PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
   Le secteur
   Le terrain
   La menace
   Concept défensif
   Articulation du dispositif fortifié
   Les fortifications
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[c48]           

  Le secteur central de St Maurice - Le concept [38]

La fonction de la forteresse de Saint-Maurice était de barrer et de tenir le débouché naturel de la haute vallée du Rhône, de façon à contrôler les transversales alpines du Grand-Saint-Bernard et du Simplon, et à verrouiller la porte d’entrée occidentale des Alpes suisses et du Réduit national. Le but recherché était de bloquer tout agresseur cherchant à entrer en Valais ou à en sortir, selon l’origine et la direction la menace (cas nord ou sud).

Le concept défensif était celui d’un solide verrou stratégique d’importance national, autonome et indépendant, dotés de capacités suffisantes pour offrir une résistance durable et efficace. Les défenses établies s’appuyaient fortement sur les potentialités du relief et sur l’écrasante puissance de feu de l’artillerie de forteresse. Dès l’origine (19e siècle), ce concept fut doté d’une capacité de réaction bidirectionnelle, de façon à pouvoir réagir à n’importe quel cas de figure (attaque de Saint-Maurice depuis le nord ou depuis le sud). Le but a toujours été de bloquer l’agresseur devant l’obstacle du verrou, en combinant le feu des ouvrages d’infanterie et d’artillerie, la troupe renforçant le secteur et les destructions permanentes.

En l’espace d’un peu moins de deux siècles (1830 - 2000), le secteur de Saint-Maurice n’a cessé d’être renforcé et le concept a évidemment évolué en fonction des progrès de l’armement et de l’évolution de la menace. D’anciens ouvrages fortifiés ont été abandonnés ou ont carrément disparus, d’autres ont été transformés ou réaffectés tandis que de nouvelles fortifications ne cessaient de voir le jour. Le résultat est une accumulation de fortifications sur un périmètre très réduit, qui présente l’une des plus grande densité au monde et quI justifie le surnom de « Gibraltar des Alpes » donné à la forteresse de Saint-Maurice.

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017