, agrandie par Vauban tandis que le donjon primitif a été transformé pour abriter la troupe, les munitions et les vivres du fort.

Les ajouts postérieurs à Vauban

A partir de 1783, des batteries étagées sont construites sur la plateau bas qui domine le Guil. Enfin, dans les années 1840, le fort est modernisé par l'installation de 2 batteries casematées à la Haxo. Il prend alors l'aspect qu'il a aujourd'hui et constitue un merveilleux exemple de la façon dont certaines fortifications alpines ont été adaptées et améliorées au fil des siècles, en fonction des progrès de l'artillerie et de l'art de la guerre. A découvrir impérativement si vous passez dans le coin, sans oublier le village qui présente un charme certain!

Visite et information:

Visite guidée en saison. Renseignements : syndicat d'initiative de la commune de Château-Villevieille (05350). Tél. 04 92 45 06 23.

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017