PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
      Ouvrage Maginot de l'Agaisen - Sostel - Alpes maritimes - France
      Ouvrage Maginot de Gordolon (petit ouvrage d’artillerie) - Alpes-Maritimes (France)
      Ouvrage d’artillerie Maginot de Restefond, 2733 m altitude (Alpes de Haute-Provence/Alpes maritimes)
      Le château de Hohlandsbourg (Alsace) - France
      Pegasus Bridge (Normandie)
      Fort d’Uxegney – Vosges - France
      Ouvrage du Fort Séré de Rivière Gondran C (Briançon)
      Pont métallique américain sur la Meuse à Vacherauville
      Monumentaux morts "Les Veilleurs de la Paix" – Haudinville (Meuse)
      Poste de commandement du Kronprinz Rupprecht de Bavière près de Varennes en Argonne
      Monument américain de Montfaucon (Meuse)
      Fort de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Ossuaire de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Fort de Troyon – Une page d’histoire oubliée - Meuse
      "Dombunker" pour canons de campagne allemands – Mangienne/Meuse
      Les Eparges – Meuse
      Ouvrage CFZ 48 (deuxième ligne de la ligne Maginot) à Azannes (Meuse)
      Char Sherman sur la place de Montfaucon
      Canon de 155 Long modèle 1877 (de Bange)
      Camp allemand de Marguerre (Meuse)
      Montmédy, Musée de la fortification
      Montmédy, l’autre place forte de la Meuse
      Le canon allemand« Max de 380 mm de Duzey (Verdun)
      Monument de Pensylvanie - 1914-1918 – Varennes (France)
      Ouvrage Maginot de Fermont
      Bois des Caures (Verdun)
      Mémorial de Verdun
      Coupole d'Helfaut-Wizernes
      La butte de Vauquois (Meuse)
      Fort de Jouy-sous-les-côtes (Toul)
      Fort du Mont Saint Michel (Toul)
      Ouvrage de la Ferté (Ardennes)
      La batterie de l'Eperon (Toul)
      Barrage rapide de Montgenèvre
      Corps de garde côtier de Roscavel (Bretagne)
      Fort l'Ecluse, Département de l’Ain
      L’escalier à l’épreuve du Fort de l’Ecluse
      Fort du Larmont supérieur
      Fort du Larmont inférieur
      La redoute de Berwick
      Fort des Rousses (Jura)
      Fort Boyard (Charente-Maritime)
      Le Fort de Sainte-Agnès (Alpes Maritimes)
      Château de Pierrefonds (département de l’Oise au nord-est de Paris)
      Oradour-sur-Glane, village martyr
      Fort Libéria - L'extérieur
      Fort Libéria - L'intérieur
      Citadelle de Besançon
      Retranchement du Chauffaud
      Fort Lupin
      Fontaine Lupin
      Souterrains de la montagne du Roule
      Barrière de l’Esseillon
      Fort Liédot
      Fort de la rade à l'Ile d'Aix
      Bastion de Menton
      Le fort d'Ambleteuse
      L'ouvrage des Granges communes
      Batterie des Caurres
      L'abri du col de Restefond
      Fort du Truc
      Platte (blockhaus de la)
      Ouvrage de Roche-la-Croix
      Le château de Collioure II
      Le château de Collioure I
      Citadelle de Mont-Louis
      Forteresse de Salses
      La cité de Carcassonne
      Villefranche-de-Conflent
      Le fort Lagarde
      Le fort de Bellegarde
      Le fort du Sapey
      Tourelle Mougin
      Fort du Barbonnet
      Fort Les Bancs
      Le fort de Pierre Châtel
      Fort Nieulay
      Ouvrage Saint Gobain
      Fort Joubet
      Château-Queyras
      Le fort de Tournoux
      Seyne-les-Alpes
      Redoute de Berwick
      Restefond
      Saint Ours Haut
      Saint Ours Bas
      Col de la Bonnette
      Vallée de la Tinée
      Haute Ubaye
      Ouvrage du Hackenberg
      Ouvrage du Hackenberg dans la tourmente
      Charvonnex
      Citadelle de Bitche
      Four à Chaux
      Fort du Télégraphe
      Les citadelles du vertige
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[jouytoul]           

  Fort de Jouy-sous-les-côtes (Toul) [90]

Le fort de Jouy-sous-les-côtes (Toul) aux lendemains de la guerre de 1870, le pays vient de subir l’invasion des prussiens et le territoire national est amputé de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine, ce que conteste une partie de l’opinion publique Les frontières du territoire se trouvent donc modifiées et l’armée se trouve investie d’une double mission : assurer l’inviolabilité des frontières et délivrer les territoires perdus. De cette volonté naîtra une doctrine militaire sous la forme d’un dispositif d’ouvrages fortifiés qui partiront de Dunkerque à Nice, portant le nom de son créateur, le général Séré de Rivière. Le général Séré de Rivière met au point un réseau de places fortes fortifiées reliées les une aux autres par des forts isolés dont les tirs se recoupent. La fortification mise au point utilisera le plus possible les obstacles naturels en barrant les voies d’invasion que sont les routes, les voies ferrées, les vallées…

Le fort de Jouy-sous-les-Côtes (dit fort Raoult)

Les premières études concernant ce fort datent de 1874, après de longues procédures de mise au point des plans, de tractations et d’expropriations, les premiers coups de pioches sont donnés en 1883, et c’est en trois ans que fut construit cet ouvrage, appartenant au rideau défensif des Hauts de Meuse, assurant la jonction entre les places fortes de Verdun et Toul. Il fut obsolète avant même son achèvement : en 1884 Eugène Turpin met au point un explosif stable et dix fois plus puissant que la poudre noire, la mélinite (acide picrique fondu) ; des essais sont entrepris au fort de la Malmaison et à la stupeur générale les maçonneries volent en éclat, les voûtes sont crevées… Le fort de Jouy reste dans son état d’origine à cause du manque de moyens financiers et échappe donc à la vague de modernisation des ouvrages (décapage des maçonneries et rebétonnage). Il conserve donc toutes ses belles maçonneries en pierres de taille, son artillerie de plein air ainsi que ses organes de flanquement de fossés (caponnières). Il n’a été que très peu exposé aux tirs de l’ennemi durant la guerre de 1914-1918 ; déclassé par la suite il servira de dépôt d’huile et d’essence entre les deux guerres. En 1940, pour parer à l’arrivée imminente des Allemands, le fort fut incendié, afin de priver l’ennemi d’un précieux ravitaillement. Tous les casernements du fort ont sérieusement souffert. Puis après la guerre, il servit comme terrain de manœuvre à la place de Commercy.

Aliéné par l’armée, il a été racheté par la commune de Géville en 1997.

A l'automne 2002, une association composée d’une poignée de bénévoles passionnés (les Amis du Fort de Jouy) commence le défrichage et le nettoyage afin de le rendre visitable.

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017