PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
   Les armes V
   Bases secrètes du IIIe Reich
   Les avions à réaction du IIIe Reich
   Les avions fusées du IIIe Reich
   Les intercepteurs-fusées du Reich
   Missiles du IIIe Reich
   Les mistel
   Les VTOL du IIIe Reich
   Les Panzers du diable
   Armes spéciales
   Secrets du IIIe Reich
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[h1]           

  Les armes secrètes du IIIe Reich [132]

Sous la pression des événements, les deux dernières années de la seconde guerre mondiale virent éclore un nombre incroyable de projets d'armes nouvelles du côté allemand. Ces armes d'un nouveau type et au potentiel militaire fantastique, touchaient tous les domaines de la guerre - air, mer, terre. Toutes recouraient à des technologies très diverses mais totalement révolutionnaires, bien loin des schémas classiques. Leur conception futuriste, très en avance sur leur époque, montre quelle maîtrise et quel degré de connaissances les ingénieurs et techniciens allemands avaient acquis en 1945 et quelle avance technologique les scientifiques allemands avaient sur leurs homologues soviétiques ou occidentaux.

Le fait est que lorsqu'ils découvrirent ces projets, certains spécialistes américains ou britanniques n'en crurent pas leurs yeux. A partir d'avril 1945, on assista à travers les ruines fumantes du Reich à une course effrénée aux armes secrètes allemandes, les anciens alliés n'hésitant pas à s'approprier et à rapatrier dans le plus grand secret les prototypes, les documents, le matériel et jusqu'au personnel et aux cerveaux qui avaient collaboré à ces divers projets. Ce fut l'opération Paperclip du côté américain, mais les Russes, les Britanniques et les Français firent de même…

Certaines de ces armes, comme le missile V1, la fusée V2 ou le chasseur à réaction Messerschmitt Me 262, atteignirent le stade opérationnel et furent engagés sur le théâtre d'opération par Hitler, dans le vain espoir de renverser le sort des armes. D'autres, dont le développement venait d'aboutir, étaient sur le point d'être lancées en série lorsque le Reich s'écroula. La plupart, élaborées trop tardivement, n'avaient pas dépassé le stade expérimental ou n'avaient été produites qu'en nombre très limité, à l'état de prototypes. Certaines n'étaient encore qu'à l'état de projet, ou d'épures en mai 1945…

Après l'occupation de l'Allemagne, les ingénieurs alliés purent constater avec effroi que ces armes ne constituaient qu'une première génération d'appareils révolutionnaires, d'autres concepts encore plus audacieux étant en gestation. En prenant connaissance des divers projets existants, ils durent constater que les Allemands possédaient une avance extraordinaire dans un grand nombre de domaines de pointe, comme la recherche aéronautique fondamentale, les hélicoptères, les appareils à voilure en flèche ou à aile delta, ou encore l'utilisation du moteur à réaction et du moteur-fusée à carburant liquide.

Ainsi, en 1945, l'Allemagne était sur le point de faire intervenir tout un arsenal d'armes nouvelles capables de bouleverser la tactique et la stratégie des Alliés. A l'exception de l'arme nucléaire, ces engins nouveaux constituent encore aujourd'hui la base de l'armement des forces conventionnelles de tous les pays du monde. L'apparition du U-Boot type XXI remettait en cause toute la doctrine de défense des convois maritimes ; les missiles téléguidés et l'avion à réaction équipé de roquettes sonnaient le glas de la stratégie des formations compactes de bombardiers. Enfin, les fusées annonçaient la disparition de l'artillerie lourde à longue portée et ouvraient l'ère des bombardements stratégiques intercontinentaux…

Dans ces conditions, on comprend mieux la stratégie de Hitler après Stalingrad et son espoir, tant de fois répété, de gagner la guerre grâce aux " armes miracles ". Dans son esprit, 1943 devait être une année de reconversion et d'attente, le temps de permettre le développement de cet arsenal d'armes de représailles. Avec l'aide des formations blindées S.S., les troupes allemandes devaient tenir sur le théâtre méditerranéen et sur le front de l'Est, où elles bénéficiaient d'un vaste capital-espace. 1944 serait l'année décisive ou se jouerait le sort de la guerre. Si le débarquement prévu par les Alliés échouait ou était repoussé, l'Allemagne pourrait alors reprendre l'initiative à l'Est avec toutes ses forces terrestres et déclencher contre les Alliés occidentaux une vaste offensive de grand style sur mer et dans les airs. Après cinq ans de guerre totale, le Reich reprendrait l'initiative sur tous les fronts et imposerait sa domination au continent européen, grâce à son arsenal d' " armes miracles "…

C'est l'ensemble de ces armes absolument incroyables, dans lesquelles le Dr. Goebbels et le régime nazi avaient placés leurs derniers espoirs, que nous vous proposons de découvrir dans cette rubrique. Développées plus tôt, produites en plus grand nombre et engagées massivement, elles auraient pu renverser le sort de la guerre et modifier l'avenir du monde tout entier. Par chance, les Alliés atteignirent Berlin avant …

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017