PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
   Les armes V
   Bases secrètes du IIIe Reich
   Les avions à réaction du IIIe Reich
   Les avions fusées du IIIe Reich
   Les intercepteurs-fusées du Reich
   Missiles du IIIe Reich
      Roquette R4M "ORKAN"
      Missile sol-air Wasserfall
      Roquette Taïfun
      Les missiles sol-air FeuerLilie
      Le missile sol-air Reichtochter R-1
      Le V1 piloté Reichenberg
      La bombe planante radioguidée Hs 293
      Le missile air-mer Hs 294
      Le missile air-air filoguidé X-4
      Fliegerfaust / Luftfaust
      Rotkäppuchen
   Les mistel
   Les VTOL du IIIe Reich
   Les Panzers du diable
   Armes spéciales
   Secrets du IIIe Reich
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[m16]           

  Les missiles sol-air FeuerLilie [45]

Le projet « Feuerlilie » (lys de feu) fait partie de la gamme des missiles sol-air développés par le IIIe Reich pour intercepter les formations compactes de bombardiers volant à haute altitude. Le programme s’échelonna sur plusieurs années et fit l’objet de plusieurs développements successifs visant à aboutir au missile final. Il fut interrompu avant terme, en novembre 1944, au moment où il était sur le point d’aboutir…

Le Feurlilie F-5

Le premier prototype étudié dans le cadre du programme « Feuerlilie » fut le « Feuerlilie F-5 », une petite fusée à carburant solide d’un diamètre de 5 cm, propulsée par un moteur à poudre. Les recherches, conduites durant l'année 1941 par les services techniques du Reichsluftfahrtministerium (RLM), furent abandonnées à la fin 1941 au profit d’un engin à poudre plus gros, baptisé « Feuerlilie F-25 ».

Le Feuerlilie F-25

Le « Feuerlilie F-25 » fut conçu en 1942 par les Dr. G. Braun et A. Buselmann du Luftfahrtforschungsansalt (FLA), mais son développement fut confié par le RLM à la firme Rheinmetall-Borsig qui poursuivit les recherches jusqu’en 1944 en étroite collaboration avec les spécialistes du FLA. Le Feuerlilie F-25 mesurait 2,08 m de longueur et présentait un fuselage cylindrique de 25 cm de diamètre pour une une envergure de 1,10 m. Il comportait 2 ailes implantées au milieu du fuselage et un stabilisateur de queue, avec une charge explosive de 17 kg logée dans l’ogive conique du nez. Son poids au départ était de 120 kg. L’engin était propulsé par un moteur fusée Rheinmetall 109-505 à carburant solide (poudre), brûlant du Diglycol et fournissant une poussée de 500 kg durant 6 secondes. Il atteignait une portée de 5 km avec un plafond de 3000 m. Un premier tir expérimental de 3 missiles F-25 eut lieu en avril 1943 au centre d’essai Rheinmetall de Leba (Poméranie orientale), situé sur le rivage de la Baltique, à environ 30 km au nord de Laubenburg (actuel Lebork en Pologne). L’un des trois F-25 lancés à cette occasion effectua un vol parfait et grimpa à haute altitude à la vitesse de 840 km/h. Les tests se poursuivirent avec le lancement de 3 autres « Feuerlilie F-25 » depuis l’îlot de Greifswalder Oie, au large du centre d’essai expérimental de Peenemünde, en juillet 1943. D’autres tirs eurent lieu entre mai et septembre 1944, mais l’engin se révéla finalement incapable de dépasser des vitesses subsoniques du fait de son moteur à poudre. Il fut abandonné au profit d'un modèle encore plus gros, le Feuerlilie F-55. En tout, une trentaine de Feuerlilie F-25 furent construits et testés entre 1942 et 1944, avec différentes configurations d’ailes (droites ou en flèche) et différents types de stabilisateurs (simple ou double) et d’empennages de queue. Mais l’engin demeura purement expérimental. Il servit de précurseur et de banc d’essai pour l’étude des vitesses et de l’aérodynamisme de son successeur, le « Feuerlilie F-55 ».

