Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
      Défilé 1 corps d'armée suisse - Aérodrome de Payerne - 1959(VIDEO)
      13'000 fortins militaires abandonnés(VIDEO)
      Base aérienne de Payerne - Meeting Air 14
      Divers véhicules blindés et tout-terrain testés par l'Armée suisse
      Démonstration de l’obusier blindés M109 à Lugano
      Protection civile Martigny - PC régional - Poste de commandement
      Musée de l'Armée - Bugdorf/Thun
      Démonstration du Bat de chars 17 (milice) sur la place d’arme de Bure
      La Suisse bombardée durant la seconde guerre mondiale
      Prototype d’un char équipé d’un canon de 15,5 cm - Suisse
      A92 – Abri-caverne – Scex du Doey
      Barricade antichars
      Le Château-fort de Saillon
      Le château de Beauregard
      Barricades et ouvrages minés
      Un bombardier s'écrase près de Sion
      Canons de DCA et ach
      Château de Montorge
      Château de la Bâtiaz
      La Suisse, objectif des Soviétiques
      Émetteurs de secours de la radio nationale
      Le système FLORAKO
      Remise du drapeau du BI 19 à Sion
      DEMOEX 08 - démonstr.d'une brigade blindée
      Bex Airshow 07
      Les châteaux de Bellinzone
      Base Bloodhound de Menzingen
      Infra QG 35 à Dailly
      Musée de l'artillerie à Morges
      Ccplm landwehr cp fus II/203
      La patrouille des glaciers
      Les chevaux du train
      Batterie de 7,5cm
      Air 04 de Payerne
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[e11]           

  Château-fort de Montorge [21]

Méconnu, le château-fort de Montorge, à Sion, est pourtant l’un des plus beaux du Valais Central, dans les Alpes suisses. Ce nid d’aigle, perché à 792 m d’altitude sur un crête effilée qui domine la capitale du Valais, jouit d’une position stratégique qui lui permet de contrôler tout le Valais Central, y compris l’ancienne cité médiévale de Sion, située à ses pieds. La vue, qui porte très loin à la ronde, permet de surveiller la vallée du Rhône sur soixante kilomètres, depuis Martigny jusqu’à Loèche. Le problème c’est que cette sentinelle avancée, construite vers 1230 par le comte Aymon de Savoie, se trouvait sur les terres relevant de l’évêque de Sion, son rival. Cet empiètement, sciemment calculé, constituait un camouflet lancé aux Valaisans et un véritable affront à l’autorité du Prince-évêque du Valais. Si bien que dès 1233, le comte de Savoie est sommé de détruire le château. Il n’en fait rien et c’est l’évêque qui s’en empare. En 1260, une expédition armée en Valais restitue le château au comte de Savoie. Sion est prise. Trois ans plus tard, profitant que Pierre II de Savoie est occupé en Angleterre, l’évêque de Sion reprend Montorge. Au retour du comte de Savoie en 1265, une trêve est signée et la frontière est fixée sur la Morge de Conthey, en contrebas de l’éperon de Montorge. Elle sera rompue l’année même et Pierre II s’empare de Montorge. Mais il meurt subitement peu après et l’évêque récupère aussitôt le château. Entre 1274 et 1294, l’évêque de Sion, Pierre d’Oron, rénove et renforce le château qui connaîtra quelques années de répit. Mais en 1352, la guerre reprend entre Savoyards et Valaisans, doublée par les luttes intestines que se livrent deux familles nobles très en vue en Valais : les Tavelli et les sires de La Tour, alliés de la Savoie. Dans un premier temps, le comte de Savoie se fait céder les châteaux de l’évêque, y compris celui de La Bâtiaz à Martigny ; puis l’évêque, qui s’est allié aux communes du Valais, reprend les châteaux de Montorge et de Tourbillon. La paix, signée en 1370, attribue Montorge à l’évêque de Sion. Cinq ans plus tard, Antoine de La Tour assassine l’évêque Guichard Tavelli au château de La Soie, voisin de celui de Montorge, en le défenestrant pour le précipiter dans le vide. La carcasse du malheureux est retrouvée disloquée au pied des pentes. La guerre reprend. La Maison de Savoie en profite pour installer Edouard de Savoie, frère du comte, sur le siège épiscopal du Valais, mais les Haut-Valaisans entrent aussitôt en lutte ouverte contre lui. Le comte Amédée VII de Savoie doit intervenir à plusieurs reprises en Valais, jusqu’à détruire en partie la cité de Sion en 1384. Son armée progresse ensuite en direction du Haut-Valais et remonte la vallée du Rhône jusqu’à Viège où il subit finalement une cuisante défaite qui l’oblige à se retirer. Le traité de paix, signé en 1392, rétablit l’ancienne frontière de 1260 : la Morge de Conthey sépare désormais le Valais épiscopal (Haut-Valais) du Valais savoyard (Bas-Valais). Cette situation durera toutefois moins d’un siècle. En 1475, profitant de l’écrasement de Charles-le-Téméraire par les Suisse, les Valaisans défont le comte de Savoie sous les murs de Sion (bataille de La Planta) et reprennent tout le Bas-Valais, mettant un terme définitif aux prétentions de la Savoie sur le Valais. Cependant, les dizains du Haut-Valais luttent contre l’autorité du nouvel évêque, Guillaume II, membre de la puissante famille indigène des sires de Rarogne. La Savoie en profite pour s’emparer une fois de plus des châteaux de Tourbillon et de Montorge. En 1417, après signature d’une trève, les Haut-Valaisans, pour éviter toute utilisation ultérieure par les sires de Rarogne, démolissent et même arasent le château de Montorge qui ne se relèvera jamais plus de ses ruines. Le site, classé monument historique, est un but idéal de promenade ou de pique-nique. On l’atteint en quelques minutes par un sentier qui part du charmant petit lac de Montorge et qui serpente à travers le vignoble en terrasses, puis au milieu d’une steppe aride et brûlée de soleil. Les ruines du château, récemment rénovées et mises en valeur par la Bourgeoisie de Sion, offrent un panorama splendide sur les Alpes valaisannes, la plaine du Rhône et la capitale du Valais. La colline, inondée de soleil, embaume le Midi car la végétation est de type méditerranéenne. On y trouve des chênes, des pins et même des cactus et des petits scorpions (totalement inoffensifs rassurez-vous!). Alors si jamais vous passez par Sion, prenez un moment pour faire un petit détour par Montorge… Vous ne serez pas déçu.

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017