SITE

Nous travaillons activement pour que le nouveau site internet de FORT LITROZ soit bientôt sur vos écrans. Nous avons encore du travail à faire, mais vous ne serez pas déçu. Un peu de patience....
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
      Ouvrage Maginot de l'Agaisen - Sostel - Alpes maritimes - France
      Ouvrage Maginot de Gordolon (petit ouvrage d’artillerie) - Alpes-Maritimes (France)
      Ouvrage d’artillerie Maginot de Restefond, 2733 m altitude (Alpes de Haute-Provence/Alpes maritimes)
      Le château de Hohlandsbourg (Alsace) - France
      Pegasus Bridge (Normandie)
      Fort d’Uxegney – Vosges - France
      Ouvrage du Fort Séré de Rivière Gondran C (Briançon)
      Pont métallique américain sur la Meuse à Vacherauville
      Monumentaux morts "Les Veilleurs de la Paix" – Haudinville (Meuse)
      Poste de commandement du Kronprinz Rupprecht de Bavière près de Varennes en Argonne
      Monument américain de Montfaucon (Meuse)
      Fort de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Ossuaire de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Fort de Troyon – Une page d’histoire oubliée - Meuse
      "Dombunker" pour canons de campagne allemands – Mangienne/Meuse
      Les Eparges – Meuse
      Ouvrage CFZ 48 (deuxième ligne de la ligne Maginot) à Azannes (Meuse)
      Char Sherman sur la place de Montfaucon
      Canon de 155 Long modèle 1877 (de Bange)
      Camp allemand de Marguerre (Meuse)
      Montmédy, Musée de la fortification
      Montmédy, l’autre place forte de la Meuse
      Le canon allemand« Max de 380 mm de Duzey (Verdun)
      Monument de Pensylvanie - 1914-1918 – Varennes (France)
      Ouvrage Maginot de Fermont
      Bois des Caures (Verdun)
      Mémorial de Verdun
      Coupole d'Helfaut-Wizernes
      La butte de Vauquois (Meuse)
      Fort de Jouy-sous-les-côtes (Toul)
      Fort du Mont Saint Michel (Toul)
      Ouvrage de la Ferté (Ardennes)
      La batterie de l'Eperon (Toul)
      Barrage rapide de Montgenèvre
      Corps de garde côtier de Roscavel (Bretagne)
      Fort l'Ecluse, Département de l’Ain
      L’escalier à l’épreuve du Fort de l’Ecluse
      Fort du Larmont supérieur
      Fort du Larmont inférieur
      La redoute de Berwick
      Fort des Rousses (Jura)
      Fort Boyard (Charente-Maritime)
      Le Fort de Sainte-Agnès (Alpes Maritimes)
      Château de Pierrefonds (département de l’Oise au nord-est de Paris)
      Oradour-sur-Glane, village martyr
      Fort Libéria - L'extérieur
      Fort Libéria - L'intérieur
      Citadelle de Besançon
      Retranchement du Chauffaud
      Fort Lupin
      Fontaine Lupin
      Souterrains de la montagne du Roule
      Barrière de l’Esseillon
      Fort Liédot
      Fort de la rade à l'Ile d'Aix
      Bastion de Menton
      Le fort d'Ambleteuse
      L'ouvrage des Granges communes
      Batterie des Caurres
      L'abri du col de Restefond
      Fort du Truc
      Platte (blockhaus de la)
      Ouvrage de Roche-la-Croix
      Le château de Collioure II
      Le château de Collioure I
      Citadelle de Mont-Louis
      Forteresse de Salses
      La cité de Carcassonne
      Villefranche-de-Conflent
      Le fort Lagarde
      Le fort de Bellegarde
      Le fort du Sapey
      Tourelle Mougin
      Fort du Barbonnet
      Fort Les Bancs
      Le fort de Pierre Châtel
      Fort Nieulay
      Ouvrage Saint Gobain
      Fort Joubet
      Château-Queyras
      Le fort de Tournoux
      Seyne-les-Alpes
      Redoute de Berwick
      Restefond
      Saint Ours Haut
      Saint Ours Bas
      Col de la Bonnette
      Vallée de la Tinée
      Haute Ubaye
      Ouvrage du Hackenberg
      Ouvrage du Hackenberg dans la tourmente
      Charvonnex
      Citadelle de Bitche
      Four à Chaux
      Fort du Télégraphe
      Les citadelles du vertige
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[m8]           

  La tourelle Mougin modèle 1877 [4]

La tourelle cuirassée en fonte dure de type MOUGIN modèle 1877 est armée de 2 pièces de 155 mm DE BANGE Mle1877. Sa base est formée par une plate-forme de 6 m de diamètre reposant sur 14 poutres en fer qui se rejoignent au centre où elles sont boulonnées à un pivot en acier de 2 m de hauteur et de 0,3 m de diamètre. A l'extrémité et au-dessus de ces poutres sont fixés autant de montants de 2 m de hauteur, reliés par des tôles formant une enveloppe circulaire. En face des culasses des pièces, ces tôles sont mobiles sous forme de portes roulantes afin de permettre le chargement des pièces ou le changement d'un tube détérioré. Les deux canons du type DE BANGE sont fixés au centre de la plate-forme.