Le Feuerlilie F-55

Le missile « F-55 » constituait l’aboutissement du programme « Feuerlilie ». Il était prévu qu’il devienne opérationnel dès 1945. C’était un développement du F-25, entièrement revu et corrigé pour dépasser le mur du son. Pour accroître ses performances et permettre un meilleur rendement aux vitesses supersoniques, la cellule avait été entièrement repensée. Les ingénieurs avaient notamment supprimé l’empennage de queue et modifié la voilure. Les ailes étaient disposées non plus au milieu du corps du missile, mais à l’arrière du fuselage, et présentaient une flèche très accusée, selon une configuration proche du delta. Le nouvel engin était un peu plus court (1,80 m) que le F-25 mais possédait un corps beaucoup plus gros (51 cm de diamètre) et une envergure nettement supérieure (2,50 m). Son poids au départ atteignait 650 kg. Pour atteindre des vitesses supersoniques, l’engin avait été doté d’un moteur à poudre plus puissant, le Rheinmetall-Borsig 109-515 développant 4000 kg de poussée, qui brûlait du Diglycol. A terme, il était prévu de remplacer ce moteur à carburant solide par un nouveau moteur-fusée à carburants liquides conçu par le Dr. Conrad qui travailla également sur la propulsion des missiles « Enzian » et « Rheintochter ». Ce moteur révolutionnaire fournissait à l’engin une poussée de 6350 kg durant 27 secondes. Cette poussée était générée par la violente réaction chimique résultant de la brutale mise en présence, dans la chambre de combustion, de 2 réactifs très volatils et hautement instables : le péroxyde d’hydrogène (T-Stoff), utilisé comme comburant, et une solution de permanganate de sodium (Z-Stoff), utilisé comme catalyseur. La charge tactique comprenait désormais 180 kg d’explosifs logés dans le nez du missile. L'engin était radiocommandé jusqu’à la cible depuis une station au sol, ce qui conférait aux Allemands un net avantage tant que les Alliés n’auraient pas réussi à mettre au point des brouilleurs radio. Un premier tir expérimental fut réalisé en mai 1944, avec quatre « Feuerlilie F-55 » encore équipés de fusées Rheinmetall 109-515 à carburant solide. Ce prototype atteignit la vitesse extraordinaire de Mach 1,25 (1500 km/h), bien qu’il fût doté d’un simple propulseur à poudre et atteignit une altitude de 9500 m après avoir parcouru 7 km de distance. Un second tir d’essai eut lieu en novembre 1944. Cette fois, le « Feuerlilie F-55 » lancé était équipé du tout nouveau moteur-fusée à carburants liquides du Dr. Conrad. Il se solda par un échec, le prototype ayant explosé en vol peu après son décollage. Cet incident désastreux mit un terme au projet « Feuerlilie » qui fut définitivement enterré au moment même où il allait aboutir…

FICHES TECHNIQUES

FEUERLILIE F-25
Typemissile sol-air
Catégorieengin de développement expérimental
ConceptionLuftforschungsanshalt (LFA)
ConcepteursDr. G. Braun et A. Buselmann
DéveloppementRheimetall-Borsig AG
Propulsionmoteur-fusée à poudre
Carburantcarburant solide (Diglycol)
MoteurRheinmetall-Borsig 109-505
Poussée500 kg durant 6 secondes
Longueur2,080 m
Diamètre0,255 m
Envergure1,150 m
Guidageradio contrôlé depuis le sol
Poids au décollage120 kg
Charge tactique17 kg d’explosifs dans l’ogive du nez
Vitesse de pointe840 km/h
Plafond3000 m
Portée5500 m
Exemplaires construits30
Tirs d’essai30
1er tir d’essaiavril 1943
Fin du projetabandonné en 1944 au profit du Feuerlilie F-55

FEUERLILIE F-55
Typemissile sol-air
Catégorieversion définitive du missile
ConceptionRheimetall-Borsig AG
DéveloppementRheimetall-Borsig AG
Longueur1,80 m
Diamètre0,79 m
Envergure2, 50 m
Guidageradio contrôlé depuis le sol
Poids au décollage650 kg
Charge tactique180 kg d’explosifs dans l’ogive du nez
Exemplaires construits2
Tirs d’essai2
1er tir d’essaimai 1944 (moteur-fusée à carburant solide)
2e tir d’essainovembre 1944 (moteur-fusée à carburants liquides)
Fin du projetstoppé en novembre 1944

Moteur initial
Propulsionmoteur-fusée à carburant solide
CarburantDyglicol (poudre)
MoteurRheinmetall-Borsig 109-515
Poussée4000 kg
Vitesse atteinte1500 km/h (Mach 2,5)
Altitude atteinte9500 m
Distance parcourue7000 m

Moteur définitif
Propulsionmoteur-fusée à carburants liquides
Comburantpéroxyde d’hydrogène (T-Stoff)
Catalyseurpermanganate de sodium (Z-Stoff)
Moteurnouveau moteur développé par le Dr. Conrad
Poussée6350 kg

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017