SITE

Nous travaillons activement pour que le nouveau site internet de FORT LITROZ soit bientôt sur vos écrans. Nous avons encore du travail à faire, mais vous ne serez pas déçu. Un peu de patience....
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
      Ouvrage Maginot de l'Agaisen - Sostel - Alpes maritimes - France
      Ouvrage Maginot de Gordolon (petit ouvrage d’artillerie) - Alpes-Maritimes (France)
      Ouvrage d’artillerie Maginot de Restefond, 2733 m altitude (Alpes de Haute-Provence/Alpes maritimes)
      Le château de Hohlandsbourg (Alsace) - France
      Pegasus Bridge (Normandie)
      Fort d’Uxegney – Vosges - France
      Ouvrage du Fort Séré de Rivière Gondran C (Briançon)
      Pont métallique américain sur la Meuse à Vacherauville
      Monumentaux morts "Les Veilleurs de la Paix" – Haudinville (Meuse)
      Poste de commandement du Kronprinz Rupprecht de Bavière près de Varennes en Argonne
      Monument américain de Montfaucon (Meuse)
      Fort de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Ossuaire de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Fort de Troyon – Une page d’histoire oubliée - Meuse
      "Dombunker" pour canons de campagne allemands – Mangienne/Meuse
      Les Eparges – Meuse
      Ouvrage CFZ 48 (deuxième ligne de la ligne Maginot) à Azannes (Meuse)
      Char Sherman sur la place de Montfaucon
      Canon de 155 Long modèle 1877 (de Bange)
      Camp allemand de Marguerre (Meuse)
      Montmédy, Musée de la fortification
      Montmédy, l’autre place forte de la Meuse
      Le canon allemand« Max de 380 mm de Duzey (Verdun)
      Monument de Pensylvanie - 1914-1918 – Varennes (France)
      Ouvrage Maginot de Fermont
      Bois des Caures (Verdun)
      Mémorial de Verdun
      Coupole d'Helfaut-Wizernes
      La butte de Vauquois (Meuse)
      Fort de Jouy-sous-les-côtes (Toul)
      Fort du Mont Saint Michel (Toul)
      Ouvrage de la Ferté (Ardennes)
      La batterie de l'Eperon (Toul)
      Barrage rapide de Montgenèvre
      Corps de garde côtier de Roscavel (Bretagne)
      Fort l'Ecluse, Département de l’Ain
      L’escalier à l’épreuve du Fort de l’Ecluse
      Fort du Larmont supérieur
      Fort du Larmont inférieur
      La redoute de Berwick
      Fort des Rousses (Jura)
      Fort Boyard (Charente-Maritime)
      Le Fort de Sainte-Agnès (Alpes Maritimes)
      Château de Pierrefonds (département de l’Oise au nord-est de Paris)
      Oradour-sur-Glane, village martyr
      Fort Libéria - L'extérieur
      Fort Libéria - L'intérieur
      Citadelle de Besançon
      Retranchement du Chauffaud
      Fort Lupin
      Fontaine Lupin
      Souterrains de la montagne du Roule
      Barrière de l’Esseillon
      Fort Liédot
      Fort de la rade à l'Ile d'Aix
      Bastion de Menton
      Le fort d'Ambleteuse
      L'ouvrage des Granges communes
      Batterie des Caurres
      L'abri du col de Restefond
      Fort du Truc
      Platte (blockhaus de la)
      Ouvrage de Roche-la-Croix
      Le château de Collioure II
      Le château de Collioure I
      Citadelle de Mont-Louis
      Forteresse de Salses
      La cité de Carcassonne
      Villefranche-de-Conflent
      Le fort Lagarde
      Le fort de Bellegarde
      Le fort du Sapey
      Tourelle Mougin
      Fort du Barbonnet
      Fort Les Bancs
      Le fort de Pierre Châtel
      Fort Nieulay
      Ouvrage Saint Gobain
      Fort Joubet
      Château-Queyras
      Le fort de Tournoux
      Seyne-les-Alpes
      Redoute de Berwick
      Restefond
      Saint Ours Haut
      Saint Ours Bas
      Col de la Bonnette
      Vallée de la Tinée
      Haute Ubaye
      Ouvrage du Hackenberg
      Ouvrage du Hackenberg dans la tourmente
      Charvonnex
      Citadelle de Bitche
      Four à Chaux
      Fort du Télégraphe
      Les citadelles du vertige
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[j0]           