La coupole émergeant du sol est composée de 5 voussoirs en fonte dure. Chaque élément a une épaisseur de 0,6 m et pèse 21 tonnes. L'ensemble repose sur les 14 montants dont il a été fait mention plus haut et est couvert par une calotte sphérique épaisse de 0,2 m et pesant 11 tonnes. L'un des 5 voussoirs est percé pour permettre l'insertion des deux rotules et le passage des deux tubes des pièces. La tourelle repose sur 16 galets de roulement. Elle est mise en mouvement par une chaîne sans fin actionnée par un treuil, le tout dépendant d'une chaudière à vapeur.

La protection des flancs de la tourelle est réalisée au moyen de 4 segments en fonte dure, d'un poids total de 84 tonnes, qui forment une collerette enveloppante circulaire insérée dans 2,5 m de béton. Cet ensemble constitue l'avant-cuirasse.

Rotation de la tourelle

La tourelle, d'un poids total de 150 tonnes, présentait quelques difficultés quant à sa manœuvre. Aussi, afin de faciliter sa rotation, une presse hydraulique agissant sur un circuit à base de glycérine développait une pression de 220 atmosphères sous le pivot central et soulevait légèrement l'ensemble en libérant environ les 9/10 de la masse totale. Un seul treuil manœuvré par deux hommes et situé à l'étage inférieur suffisait à faire mouvoir la tourelle pour son pointage en direction. Cependant, la force vive libérée par cette importante masse lors de sa rotation ne permettait pas d'immobiliser rapidement la tourelle dans la direction de l'objectif et plusieurs manœuvres d'avance et de recul étaient nécessaires pour l'immobiliser au point désiré.

Pour palier à cet inconvénient, le commandant MOUGIN imagina un ingénieux système de mise à feu déclenchant le tir au moment précis où la rotation de la tourelle amenait les bouches à feu en face de l'objectif. Pour ce faire, la couronne graduée entourant la base fixe de la tourelle fut munie d'un curseur mobile que l'on déplaçait et bloquait sur l'azimut de l'objectif communiqué par l'officier de tir au chef de la tourelle au moyen d'un tuyau acoustique. A la plate-forme mobile de la tourelle fut fixé un ressort composé de deux lames métalliques d'inégale longueur et branchées sur un circuit électrique alimenté par une pile. Ces lames étaient connectées à l'étoupille de mise à feu électrique placée dans la culasse de chaque pièce. Lors de la rotation de la tourelle, la lame métallique la plus longue venait butter sur le curseur et, rejetée en arrière, entrait en contact avec l'autre lame, fermant ainsi le circuit électrique et produisant la mise à feu instantanée.

Pointage en hauteur

Le concepteur dut également résoudre l'épineux problème du pointage en hauteur, opération qui consiste à élever ou abaisser le tube du canon qui pivote au moyen de deux tourillons fixés symétriquement de part et d'autre du tube. Pour les pièces de casemate habituelles, cette opération requérrait une embrasure largement ouverte verticalement, par lesquelles pouvaient a tout moment pénétrer des éclats d'obus ou des balles, mettant ainsi en danger la vie des servants. Là encore, le Commandant Mougin résolut la difficulté : le point pivotal de la pièce, précédemment placée au niveau des tourillons, fut déplacé vers la bouche du canon au moyen d'une bague fixée dans une rotule incorporée à la cuirasse.

Visites

Sur la vingtaine d'exemplaires fabriqués, l'unique tourelle cuirassée de type Mougin subsistant à l'état complet est la tourelle « Jeanne-d'Arc » du Fort du Barbonnet (Fort Suchet), près de Sospel, dans les Alpes-Maritimes. C'est elle que vous pouvez découvrir dans la galerie de photos ci-dessous. Restaurée avec soin et repeinte à l'état de neuf, elle mérite le détour, ne serait-ce que pour récompenser le splendide et minutieux travail accompli et pour admirer ce chef d'œuvre de la technique française. Vous pouvez la découvrir à l'occasion des visites du fort qui sont régulièrement organisées par l'association EDELWEISS – ARMEE DES ALPES. Nous vous encourageons à découvrir ce splendide ouvrage de la Côte-d'Azur qui a été remis en valeur et restauré avec soin par cette association dynamique.

N.B. Les informations mentionnées ci-dessus sont tirées de la brochure Les fortifications du Mont Barbonnet dans le système défensif des Alpes-Maritimes de 1886 à 1940, publiée par l'Association Edelweiss – Armée des Alpes.

Informations pour les visites

Office du Tourisme de Sospel, Pont-Vieux, F-06380 SOSPEL, Tél. 04 93 04 15 80

Association Edelweiss – Armée des Alpes, Monsieur Max Bled (Président), Bastide "La Dame de Roc", La Pinède, 06500 CASTELLAR, Tél. 06 85 96 72 88

Pour en savoir plus : Les tourelles cuirassées Mle 1876 du commandant Mougin

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017