SITE

Nous travaillons activement pour que le nouveau site internet de FORT LITROZ soit bientôt sur vos écrans. Nous avons encore du travail à faire, mais vous ne serez pas déçu. Un peu de patience....
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
      Ouvrage Maginot de l'Agaisen - Sostel - Alpes maritimes - France
      Ouvrage Maginot de Gordolon (petit ouvrage d’artillerie) - Alpes-Maritimes (France)
      Ouvrage d’artillerie Maginot de Restefond, 2733 m altitude (Alpes de Haute-Provence/Alpes maritimes)
      Le château de Hohlandsbourg (Alsace) - France
      Pegasus Bridge (Normandie)
      Fort d’Uxegney – Vosges - France
      Ouvrage du Fort Séré de Rivière Gondran C (Briançon)
      Pont métallique américain sur la Meuse à Vacherauville
      Monumentaux morts "Les Veilleurs de la Paix" – Haudinville (Meuse)
      Poste de commandement du Kronprinz Rupprecht de Bavière près de Varennes en Argonne
      Monument américain de Montfaucon (Meuse)
      Fort de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Ossuaire de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Fort de Troyon – Une page d’histoire oubliée - Meuse
      "Dombunker" pour canons de campagne allemands – Mangienne/Meuse
      Les Eparges – Meuse
      Ouvrage CFZ 48 (deuxième ligne de la ligne Maginot) à Azannes (Meuse)
      Char Sherman sur la place de Montfaucon
      Canon de 155 Long modèle 1877 (de Bange)
      Camp allemand de Marguerre (Meuse)
      Montmédy, Musée de la fortification
      Montmédy, l’autre place forte de la Meuse
      Le canon allemand« Max de 380 mm de Duzey (Verdun)
      Monument de Pensylvanie - 1914-1918 – Varennes (France)
      Ouvrage Maginot de Fermont
      Bois des Caures (Verdun)
      Mémorial de Verdun
      Coupole d'Helfaut-Wizernes
      La butte de Vauquois (Meuse)
      Fort de Jouy-sous-les-côtes (Toul)
      Fort du Mont Saint Michel (Toul)
      Ouvrage de la Ferté (Ardennes)
      La batterie de l'Eperon (Toul)
      Barrage rapide de Montgenèvre
      Corps de garde côtier de Roscavel (Bretagne)
      Fort l'Ecluse, Département de l’Ain
      L’escalier à l’épreuve du Fort de l’Ecluse
      Fort du Larmont supérieur
      Fort du Larmont inférieur
      La redoute de Berwick
      Fort des Rousses (Jura)
      Fort Boyard (Charente-Maritime)
      Le Fort de Sainte-Agnès (Alpes Maritimes)
      Château de Pierrefonds (département de l’Oise au nord-est de Paris)
      Oradour-sur-Glane, village martyr
      Fort Libéria - L'extérieur
      Fort Libéria - L'intérieur
      Citadelle de Besançon
      Retranchement du Chauffaud
      Fort Lupin
      Fontaine Lupin
      Souterrains de la montagne du Roule
      Barrière de l’Esseillon
      Fort Liédot
      Fort de la rade à l'Ile d'Aix
      Bastion de Menton
      Le fort d'Ambleteuse
      L'ouvrage des Granges communes
      Batterie des Caurres
      L'abri du col de Restefond
      Fort du Truc
      Platte (blockhaus de la)
      Ouvrage de Roche-la-Croix
      Le château de Collioure II
      Le château de Collioure I
      Citadelle de Mont-Louis
      Forteresse de Salses
      La cité de Carcassonne
      Villefranche-de-Conflent
      Le fort Lagarde
      Le fort de Bellegarde
      Le fort du Sapey
      Tourelle Mougin
      Fort du Barbonnet
      Fort Les Bancs
      Le fort de Pierre Châtel
      Fort Nieulay
      Ouvrage Saint Gobain
      Fort Joubet
      Château-Queyras
      Le fort de Tournoux
      Seyne-les-Alpes
      Redoute de Berwick
      Restefond
      Saint Ours Haut
      Saint Ours Bas
      Col de la Bonnette
      Vallée de la Tinée
      Haute Ubaye
      Ouvrage du Hackenberg
      Ouvrage du Hackenberg dans la tourmente
      Charvonnex
      Citadelle de Bitche
      Four à Chaux
      Fort du Télégraphe
      Les citadelles du vertige
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[h7]           

  Le Hackenberg dans la tourmente de la libération [4]

