Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
   Le filtre à poussières radioactives
   Barricades antichars
   B 200 S/R IV
   Camouflage
   Camouflage végétal
   Canon ach de 9 cm
   Central téléphonique
   Déshumidificateur
   Fak (Feldanschlusskasten)
   Goulotte à grenade
   Groupe électrogène
   Mitrailleuse 7,5 Mod 11
   Mitrailleuse 7,5 Mod 51
   Ouvrages minés (O mi)
   Panorama
   Ventilation
   Entrée d'ouvrages
   Blockhaus d'entrée
   Créneau de porte
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[camouflage]           

  Camouflage [14]

Lors de la construction des fortifications suisses, avant et durant la seconde guerre mondiale, les ouvertures (entrées, embrasures de tir, ventilation, échappement, etc.) ne furent camouflées que d'une façon sommaire en peignant un camouflage sur le béton ou l'acier. Dans la majorité des ouvrages, ce premier camouflage reste plus ou moins visible. Deux décennies plus tard environ, la décision fut prise de revoir complètement le camouflage des ouvrages. Les solutions adoptées varient suivant l'environnement. Près d'un village, un fortin est souvent camouflé en bâtiment agricole : grange, étable, etc. En montagne, un joli chalet dissimule un fortin d'infanterie (exemple : Col de la Forclaz). Parfois, un très gros rocher, au milieu d'un éboulis, cache un fortin abritant une mitrailleuse. Au bord du lac Léman, entre Lausanne et Genève, de très belles villas avec pelouses et plate-bandes fleurie sont en réalité des fortins avec canon antichars. Les embrasures de tir des canons du fort d'artillerie de Comeire (vallée du Grand Saint Bernard) sont camouflées sous des bâtiments agricole (granges) qui, même à proximité, ne prête pas au doute. Au fort d'artillerie de Pré Giroud (Vallorbe), de faux sapins métalliques permettent de camoufler les blocs de combat. Lorsque les ouvrages se trouvent dans des parois rocheuses, le camouflage consiste en une imitation presque parfaite du rocher. Un solide bâti métallique est fixé au rocher. Sur cette infrastructure, qui imite les mouvements de la roche, un treillis métallique est fixé. Un enduit spécial est appliqué sur le treillis et des touches de couleur perfectionnent l'œuvre. Il est souvent fort difficile de distinguer une embrasure camouflée dans un environnement de rochers.

Afin d'assurer le tir ou l'observation, de l'intérieur de l'ouvrage, des treuils peuvent être actionnés afin d'abaisser des parties de camouflage. Dès l'apparition des satellites d'observation, lors de la construction d'ouvrages sensibles, des tentes spéciales ou des bâtiments provisoires étaient établis au-dessus du chantier afin de le soustraite à l'observation. Lorsque vous voyagez en Suisse, observez bien, car vous allez souvent déceler une embrasure ou un autre ouvrage militaire.

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017