PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
   Les armes V
   Bases secrètes du IIIe Reich
   Les avions à réaction du IIIe Reich
      Les Junkers Ju 287
      MITSUBISHI J8M1 « SHUSUI »
      Messerschmitt « WESPE »
      Arado 234B Blitz
      Arado 234B-2N « NACHTIGALL »
      Me 262 Introduction
      Messerschmitt 262 - Jagdgeschwader 7 NOWOTNY
      Messerschmitt 262 - Jagdverband 44 GALLAND
      Messerschmitt 262 A-R1
      Messerschmitt Me 262A-1a
      Messerschmitt Me 262 HG I
      Messerschmitt Me 262 HG-II
      Messerschmitt Me 262 HG III interceptor
      Messerschmitt 262A-2a Jabo
      Messerschmitt 262A-2a/U2
      Le Me 262 en action
      Messerschmitt 1099 B/I
      Messerschmitt 1101 à voilure en flèche
      Messerschmitt Me-329 Jabo
      Messerschmitt 328B Jabo
      Le Heinkel 178
      Le Heinkel 280
      Le Heinkel 162 Salamander
      Le Heinkel 1078
      Le Henschel Hs-132
      L'aile volante Horten IX
      L’aile volante furtive GOTHA P-60
      L'aile volante quadriréacteur Junkers EF-130
      Le chasseur à décollage vertical Fw Triebflügel
      Le Focke Wulf Ta 183A à voilure en flèche
      Le chasseur bipoutres Focke Wulf Flitzer
      Le monoréacteur ventral Focke Wulf P II
      Le chasseur à voilure inversée Blohm & Voss P-208
      L'aile volante Blohm & Voss Ae-607
      Le Volksjäger de Blohm & Voss
      Le biréacteur d'assaut Arado 234B
      Le quadriréacteur d'assaut Arado 234C
      Le bombardier lourd à voilure inversée Ju 287
      L'aile volante Arado Ar E-555
      Bombardier à longue distance Daimler Benz
   Les avions fusées du IIIe Reich
   Les intercepteurs-fusées du Reich
   Missiles du IIIe Reich
   Les mistel
   Les VTOL du IIIe Reich
   Les Panzers du diable
   Armes spéciales
   Secrets du IIIe Reich
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[m38]           

  Le chasseur Me 262 A-1a « Schwalbe » [29]

Le Me 262 A-1a était la version de chasse du célèbre Messerschmitt Me-262 à réaction. Il fut sans nul doute le meilleur chasseur aligné par l’Allemagne durant la seconde guerre mondiale et le plus rapide des jets à opérer durant le conflit. Ses performances lui permettaient de surclasser tous les avions existants à l’époque et il préfigurait, sur bien des points, les futurs chasseurs de la guerre froide. Les Allemands le baptisèrent « Schwalbe » (hirondelle) par allusion au vol rapide et saccadé des martinets, et en raison de sa voilure en flèche qui rappelait la silhouette de cet oiseau. L’avion était très apprécié des pilotes et offrait des possibilités d’interception extraordinaires, tant ses performances étaient prodigieuses. C’était un avion merveilleux à piloter si on connaissait ses limites et sa technique de vol, mais qui ne pardonnait aucune erreur aux jeunes novices, notamment à l’atterrissage, comme certains en firent la mortelle expérience. A l’usage, le Me 262 A-1a se révéla être un chasseur hors pair et un adversaire particulièrement redoutable en combat rapproché, malgré quelques défauts de jeunesse qui auraient aisément pu être corrigés si le temps n’avait pas manqué.

Doté de lignes aérodynamiques très pures et d’une technologie en avance sur son temps, ce chasseur extraordinaire, aurait pu modifier l’issue du conflit s’il avait été fabriqué plus tôt et en plus grand nombre. En effet, il aurait pu être mis en production dès le mois de mai 1943 et engagé en opération dès l’été suivant. Mais sa mise au point fut retardée de plus d’une année par les tergiversations du haut commandement et par la volonté obstinée de Hitler d’en faire un bombardier tactique (alors qu’il avait été conçu comme un chasseur). Le Führer s’était en effet mis en tête de l’utiliser pour harceler l’Angleterre par des raids de bombardements éclairs lancés à pleine vitesse depuis le continent. D’où le nom de « Blitzbomber » donné à la version de bombardement Me 262 A-2a auquel on donna la priorité sur les chaînes de montage, au détriment de la version de chasse (Me 262 A-1a). Le programme fut également retardé par la lenteur de la mise au point des moteurs Jumo 004. Le premier prototype (Me 262 V1) vola en effet avec un moteur à piston dès le 4 avril 1941 mais il fallut attendre le 18 juillet 1942 pour que le V3 puisse effectuer un premier vol d’essai avec des réacteurs et le 11 juin 1944 pour voir décoller le premier chasseur Me 262 A-1a. Quant à la première unité opérationnelle évoluant sur « Schwalbe » (III./ZG26), elle ne fut créée sur le papier qu’en septembre 1944, trois mois après le débarquement allié en Normandie. Autant dire que la carrière opérationnelle du « Schwalbe » fut courte et que les quelques centaines d’exemplaires qui firent des sorties opérationnelles ne suffirent pas à redonner l’avantage à la Luftwaffe.