  Fort Joubet / Saint-Vincent-les-Forts

Au 17e siècle, si la vallée de la Durance relève du royaume de France, la vallée de l'Ubaye (Alpes de Haute-Provence) appartient encore à la Savoie. En 1692, le Duc de Savoie envahit la haute Durance en transitant par l'Ubaye (via les cols de Larche et de Vars). Il ravage le pays, dévaste Embrun et Gap, avant d'être repoussé par l'armée du roi. A Versailles, la surprise est grande de constater que les Alpes ne constituent pas un obstacle infranchissable face aux possessions du Duc. Pour parer à toute nouvelle menace venant de l'Ubaye et du Piémont, Louis XIV dépêche de toute urgence sur place le maréchal de Vauban. Ce dernier décide de verrouiller tous les débouchés de l'Ubaye en créant un rideau de places fortes entourant la vallée. Dans ce cadre, il lance la construction de Briançon et de Mont Dauphin et incorpore à ce réseau des fortifications plus anciennes qu'il fait améliorer pour la circonstance (Château Queyras, Colmars-les-Alpes, Seyne-les-Alpes, Entrevaux).

Jusqu'en 1843, le débouché naturel de la vallée de l'Ubaye est fermé par une gorge profonde que seul franchit un étroit chemin sinueux taillé dans la falaise, le Tourniquet du Lauzet. Vauban juge prudent de surveiller et de verrouiller ce passage. Dans ce but, il ordonne en 1692 la construction d'un fort sur le rocher qui domine le village de Saint-Vincent, au sommet d'un versant qui tombe à pic sur le tourniquet et la rivière Ubaye (aujourd'hui partiellement noyée sous le lac artificiel de Serre-Ponçon). Le fort, dont la construction est achevée à la fin de l'année 1693, comprend une grosse redoute carrée à mâchicoulis, défendue par de l'artillerie, qui est enveloppée par une petite enceinte bastionnée.

Etant donné que le chemin du Lauzet à Seyne échappait, vers le col, aux vues du fort, une tour ronde couronnée d'un hourd en bois fut ajoutée à 500 m en avant du fort en 1696, pour servir de sonnette d'alarme. Elle est aujourd'hui restaurée. Insatisfait du résultat, Vauban préconise d'autres améliorations, notamment l'érection d'une seconde tour, plus grande et plus éloignée, et l'édification d'une enceinte flanquée de tours bastionnées demi-rondes autour du village, pour protéger les casernes et défendre l'agglomération. Ces projets ne furent jamais réalisés car l'annexion de l'Ubaye à la France en 1713 reporta la frontière loin vers l'est, sur la ligne de partage des eaux, ce qui diminua considérablement l'intérêt stratégique du fort de Saint-Vincent, qui fut relégué au rang de place de troisième importance.

Durant le 18e siècle, le fort n'est même plus entretenu, si bien que plus rien ne fonctionne à Montrocher (le nom révolutionnaire de Saint-Vincent) en l'an VII de la Révolution. D'importants travaux de remise en état sont entrepris sous l'empire, qui entraînent un remaniement considérables des infrastructures du fort. Durant la première moitié du 19e siècle, les superstructures sont abaissées et l'entrée déplacée. Certaines parties sont carrément remblayées sous un important glacis de terre de façon à augmenter leur résistance face aux progrès considérables de l'artillerie. L'ouvrage est finalement déclassé en 1880. Devenu une propriété privée, il est aujourd'hui progressivement remis en état par une équipe de bénévoles qui travaille à sa restauration.

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017