Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
      Ouvrage Maginot de l'Agaisen - Sostel - Alpes maritimes - France
      Ouvrage Maginot de Gordolon (petit ouvrage d’artillerie) - Alpes-Maritimes (France)
      Ouvrage d’artillerie Maginot de Restefond, 2733 m altitude (Alpes de Haute-Provence/Alpes maritimes)
      Le château de Hohlandsbourg (Alsace) - France
      Pegasus Bridge (Normandie)
      Fort d’Uxegney – Vosges - France
      Ouvrage du Fort Séré de Rivière Gondran C (Briançon)
      Pont métallique américain sur la Meuse à Vacherauville
      Monumentaux morts "Les Veilleurs de la Paix" – Haudinville (Meuse)
      Poste de commandement du Kronprinz Rupprecht de Bavière près de Varennes en Argonne
      Monument américain de Montfaucon (Meuse)
      Fort de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Ossuaire de Douaumont (Bataille de Verdun)
      Fort de Troyon – Une page d’histoire oubliée - Meuse
      "Dombunker" pour canons de campagne allemands – Mangienne/Meuse
      Les Eparges – Meuse
      Ouvrage CFZ 48 (deuxième ligne de la ligne Maginot) à Azannes (Meuse)
      Char Sherman sur la place de Montfaucon
      Canon de 155 Long modèle 1877 (de Bange)
      Camp allemand de Marguerre (Meuse)
      Montmédy, Musée de la fortification
      Montmédy, l’autre place forte de la Meuse
      Le canon allemand« Max de 380 mm de Duzey (Verdun)
      Monument de Pensylvanie - 1914-1918 – Varennes (France)
      Ouvrage Maginot de Fermont
      Bois des Caures (Verdun)
      Mémorial de Verdun
      Coupole d'Helfaut-Wizernes
      La butte de Vauquois (Meuse)
      Fort de Jouy-sous-les-côtes (Toul)
      Fort du Mont Saint Michel (Toul)
      Ouvrage de la Ferté (Ardennes)
      La batterie de l'Eperon (Toul)
      Barrage rapide de Montgenèvre
      Corps de garde côtier de Roscavel (Bretagne)
      Fort l'Ecluse, Département de l’Ain
      L’escalier à l’épreuve du Fort de l’Ecluse
      Fort du Larmont supérieur
      Fort du Larmont inférieur
      La redoute de Berwick
      Fort des Rousses (Jura)
      Fort Boyard (Charente-Maritime)
      Le Fort de Sainte-Agnès (Alpes Maritimes)
      Château de Pierrefonds (département de l’Oise au nord-est de Paris)
      Oradour-sur-Glane, village martyr
      Fort Libéria - L'extérieur
      Fort Libéria - L'intérieur
      Citadelle de Besançon
      Retranchement du Chauffaud
      Fort Lupin
      Fontaine Lupin
      Souterrains de la montagne du Roule
      Barrière de l’Esseillon
      Fort Liédot
      Fort de la rade à l'Ile d'Aix
      Bastion de Menton
      Le fort d'Ambleteuse
      L'ouvrage des Granges communes
      Batterie des Caurres
      L'abri du col de Restefond
      Fort du Truc
      Platte (blockhaus de la)
      Ouvrage de Roche-la-Croix
      Le château de Collioure II
      Le château de Collioure I
      Citadelle de Mont-Louis
      Forteresse de Salses
      La cité de Carcassonne
      Villefranche-de-Conflent
      Le fort Lagarde
      Le fort de Bellegarde
      Le fort du Sapey
      Tourelle Mougin
      Fort du Barbonnet
      Fort Les Bancs
      Le fort de Pierre Châtel
      Fort Nieulay
      Ouvrage Saint Gobain
      Fort Joubet
      Château-Queyras
      Le fort de Tournoux
      Seyne-les-Alpes
      Redoute de Berwick
      Restefond
      Saint Ours Haut
      Saint Ours Bas
      Col de la Bonnette
      Vallée de la Tinée
      Haute Ubaye
      Ouvrage du Hackenberg
      Ouvrage du Hackenberg dans la tourmente
      Charvonnex
      Citadelle de Bitche
      Four à Chaux
      Fort du Télégraphe
      Les citadelles du vertige
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[berwick]           

  LA REDOUTE DE BERWICK Vallé de l'Ubaye - France)

Située au pied du fort de Tournoux (Alpes de Haute Provence), dans la région de Barcelonnette, la redoute de Berwick est un splendide exemple d'architecture militaire du 18e siècle.