En fait, il fallut les effroyables raids de bombardements alliés sur les villes allemandes, avec leurs dizaines de milliers de victimes, pour que le Führer révise progressivement son jugement et se rende enfin compte que la Luftwaffe avait urgemment besoin d’une arme efficace pour contrer les lourdes formations de quadrimoteurs et leur escorte. Le Me 262 était ce moyen car il était plus rapide que les chasseurs d’escorte alliés, grimpait en altitude à une allure record et utilisait un carburant relativement peu raffiné. Le principe d’accorder la priorité à la constitution d’unités de chasse équipées de Me 262 A-1a commença à prévaloir à l’OKL à partir de juillet 1944, notamment grâce aux premières victoires remportées par l’Erprobungskommando 262 (Ekdo 262), une escadrille expérimentale formée le 30 juin pour étudier les techniques d’engagement et de combat du 262. Revenant sur sa première idée, le Führer ordonna donc, en septembre1944, de redonner la priorité à la production de la version de chasse. Hélas, il était trop tard et l’Allemagne avait laissé passé sa chance ! Les 6 mois perdus en atermoiements et en tergiversations ne purent jamais être totalement rattrapés au niveau de la production, si bien que ce n’est qu’en mars 1944 que sortirent les 13 premiers appareils de présérie, désignés Me 262 A-0. Chronologiquement, c’est d’ailleurs en tant que bombardier tactique que le Me 262 rejoindra sa première affectation opérationnelle, et non comme chasseur.

Durant leur courte phase de déploiement, les chasseurs Me 262 A-1a engagés en opération subirent des pertes assez lourdes, mais enregistrèrent également de beaux succès contre les bombardiers B-17 Flying Fortress. Durant les quelques semaines où ils furent opérationnels, ils réussirent à abattre une centaine d’appareils alliés au total. L’une des plus belles performances à l’actif du Me 262 fut réalisée par le Feldwebel Becker qui abattit 5 Mosquito entre le 21 et le 30 mars 1945, avec un simple Me 262 A-1a dépourvu de radar. A l’inverse, beaucoup d’officiers d’élite perdirent leur affectation sur le Me 262, notamment le General der Jagdflieger Adolf Galland, célèbre as de la Luftwaffe qui commandait la chasse allemande. Beaucoup de jeunes pilotes inexpérimentés se tuèrent également aux commandes de cet appareil, vu leur formation bâclée et leur méconnaissance des techniques de pilotage spécifiques aux avions à réaction...

Un appareil révolutionnaire

Le « Schwalbe » était rapide, bien armé et très maniable en raison de sa fine voilure profilée en flèche qui lui conférait une très grande agilité aux hautes vitesses. C’était un appareil racé, dont l’aérodynamisme très pur avait été minutieusement étudié en soufflerie par Willy Messerschmitt. Sa cellule fuselée, profilée pour le vol à haute vitesse, comportait une voilure laminaire ultra mince, présentant une flèche inclinée à 18°, avec des bords d’attaques mobiles. L’appareil, qui affichait une vitesse ascensionnelle de 1 200 m /minute, grimpait à 6 000 m en seulement 6 minutes 48 secondes et à 9'000 m en 13 minutes ! Il atteignait 850 km/h à 3 000 m d’altitude, 870 km/h à 6 000 mètres et… 920 km/h à 10 000 mètres ! Sa vitesse de pointe, supérieure d’environ 160 km/h à celle des meilleurs chasseurs alliés de dernière génération (P-51 Mustang, Supermarine Spitfire…), lui permettait de surclasser tous ses adversaires potentiels et notamment les chasseurs d’escorte accompagnant les bombardiers sur l’Allemagne. La plus haute vitesse jamais atteinte en palier par un Me 262 semble avoir été 930 km/h, réussie avec le prototype V12 propulsé par deux réacteurs spécialement « gonflés » à 1000 kgp. Aux mains d’un pilote chevronné, connaissant les caractéristiques de vol de l’appareil, le 262 constituait donc un adversaire redoutable et particulièrement dangereux. Mais la majorité de ces appareils révolutionnaires furent confiés à des novices inexpérimentés, manquant de pratique et ignorant les subtilités du vol à réaction. D’où les nombreux accidents malheureux qui émaillèrent la très courte carrière du 262, notamment à l’atterrissage.

La version de série était propulsée par deux turboréacteurs Junkers Jumo 109-004B installés en nacelles sous les ailes et fournissant 900 kgp. Son plafond pratique était de 10'850 m.

