Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
   Le secteur
   Le terrain
   La menace
   Concept défensif
   Articulation du dispositif fortifié
   Les fortifications
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[c15]           

  Articulation du dispositif du Chablais [18]

La plupart des éléments du dispositif sont regroupés à l'extrémité nord du périmètre défensif, au niveau des verrous de Chillon et de Saint-Gingolph, ou disséminés sur le versant est de la vallée du Rhône, de façon à barrer les différents passages des Alpes vaudoises conduisant vers la partie nord du Réduit (cols des Mosses, du Pillon et de La Croix, vallée des Ormonts et vallon de l'Hongrin).

Les seules fortifications tournées face à la France voisine sont situés sur la rive sud du lac Léman, au niveau du verrou de Saint-Gingolph. Le Pas de Morgins n'est pas fortifié au sens strict du terme, la défense reposant uniquement sur des destructions permanentes et sur la troupe occupant le secteur.

Le concept est celui d'une défense échelonnée en profondeur dans le territoire, de façon à multiplier les positions de barrage permettant de bloquer l'ennemi pas à pas, au fur et à mesure de sa progression.

Le dispositif établi comprend une très grande diversité de fortifications, tant du point de vue technique que fonctionnel. La majorité correspond à des ouvrages d'infanterie défendant des positions de barrage ou des passages obligés établis à des points clefs (bunkers armés de mitrailleuses, positions fortifiées pour canons antichars, fortins, etc.).

Bien qu'il bénéficie de l'appui de feu de certaines pièces de la forteresse de Saint-Maurice, le secteur comprend 2 ouvrages d'artillerie souterrains, établis sous caverne et creusés dans la roche :

  • le Fort de Chillon, établi à la limite nord du périmètre défensif, au niveau du verrou de Veytaux (entre Montreux et Villeneuve). L'ouvrage est armé de canons de forteresse de 7,5 cm mais possède également des canons antichars de 9cm (liés à l'existence d'un barrage antichars verrouillant l'entrée nord du périmètre du secteur).
  • Le Fort de Champillon, établi à mi-distance entre l'ouvrage de Chillon et la forteresse de Saint-Maurice, de façon à garantir la continuité de la couverture de feu du secteur. Ce fort est implanté dans un éperon rocheux qui domine la plaine du Rhône en contrebas du village de Corbeyrier, au nord de la ville d'Aigle. Il est armé de pièces de forteresse de calibre 10,5 cm.

La défense du secteur est complétée par de nombreuses coupures artificielles (minages permanents, destructions préparées, barricades et obstacles antichars, etc.) destinées à couper les axes de communications et à renforcer le compartimentage du territoire. La plupart des ouvrages d'art (tunnels, viaducs, ponts, chaussées en encorbellement…) sont minés en permanence, de façon à pouvoir réagir très rapidement en cas de surprise. Ceci est valable aussi bien pour les liaisons routières (routes principales et secondaires, autoroute) que pour les axes ferroviaires (lignes CFF du Simplon et du Tonkin, lignes de chemins de fer Aigle-Ollon-Monthey-Champéry, ligne Bex-Gryon-Villard, ligne Aigle-Le Seppey-Les Diablerets).

Le tout est complété par des ouvrages modernes de nouvelle génération.

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017