PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
   Les armes V
   Bases secrètes du IIIe Reich
   Les avions à réaction du IIIe Reich
      Les Junkers Ju 287
      MITSUBISHI J8M1 « SHUSUI »
      Messerschmitt « WESPE »
      Arado 234B Blitz
      Arado 234B-2N « NACHTIGALL »
      Me 262 Introduction
      Messerschmitt 262 - Jagdgeschwader 7 NOWOTNY
      Messerschmitt 262 - Jagdverband 44 GALLAND
      Messerschmitt 262 A-R1
      Messerschmitt Me 262A-1a
      Messerschmitt Me 262 HG I
      Messerschmitt Me 262 HG-II
      Messerschmitt Me 262 HG III interceptor
      Messerschmitt 262A-2a Jabo
      Messerschmitt 262A-2a/U2
      Le Me 262 en action
      Messerschmitt 1099 B/I
      Messerschmitt 1101 à voilure en flèche
      Messerschmitt Me-329 Jabo
      Messerschmitt 328B Jabo
      Le Heinkel 178
      Le Heinkel 280
      Le Heinkel 162 Salamander
      Le Heinkel 1078
      Le Henschel Hs-132
      L'aile volante Horten IX
      L’aile volante furtive GOTHA P-60
      L'aile volante quadriréacteur Junkers EF-130
      Le chasseur à décollage vertical Fw Triebflügel
      Le Focke Wulf Ta 183A à voilure en flèche
      Le chasseur bipoutres Focke Wulf Flitzer
      Le monoréacteur ventral Focke Wulf P II
      Le chasseur à voilure inversée Blohm & Voss P-208
      L'aile volante Blohm & Voss Ae-607
      Le Volksjäger de Blohm & Voss
      Le biréacteur d'assaut Arado 234B
      Le quadriréacteur d'assaut Arado 234C
      Le bombardier lourd à voilure inversée Ju 287
      L'aile volante Arado Ar E-555
      Bombardier à longue distance Daimler Benz
   Les avions fusées du IIIe Reich
   Les intercepteurs-fusées du Reich
   Missiles du IIIe Reich
   Les mistel
   Les VTOL du IIIe Reich
   Les Panzers du diable
   Armes spéciales
   Secrets du IIIe Reich
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[h8]           

  Le Henschel Hs-132 [44]

Le premier bombardier à réaction en piqué de l'histoire. Dès 1943, les Allemands s'aperçurent que les pertes enregistrées lors des attaques en piqué menées par les Ju-87 « Stuka » devenaient trop élevées. Qui plus est, ces attaques nécessitaient de plus en plus l'assistance de chasseurs bien armés. Cela était particulièrement manifeste sur le front de l'Est où la chasse soviétique s’était considérablement renforcée et modernisée. Si le « Stuka » avait fait merveille durant les Blitzkriegs de 1939-1941, où sa combinaison tactique avec les Panzers s'était révélée particulièrement redoutable, en 1943 l'appareil était manifestement devenu trop lent et trop vulnérable. Il était temps de songer à le remplacer. La firme Henschel, qui avait acquis une grande expérience en matière d'appareils d'appui au sol, proposa, à la fin de l'année 1944, de construire un bombardier d'attaque en piqué propulsé par un moteur à réaction.

Le réacteur sélectionné, un BMW 109-003E-2 développant 800 kg de poussée, était installé au-dessus du fuselage. Cette disposition, jointe au fait que le Henschel He-132 possédait un empennage bi-dérives de type cantilever, faisait que la silhouette du bombardier ressemblait beaucoup à celle du chasseur à réaction Heinkel He-162. La confusion était encore renforcée par les désignations très similaires des deux appareils dont les noms ne différaient que par quelques lettres. Mais la similitude s'arrêtait là. L'aérodynamisme du Hs-132 avait été étudié en soufflerie pour faciliter l'écoulement de l'air le long du fuselage et diminuer au maximum le coefficient de friction. Il en résultait une cellule oblongue et effilée aux deux extrémités, présentant des formes très pures. La voilure, très fine et magnifiquement profilée, accusait une légère flèche vers l'arrière, avec des ailes fixées à mi-hauteur. La vitesse maximale espérée en palier était de 780 km/h à 6 000 m d'altitude, avec un plafond pratique de 10 250 m et un rayon d'action de 680 km. En piqué, on estime que le bombardier aurait probablement frôlé les 1000 km/h vu sa forme très pure et son aérodynamique très poussée. La capacité d'emport était identique à celui du « Stuka », à savoir une bombe de 500 kg sous le fuselage ou 2 bombes de 250 kg sous les ailes. Sur les photograhies du seul prototype qui fut quasiment achevé, on distingue clairement quatre emplacements prévus pour loger 2 x 2 canons de part et d'autres du nez de l'appareil (voir la galerie de photos).

La caractéristique la plus surprenantes du Hs-132 était la position du pilote qui était étendu à plat ventre dans le nez vitré de l'appareil. Cette disposition particulière garantissait une vision optimale dans toutes les directions, grâce à une verrière très ajourée et à la présence d'une bulle frontale offrant un dégagement angulaire sur 360 degrés. Elle permettait surtout au pilote d'encaisser sans problème jusqu'à + 12 G (soit 12 fois son propre poids) lorsque il amorçait sa ressource vers le haut en cabrant son appareil au sortir d'une attaque en piqué. Cela améliorait considérablement le confort du pilote et facilitait le maniement du bombardier à réaction. Etant étendu sur le ventre, le pilote ne ressentait plus l'effroyable tassement des vertèbres inhérent à la position assise et risquait moins de succomber au fameux "voile noir" provoqué par le brusque reflux du sang vers les pieds. La simplicité de construction de l'appareil, qui faisait largement usage du bois, fut particulièrement appréciée par le Reichsluftfahrtministerium (RLM) qui commanda aussitôt trois prototypes. Leur assemblage commença très tardivement, en mars 1945... Seul le Henschel Hs-132 V1 put être achevé avant la fin des hostilités, mais il ne put prendre l'air avant l'écroulement du Reich. Les trois prototypes construits furent saisis par les troupes soviétiques en mai 1945 et l'on perd ensuite leurs traces. Probablement ont-ils été rapatriés dans le plus grand secret en Union soviétique. Existent-ils toujours? Nul ne le sait…

Fiche technique du Hs-132

DésignationHenschel Hs-132
Typebombardier en piqué à réaction
Equipagemonoplace.
Propulsion1 turboréacteur BMW 109-003E-2 en position dorsale
Puissance800 kg de poussée
Vitesse max.780 km/h en palier à une altitude de 6 000 m.
probablement 1 000 km/h en piqué.
Plafond pratique10 250 m d'altitude
Rayon d'action680 km
Poids en charge3 400 kg au décollage
Envergure7,20 m
Longueur8,90 m
Surface alaire14,82 m2
Armement1 bombe de 500 kg ou 2 bombes de 250 kg.
emplacements pour 4 canons de part et d'autre du nez

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017