Les principaux défauts de jeunesse du Me 262 étaient le manque de fiabilité des turboréacteurs qui avaient tendance à prendre feu, une accélération trop faible, un train d'atterrissage trop fragile et une propension des canons à s'enrayer. Son autonomie était également insuffisante : 480 km à faible altitude, 850 km à 6'000 mètres et 1'050 km à 9'000 mètres. Cela était dû à une capacité trop faible du réservoir de carburant. Ce handicap fut rapidement exploité par les pilotes alliés pour échapper aux Me 262 en cas d’accrochage. Si un Me 262 les poursuivait, il leur suffisait de prendre la fuite à basse altitude en louvoyant : cela épuisait en quelques minutes les réserves de carburant de l’avion à réaction, ce qui l’obligeait à abandonner sa proie pour rebrousser chemin… En 1944, lors d’un vol expérimental, un Me 262 s’écrasa ainsi en Suisse, près du lac de Constance. La Luftwaffe, qui tenait à tous prix à récupérer l’appareil, proposa alors plus d'une dizaine de Focke-Wulf FW 190 neufs à la Suisse, en échange de la carcasse du Me 262, mais les Suisses refusèrent. Cet appareil est aujourd’hui exposé au Musée de l’aviation de Dübendorf, près de Zürich. Mais le principal point faible du Me 262A restait toutefois son armement standard, constitué de 4 canons automatiques Rheinmettal-Borsig MK-108 de 3 cm, logés en arc de cercle dans la partie supérieure du nez. Ces canons, très légers et réalisés par emboutissage, avaient une vitesse initiale insuffisante (470 à 480 m/sec.), ce qui réduisait considérablement le pouvoir perforant des projectiles et diminuait la précision du tir, dont la limite reconnue était de 450 mètres environ. L’appareil manquait donc de puissance de feu pour abattre les bombardiers et devait s’approcher trop près des formations, au risque d’être lui-même abattu par l’intense feu croisé des armes de bord des lourds quadrimoteurs.

Ce défaut fut partiellement compensé, sur certains modèles, par l’installation d’autres types d’armes, comme la Mg 151/20 de 2 cm, qui bénéficiait d’un excellent pouvoir de pénétration, ou l’installation sous les ailes de rampes de roquettes non guidées R4M de 55 mm.

En conclusion, on peut donc affirmer que le Me 262 A-1a était un appareil prodigieux, doté d’excellentes qualités et affichant un potentiel énorme. Mais il arriva trop tard pour modifier le sort des armes et changer l’issue de la guerre.

Caractéristiques techniques du chasseur Me 262 A-1a
Désignation officielle Me 262 A-1a « Schwalbe » (hirondelle)
Type chasseur biréacteur
Equipage monoplace
Longueur 10,61 m
Hauteur 3,83 m
Envergure 12,51 m
Surface alaire 21,68 m²
Poids à vide 3’800 kg
Poids en charge 4'418 kg
Poids en surcharge 6’585 kg à 7’130 kg au décollage (avec armement et munitions)
Motorisation 2 turboréacteurs axials Junkers JUMO 109-004B (B1, B2, B3 ou B4)
Poussée 2 x 898 kgp
Capacité en carburant 2570 litres de kérosène, répartis en 4 réservoirs
Rayon d’action 480 km à faible altitude
850 km à 6’ 000 m d’altitude
1050 km à 9’ 000 m d’altitude
Autonomie de vol 70 minutes
Plafond théorique 11'450 m d’altitude
Plafond pratique 10’850 m d’altitude
Vitesse ascensionnelle 1'200 m / minute (20 m / seconde)
Temps de grimpée 6 min. 48 sec. pour grimper à 6’ 000 m
13 min. pour grimper à 9’ 000 m
26 min. pour grimper à 10’ 000 m
Vitesse en charge 920 km/h à 10’ 000 m d’altitude
870 km/h à 6’ 000 m d’altitude (Mach 0,7)
853 km/h à 3’ 000 m d’altitude
830 km/h au niveau de la mer
Armement standard 4 canons de 3 cm Rheinmetall-Borsig MK 108
1 cinémitrailleuse à la pointe du nez
Munitions 100 coups pour chacun des 2 canons MK-108 supérieurs
80 coups pour chacun des 2 canons MK-108 inférieurs
Armement additionnel 2 x 12 roquettes R4M de 55 mm sous les ailes (certaines unités)
Train d’atterrissage train tricycle oléopneumatique
Empattement du train 2,55 m
Collimateur de visée Revi 16 ou 16b à réflexion
Equipement radio Fug 16zy
Pare-brise blindé (épaisseur 90 mm)
1er vol du prototype 4 avril 1941 (Me 262 V1 avec un moteur à piston Jumo 210)
1er vol avec réacteurs 18 juillet 1942 (Me 262 V3 avec 2 Jumo 004A-0)
1er vol du Me 262 A-1a 7 juin 1944
1ère unité expérimentale 30 juin 1944 (Ekdo 262)
1ère unité de chasse septembre 1944 (III./ZG26)
Exemplaires construits environ 1300 Me 262 construits, toutes versions confondues

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017