Contexte historique
En juillet 1692, le Duc de Savoie, parti de Cuneo (Piémont italien) franchit les Alpes au col de Larche et envahit la haute vallée de la Durance, en transitant par le col de Vars et la haute vallée de l'Ubaye (qui relève alors de la Maison de Savoie). Il s'empare de Gap et d'Embrun et ravage le pays avant de se retirer. Pour Louis XIV, qui pensait que les Alpes formaient une frontière infranchissable face à la Savoie, l'alerte a été chaude et la surprise de taille! L'expédition du Duc a surtout montré le caractère dangereux et hautement stratégique de la haute Ubaye, vallée frontière et passage naturel qui forme comme un coin savoyard enfoncé dans le flanc du royaume sur le versant nord des Alpes.br>br> 17e siècle: construction des redoutes
Dès 1692, Louis XIV fait occuper l'Ubaye par les troupes du maréchal de Catinat. Parmi les travaux de mise en défense de la région préconisés par Vauban pour prévenir toute nouvelle incursion, de Catinat fait établir 5 redoutes en terre sur la route qui relie le Col de Larche au Col de Vars, de façon à barrer la vallée en un point d'étranglement qui constitue un passage obligé pour un envahisseur. En 1697 l'Ubaye retourne à la Savoie mais Louis XIV s'empresse de la réoccuper dès le début de la guerre de succession d'Espagne (1708), en y dépêchant de fortes troupes sous le commandement du maréchal de Berwick. La vallée est définitivement annexée au royaume en 1713. 18e siècle: reconstruction par Berwick Dès son arrivée sur place en 1709, le maréchal de Berwick entreprend de fortifier le passage en y installant 10 bataillons sur le plateau de Tournoux, et en y aménageant un camp retranché. Il ordonne parallèlement de relever les anciennes redoutes de Catinat et de les reconstruire en maçonnerie liée par un mortier de terre. En 1710, le duc de Savoie essaie de rééditer l'expédition de 1692, mais les fortifications de Berwick, solidement défendues, forment un verrou infranchissable. Les troupes savoyardes tentent alors de gagner le Col de Vars en contournant ces défenses par un col d'altitude. Utilisant les fameuses navettes (itinéraires aménagés à flanc de montagne et parallèlement à la frontière, pour permettre de déplacer plus rapidement les troupes), Berwick les prend de vitesse et déplace ses bataillon pour leur barrer le passage. L'expédition est un échec et les armées savoyardes sont obligées de rebrousser chemin.

19e siècle: la redoute reprend du service
Les redoutes sont ensuite abandonnées durant un siècle et demi. Au milieu du 19e siècle, il n'en subsiste qu'une plus ou moins en état, les autres ayant disparu entre-temps, faute d'entretien. Elle est alors restaurée pour héberger une compagnie de génie (82 hommes) travaillant à la construction du fort voisin de Tournoux, et des baraquements sont adossés aux murs d'enceinte pour abriter 193 autres ouvriers civils travaillant à Tournoux. En 1891, le général Séré de Rivières décide de la restaurer dans son état actuel pour l'incorporer au système défensif de la haute vallée de l'Ubaye, face à l'Italie. Entourée d'une solide enceinte de forme triangulaire, elle pouvait accueillir une cinquantaine de défenseurs et comportait une poudrière et deux hangars.

Architecture
La redoute est formée par un mur d'enceinte polygonal percé de quelques embrasures et flanqué d'une grosse tour arrondie qui sert de réduit. L'enceinte est percée par une grande porte cochère qui est flanquée par des créneaux de fusillade percés dans la façade sud de la tour-réduit.

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017