Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
      Ouvrage Maginot de l'Agaisen - Sostel - Alpes maritimes - France
      Ouvrage Maginot de Gordolon (petit ouvrage d’artillerie) - Alpes-Maritimes (France)
      Ouvrage d’artillerie Maginot de Restefond, 2733 m altitude (Alpes de Haute-Provence/Alpes maritimes)
      Le château de Hohlandsbourg (Alsace) - France
      Pegasus Bridge (Normandie)
      Fort d’Uxegney – Vosges - France
      Ouvrage du Fort Séré de Rivière Gondran C (Briançon)
      Pont métallique américain sur la Meuse à Vacherauville
      Monumentaux morts "Les Veilleurs de la Paix" – Haudinville (Meuse)
      Poste de commandement du Kronprinz Rupprecht de Bavière près de Varennes en Argonne
      Monument américain de Montfaucon (Meuse)
      Fort de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Ossuaire de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Fort de Troyon – Une page d’histoire oubliée - Meuse
      "Dombunker" pour canons de campagne allemands – Mangienne/Meuse
      Les Eparges – Meuse
      Ouvrage CFZ 48 (deuxième ligne de la ligne Maginot) à Azannes (Meuse)
      Char Sherman sur la place de Montfaucon
      Canon de 155 Long modèle 1877 (de Bange)
      Camp allemand de Marguerre (Meuse)
      Montmédy, Musée de la fortification
      Montmédy, l’autre place forte de la Meuse
      Le canon allemand« Max de 380 mm de Duzey (Verdun)
      Monument de Pensylvanie - 1914-1918 – Varennes (France)
      Ouvrage Maginot de Fermont
      Bois des Caures (Verdun)
      Mémorial de Verdun
      Coupole d'Helfaut-Wizernes
      La butte de Vauquois (Meuse)
      Fort de Jouy-sous-les-côtes (Toul)
      Fort du Mont Saint Michel (Toul)
      Ouvrage de la Ferté (Ardennes)
      La batterie de l'Eperon (Toul)
      Barrage rapide de Montgenèvre
      Corps de garde côtier de Roscavel (Bretagne)
      Fort l'Ecluse, Département de l’Ain
      L’escalier à l’épreuve du Fort de l’Ecluse
      Fort du Larmont supérieur
      Fort du Larmont inférieur
      La redoute de Berwick
      Fort des Rousses (Jura)
      Fort Boyard (Charente-Maritime)
      Le Fort de Sainte-Agnès (Alpes Maritimes)
      Château de Pierrefonds (département de l’Oise au nord-est de Paris)
      Oradour-sur-Glane, village martyr
      Fort Libéria - L'extérieur
      Fort Libéria - L'intérieur
      Citadelle de Besançon
      Retranchement du Chauffaud
      Fort Lupin
      Fontaine Lupin
      Souterrains de la montagne du Roule
      Barrière de l’Esseillon
      Fort Liédot
      Fort de la rade à l'Ile d'Aix
      Bastion de Menton
      Le fort d'Ambleteuse
      L'ouvrage des Granges communes
      Batterie des Caurres
      L'abri du col de Restefond
      Fort du Truc
      Platte (blockhaus de la)
      Ouvrage de Roche-la-Croix
      Le château de Collioure II
      Le château de Collioure I
      Citadelle de Mont-Louis
      Forteresse de Salses
      La cité de Carcassonne
      Villefranche-de-Conflent
      Le fort Lagarde
      Le fort de Bellegarde
      Le fort du Sapey
      Tourelle Mougin
      Fort du Barbonnet
      Fort Les Bancs
      Le fort de Pierre Châtel
      Fort Nieulay
      Ouvrage Saint Gobain
      Fort Joubet
      Château-Queyras
      Le fort de Tournoux
      Seyne-les-Alpes
      Redoute de Berwick
      Restefond
      Saint Ours Haut
      Saint Ours Bas
      Col de la Bonnette
      Vallée de la Tinée
      Haute Ubaye
      Ouvrage du Hackenberg
      Ouvrage du Hackenberg dans la tourmente
      Charvonnex
      Citadelle de Bitche
      Four à Chaux
      Fort du Télégraphe
      Les citadelles du vertige
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[f5]           

  Fort Les Bancs

"Fort Les Bancs" est situé aux confins des départements de l'Ain et de la Savoie, au-dessus du défilé et du fort de Pierre Châtel, sur la route reliant Chambéry à Lyon et Belley. Cette cluse étroite et encaissée, taillée par un bras du Rhône dans une barrière calcaire, constituait, du 17e siècle au milieu du 19e siècle, la frontière entre le royaume de France et les Etats de Savoie (suite au rattachement du Bugey à la France en 1601). Ce point de passage, qui formait un verrou stratégique de première importance, fut fortifié dès le 17e siècle avec la construction du Fort de Pierre Châtel, édifié par la France sur l'emplacement d'une ancienne chartreuse.

Par deux fois, en 1814 et en 1815, le nid d'aigle de Pierre Châtel fut attaqué par les Autrichiens qui, faute de pouvoir l'emporter d'assaut, en firent le siège, se contentant de pilonner la place avec des canons hissés sur les sommets encadrant le défilé. La garnison française résista avec succès et ne se rendit que lorsque le sort de la France fut scellé. Mais l'expérience avait montré la principale faiblesse de Pierre Châtel qui pouvait facilement être battu et bombardé depuis les hauteurs avoisinantes. En témoignent les impacts de boulets de fonte qui ont écorné les murs du portail de l'ancienne chartreuse…

La menace principale venait du sommet qui dominait directement le fort, d'où l'ennemi jouissait d'une vue plongeante sur la place de Pierre Châtel, ce qui permettait non seulement de la battre avec de l'artillerie mais aussi d'épier tous les mouvements des défenseurs.

Pour pallier cette grave faiblesse, un fort de couverture fut érigé sur ce sommet au milieu du 19e siècle. Il fut baptisé " Fort Les Bancs ", par allusion au litage horizontal des strates de calcaire du massif qui forment de gigantesques bancs de pierres. La construction, commencée en 1840, fut achevée en 1849 et le fort inauguré en 1850. Sa construction étant antérieure aux progrès de l'artillerie rayée, l'ouvrage présente encore un tracé bastionné et terrassé, le rempart étant conçu pour résister uniquement à des boulets métalliques pleins. De ce point de vue, il est caractéristique de la dernière génération de fortifications précédant la généralisation de l'artillerie rayée. Originellement, les plans prévoyaient de doter l'ouvrage de bastions classiques, mais leur forme fut tronquée pour adapter le fort à la topographie allongée de la crête. Cette caractéristique géographique obligea également les constructeurs à compartimenter l'espace intérieur en multipliant les traverses pour empêcher le fauchage des défenseurs par un tir de contrebatterie prenant l'ouvrage en enfilade depuis le sommet situé de l'autre côté de la gorge.

"Fort Les Bancs" n'eut jamais à combattre ; il servit de cantonnement et de place d'instruction, comme en témoignent certaines fresques encore visible à l'entrée du fort. Quant aux mâchicoulis qui garnissent son corps de garde, ils sont caractéristiques de cette époque où le " pseudo-médiéval " était très tendance. On retrouve le même type d'aménagements dans certains forts de la ceinture de Paris, construits vers la même époque…

Le fort n'est pas ouvert à la visite. Toute tentative d'y pénétrer serait considérée comme une intrusion, avec tout ce que cela peut impliquer pénalement et juridiquement… sans compter les nombreux dangers et pièges mortels que recèle l'ouvrage.

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017