PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
   Les armes V
   Bases secrètes du IIIe Reich
   Les avions à réaction du IIIe Reich
      Les Junkers Ju 287
      MITSUBISHI J8M1 « SHUSUI »
      Messerschmitt « WESPE »
      Arado 234B Blitz
      Arado 234B-2N « NACHTIGALL »
      Me 262 Introduction
      Messerschmitt 262 - Jagdgeschwader 7 NOWOTNY
      Messerschmitt 262 - Jagdverband 44 GALLAND
      Messerschmitt 262 A-R1
      Messerschmitt Me 262A-1a
      Messerschmitt Me 262 HG I
      Messerschmitt Me 262 HG-II
      Messerschmitt Me 262 HG III interceptor
      Messerschmitt 262A-2a Jabo
      Messerschmitt 262A-2a/U2
      Le Me 262 en action
      Messerschmitt 1099 B/I
      Messerschmitt 1101 à voilure en flèche
      Messerschmitt Me-329 Jabo
      Messerschmitt 328B Jabo
      Le Heinkel 178
      Le Heinkel 280
      Le Heinkel 162 Salamander
      Le Heinkel 1078
      Le Henschel Hs-132
      L'aile volante Horten IX
      L’aile volante furtive GOTHA P-60
      L'aile volante quadriréacteur Junkers EF-130
      Le chasseur à décollage vertical Fw Triebflügel
      Le Focke Wulf Ta 183A à voilure en flèche
      Le chasseur bipoutres Focke Wulf Flitzer
      Le monoréacteur ventral Focke Wulf P II
      Le chasseur à voilure inversée Blohm & Voss P-208
      L'aile volante Blohm & Voss Ae-607
      Le Volksjäger de Blohm & Voss
      Le biréacteur d'assaut Arado 234B
      Le quadriréacteur d'assaut Arado 234C
      Le bombardier lourd à voilure inversée Ju 287
      L'aile volante Arado Ar E-555
      Bombardier à longue distance Daimler Benz
   Les avions fusées du IIIe Reich
   Les intercepteurs-fusées du Reich
   Missiles du IIIe Reich
   Les mistel
   Les VTOL du IIIe Reich
   Les Panzers du diable
   Armes spéciales
   Secrets du IIIe Reich
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[p10]           

  Le Blohm & Voss P-208 [14]

Premier projet de chasseur à réaction à poussée vectorielle, parmi les projets les plus fantastiques élaborés par les Allemands durant la seconde guerre mondiale figure celui du Blohm & Voss P-208, un chasseur monoplace d'une conception révolutionnaire qui différait de tous les schémas connus et qui affichait des caractéristiques très en avance sur son époque. Le concept adopté était pour le moins original puisque l'appareil ne possédait ni dérive, ni gouvernes, ni empennage, et recourait au principe de la poussée vectorielle pour se diriger ! La cellule, dont les formes avaient été minutieusement étudiées en soufflerie, présentait une silhouette très pure, avec des lignes fluides qui diminuaient la friction avec l'air, conférant au chasseur un grand coefficient de pénétration dans l'atmosphère.

Le fuselage, très effilé, présentait une forme cylindrique terminée par deux extrémités coniques, qui donnaient à l'engin l'aspect d'un long " cigare " renflé. Le cockpit, situé au-dessus de la partie médiane du fuselage, était équipé d'une verrière profilée en goutte d'eau qui offrait un dégagement visuel optimal au pilote. L'armement comprenait 3 canons MK-108 de 30 mm logés dans le nez de l'appareil. Des points de fixation sous la voilure permettaient l'emport de rampes de roquettes ou de missiles R4 M équipés de détonateurs de proximité, particulièrement efficaces pour décimer les formations compactes de bombardiers.

Le chasseur était propulsé par un turboréacteur intégré dans la cellule du fuselage, qui était alimenté par une prise d'air ventrale et par deux prises d'air secondaires s'ouvrant à l'emplanture des ailes. Etant donné l'absence de dérive et de gouvernail de direction, les changements de cap ainsi que le contrôle du roulis et du tangage s'effectuaient à la fois en jouant sur les ailerons et les volets de la voilure, et en déviant une partie des gaz de combustion de la tuyère vers des échappements latéraux installés sur les flancs de la partie arrière de l'appareil, de façon à obtenir un flux directionnel. Le concept adopté était la première application réelle, sur un engin volant, du principe de la poussée vectorielle, aujourd'hui largement généralisé sur les engins spatiaux comme la navette américaine. Cette opération s'effectuait automatiquement, par l'intermédiaire de clapets qui s'ouvraient ou se fermaient plus ou moins, en fonction de la direction et de l'amplitude des mouvements de la main du pilote sur le manche à balai…

La stabilité en vol d'une cellule par définition aussi instable était obtenue par la forme très étrange donnée à la voilure, profilée en doubles ailes de mouettes. Les ailes, qui accusaient une forte flèche, présentaient deux décrochements angulaires successifs, l'angle d'incidence de la flèche s'accentuant fortement vers les extrémités de la voilure. Le bout des ailes était lui-même replié vers le bas, de façon à accroître la portance et à conférer une sustentation maximale à l'appareil, même à basse vitesse, tout en stabilisant sa trajectoire de vol. La combinaison de ces caractéristiques absolument révolutionnaires permettait au chasseur d'atteindre des vitesses incroyables (grâce à la forte incidence de la flèche) tout en lui assurant une grande manœuvrabilité à basse vitesse ou en combat tournoyant…

Le Blohm & Voss P-208 était supposé atteindre une vitesse de 900 km/h en palier. Elaboré trop tardivement, alors que le Reich s'écroulait déjà, cet appareil fut rattrapé par la guerre et ne dépassa pas le stade du projet expérimental. La hardiesse du concept, l'originalité de la voilure et surtout le recours à la poussée vectorielle montrent toutefois à quel haut degré de connaissances les ingénieurs et les techniciens allemands étaient parvenus en 1945 et combien l'industrie aéronautique allemande était en avance sur les pays occidentaux et l'Union soviétique. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si, sous le seau du secret le plus absolu, les Alliés et les Russes se lancèrent dès avril 1945 dans une véritable course effrénée aux armes secrètes allemandes, sillonnant les ruines fumantes du Reich pour dénicher les plans et les prototypes, recrutant massivement les spécialistes qui avaient collaborés à de tels projets. C'est ainsi que de nombreux scientifiques, ingénieurs et techniciens traversèrent l'Atlantique ou se retrouvèrent de l'autre côté du Rideau de Fer. Mais ceci est une autre histoire, celle de la Guerre Froide…

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017