Le 17 août, après la terrible bataille de la poche de Falaise (au cours de laquelle plusieurs dizaines de milliers de soldats allemands furent anéantis), la Wehrmacht se replie derrière la Seine. Paris est libéré le 25 août, mais Patton contourne la capitale par le sud et poursuit rapidement sa progression vers l'est, talonnant les Allemands pas à pas. A Metz, l'arrivée imminente des Américains déclenche la panique chez les Allemands. On évacue précipitamment les ouvrages Maginot qui avaient été occupés, notamment le Hackenberg. La voie est désormais libre pour les Américains, mais ceux-ci, étonnamment, ne franchissent pas la Meuse et stoppent brutalement leur progression. Que se passe-t-il ? En fait, ils sont à court de carburant, les lignes de ravitaillement étant trop distendues depuis les plages de Normandie. Aussitôt, les Allemands se ressaisissent. Ils mettent à profit la semaine perdue pour organiser la défense de Metz et de la Meuse, et pour remettre en état les puissantes batterie cuirassées des groupes fortifiés de la région, contre lesquelles viendront s'échouer le 20e corps US. Faute de moyens, les Américains ont laissé passé une occasion inespérée de libérer la Lorraine dans la foulée. Pour ce faire, ils devront combattre avec acharnement, au prix de lourdes pertes…

Le 14 novembre, le 357ème Régiment d'Infanterie U.S. reçoit l'ordre de progresser en direction de la crête du Hackenberg. Il ignore que les environs ont été réoccupés par les débris de la 416e Infanterie Division, renforcés par plusieurs Kampfgruppen de la 25ème Panzergrenadier Division. Le 15, alors que le 3ème bataillon U.S. progresse sur les hauteurs dominant le village de Budling, il est soudain pilonné et soumis " à la plus intense concentration de feu d'artillerie dont le régiment n'eut jamais fait l'expérience ", selon le témoignage même d'un G.I. En l'espace d'une minute et demi, pas moins de 90 obus criblent le secteur, transformant le terrain en un véritable enfer pour les soldats américains qui sont hachés par grappes entières. Le déluge de feu et d'acier qui vient de s'abattre sur eux a été déclenché par le bloc 8 du Fort du Hackenberg, réoccupé par les Allemands. Aussitôt, des tanks-destroyers M10 de la compagnie "A" du 773 bataillon du régiment U.S. sont appelés à la rescousse pour marteler la position, mais leurs obus de rupture s'avèrent totalement inefficaces contre le béton de l'ouvrage, car ils sont trop loin et ne peuvent pas approcher sous peine d'être détruits par la puissante artillerie du bloc 8.

Le général Van Fleet décide alors de réclamer l'appui de l'artillerie lourde du 20e Corps U.S. et de pilonner le bloc avec de gros obusiers de 203 et 240 disposés sur la rive droite de la Moselle. Le tir est dirigé par avion mais se révèle également inefficace contre l'impressionnante épaisseur du béton et des cuirassements français...

Pour tenter de déloger les Allemands, on décide alors de recourir à un automoteur M12 de 155 mm du 354ème bataillon d'artillerie U.S. Le 16 novembre au matin, l'automoteur prend position à 1800 m, juste en retrait de la limite de portée des pièces de 75 mm du bloc 8. A 10 heures, il ouvre le feu en trajectoire tendue vu la faible distance. Les obus de rupture se succèdent et criblent la façade du bloc 8 dans un déluge de feu, de fumée et de poussière soulevée par les impacts. Des éclats de béton giclent en l'air. L'acier se tord, le béton se creuse, les blindages se fendillent… Soumises à ce pilonnage infernal qui disloque le béton, déchire le ferraillage et fend l'acier, les parois latérales des 3 chambres de tir sont littéralement labourées et finissent par céder les unes après les autres, percées de part en part. Des trous béants apparaissent dans la masse couvrante, par où s'engouffrent, à chaque impact, des qui criblent l'intérieur de la casemate. Sous la violence du feu, la situation devient intenable pour les défenseurs allemands qui sont contraints d'abandonner les pièces de 75 mm pour se retirer à l'abri. L'artillerie du bloc se tait définitivement. Etonnament, les Allemands ne déplorent qu'un seul tué qui est aussitôt enterré sous les débris de béton, dans le fossé diamant.

A 11 heures, le 2e bataillon U.S., qui avait glissé sur la gauche pour relever le 3e bataillon très éprouvé, passe à l'attaque, appuyé par le 1er bataillon, jusqu'alors tenu en réserve… La chute du bloc 8 entraîne rapidement le départ des derniers éléments de la 416e Infanterie Division et de la 25e PanzerGrenadier Division qui s'enfuient en direction de Bouzonville. Avant d'abandonner l'ouvrage, les Allemands font sauter leurs stocks d'armes et de munitions entreposés dans le magasin M1 du fort. Sous l'effet de l'explosion, la gigantesque porte de 8 tonnes servant à l'obturation de la galerie - qui n'était plus maintenue contre le mur - est violemment projetée par la violence du souffle et, tombant dans le vide, se cintre fortement…

Les séquelles de ces ultimes combats sont toujours visibles cinquante ans plus tard, comme le montre la galerie de photos qui suit…

Pour en savoir plus :

Du béton et des hommes. Ouvrage A19 Hackenberg. écrit par Robert C. Varoqui. Plaquette de 56 pages richement illustrée, format A4, éditée par AMIFORT - Vrecking. En vente au fort ou à commander auprès de AMIFORT:

Informations sur les visites du Hackenberg:

http://maginot-hackenberg.com
http://monsite.orange.fr/maginot-hackenberg/

AMIFORT - Tourisme information
Fort du Hackenberg
61 bis Grand'Rue
57920 Veckring
France

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017