SITE

Nous travaillons activement pour que le nouveau site internet de FORT LITROZ soit bientôt sur vos écrans. Nous avons encore du travail à faire, mais vous ne serez pas déçu. Un peu de patience....
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
   Valais/vallée du Rhone
      Ouvrage A9000 Naters
      Le col de Simplon
      Le col de la Gemmi
      La vallée de Loèche
      Le col de la Furka
      Le col du Grimsel
      Le col du Nufenen
      Fortification Dufour - St-Maurice
      Château de Chillon
   Gotthard
   Tessin
   Suisse occidentale
   Suisse centrale
   Nord de la Suisse
   Suisse orientale
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[l5]           

  La position de barrage de Loèche [3]

Quelle magnifique cave à vin, dites vous !

Eh bien vous avez tout faux ! il s’agit en réalité d’un ouvrage fortifié abritant un canon antichars !!! Eh oui ! Comme quoi, en Suisse, les apparences sont souvent trompeuses, même de très près, car les choses ne sont souvent pas ce qu’elles paraissent être… Toute la difficulté est là : faire la part entre le vrai et le faux vrai ! On en viendrait presque à devenir parano et à soupçonner des fortifications derrière chaque chalet ou rochers… ce en quoi on n’a parfois pas tort…

La position de barrage de Loèche

Loèche (en allemand Leuk) est situé au milieu du Valais et de la haute vallée du Rhône, à l’écart des axes de pénétration du Grand-Saint-Bernard (à l’ouest) et du Simplon (à l’est). La petite vallée latérale de Loèche ne possède aucune liaison routière ou ferroviaire avec le canton de Berne (situé au nord), isolée qu’elle est par la formidable barrière des Alpes bernoises qui sépare le Valais du reste de la Suisse. Malgré tout, l’armée suisse avait jugé bon d’y ménager quelques positions de barrages sur la route conduisant à Loèche-les-Bains, au cas où un assaillant venu d’Italie aurait réussi à pénétrer et à prendre pied en Valais depuis le sud (par l’axe du Simplon ou du Grand-Saint-Bernard). Ces petits fortins d’infanterie, échelonnés le long de la route, étaient destinés à empêcher toute pénétration ennemie en direction du col de la Gemmi (2300 m d’altitude), dont l’itinéraire pédestre, bien que très difficile et taillé dans la falaise, pouvait permettre à des éléments d’infanterie de franchir le massif (en bonne saison) pour s’infiltrer et déborder vers l’Oberland bernois, au cœur du réduit alpin. Toutes ces positions sont orientées face au sud et dirigées vers la vallée du Rhône.

Le petit ouvrage fortifié présenté ci-dessous est situé au milieu du vignoble de Loèche (Leuk), en bordure directe de la route reliant cette localité à La Souste (Susten) et à la plaine du Rhône. Sa fausse façade dissimulait un canon antichar 9cm Pak 50/57 pointé sur le virage de la route. Son principal intérêt tient au fait qu’il a été habilement camouflé en fausse « cave à vin», pour mieux le fondre dans son cadre naturel, selon la technique helvétique du mimétisme. La façade et la fausse porte qui s’ouvre frontalement dissimulent un grand volet mobile qui, en s’abattant, dévoile l’embrasure du canon. La véritable porte blindée - également doublée par une porte bois en tous points semblable à la première - est située latéralement, dans un décrochement du mur situé sur la gauche. Le souci du détail authentique a été poussé jusqu’à ajouter au-dessus de la fausse façade 3 fausses tonnelles plaquées contre la maçonnerie. Le camouflage en trompe l’œil était à l’époque complété par une véritable treille couverte de vignes qui ombrageait la terrasse située devant le bâtiment, de façon à renforcer l’illusion et à donner l’impression d’un vrai « carnotzet » valaisan. Mais ici, ni vin ni bouteilles de fendant. Seulement un canon antichars de 9cm modèle 50/57 et une mitrailleuse… Aujourd’hui abandonné, l’ouvrage est peu à peu envahir par les herbes folles.

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017