PROBLEME

UN PROBLÈME EST SURVENU CONCERNANT L’HÉBERGEMENT DE NOTRE SITE INTERNET ET NOUS NE POURRONS PAS INTRODUIRE DE NOUVEAUX SUJETS POUR UN CERTAIN TEMPS. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉ DES QUE NOUS POURRONS REPRENDRE LES PUBLICATIONS DE NOUVEAUX SUJETS.
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
      Défilé 1 corps d'armée suisse - Aérodrome de Payerne - 1959(VIDEO)
      13'000 fortins militaires abandonnés(VIDEO)
      Base aérienne de Payerne - Meeting Air 14
      Divers véhicules blindés et tout-terrain testés par l'Armée suisse
      Démonstration de l’obusier blindés M109 à Lugano
      Protection civile Martigny - PC régional - Poste de commandement
      Musée de l'Armée - Bugdorf/Thun
      Démonstration du Bat de chars 17 (milice) sur la place d’arme de Bure
      La Suisse bombardée durant la seconde guerre mondiale
      Prototype d’un char équipé d’un canon de 15,5 cm - Suisse
      A92 – Abri-caverne – Scex du Doey
      Barricade antichars
      Le Château-fort de Saillon
      Le château de Beauregard
      Barricades et ouvrages minés
      Un bombardier s'écrase près de Sion
      Canons de DCA et ach
      Château de Montorge
      Château de la Bâtiaz
      La Suisse, objectif des Soviétiques
      Émetteurs de secours de la radio nationale
      Le système FLORAKO
      Remise du drapeau du BI 19 à Sion
      DEMOEX 08 - démonstr.d'une brigade blindée
      Bex Airshow 07
      Les châteaux de Bellinzone
         Château de Castelgrande
         Château de Montbello
         Château de Sasso
      Base Bloodhound de Menzingen
      Infra QG 35 à Dailly
      Musée de l'artillerie à Morges
      Ccplm landwehr cp fus II/203
      La patrouille des glaciers
      Les chevaux du train
      Batterie de 7,5cm
      Air 04 de Payerne
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[b13]           

  Les châteaux de Bellinzone (canton du Tessin, Suisse) [38]

Bellinzone est le verrou des cols permettant le franchissement des Alpes et est en même temps la porte de l'Italie. Bellinzone joue donc un rôle stratégique et cela implique de fortifier cette cité. Les cols alpins suivants aboutissent à Bellinzone: col du Nuffenen, du Saint-Gotthard, du Lukmanier et du San Bernardino, ouverts au trafic alpin contemporain. Au moyen-âge des sentiers permettaient également de franchir les alpes à pied ou à dos de mulet. Toutes ces voies aboutissaient à Bellinzone avant de se séparer, en aval, en plusieurs axes menant dans la plaine lombarde. Dès la plus haute antiquité, les fouilles archéologiques nous révèlent la constructions de forts et d'ouvrages défensifs en ce lieu.

Un promontoire rocheux sur le flanc Est crée un verrou naturel, particulièrement favorable à l'édification de fortifications. Au haut moyen âge, sur ce promontoire rocheux de Castelgrande, une place forte difficile à conquérir fut construite. Les rois lombards avaient tout intérêt à conserver ce verrou qui contrôlait les passages à travers les Alpes. Au moyen âge, vers la fin du XIIIème siècle, le château de Montebello fut construit sur une crête rocheuse situé à l'est de l'agglomération. Dès 1340, la place forte de Bellinzone appartient au duc de Milan, Gian Galeazzo Visconti. Le trafic commercial par le col du Saint-Gotthard prit un grand essor dès cette époque. Durant le XVème siècle, les Confédérés essayèrent vainement de s'emparer de Bellinzone.

Ce n'est qu'en 1503 que le roi de France Louis XII reconnut les revendications des Suisses et leur céda Bellinzone. Les Confédérés ne voyaient pas de raison de maintenir cette place forte qui avait été érigé contre eux-mêmes et négligèrent l'entretien de celle-ci. En 1803, lorsque le canton du Tessin accéda à l'indépendance et rejoignit la Confédération suisse, les trois château devinrent la propriété du canton. Vers 1900, la Murata était pratiquement en ruine. En 1850, la Confédération helvétique commença à fortifier l'axe du Gotthard et intégra le château de Castelgrande dans les installations logistiques. Ce n'est qu'à partir de 1900 que le canton du Tessin se préoccupa de conserver ces témoins important de son passé militaire et entreprit des restaurations qui s'achevèrent en 1992.

Château de Castelgrande

Le crête rocheuse de Castelgrande est le centre naturel de la défense de Bellinzone. Les terrasses sur lesquels le château fut édifié, représentent un plateau d'environ 150 à 200 m de diamètre, entourées de falaises presque verticales et d'escarpements prononcés. La majorité des constructions datent du XIIIème siècle jusqu'au XVème siècle. Au centre du complexe s'élève la "Torre Nera" contruite au début du XIVème siècle. A l'est de celle-ci se trouve la "Torra Bianca", plus haute que la "Torra Nera". Elle date certainement du XIIIème siècle. Cette tour et les différents murs qui l'entourent constituent le "Ridotto" (réduit), lieu dans lequel les défenseurs se retranchent dans les cas désespérés.

La Murata

En prolongement de la crête rocheuse de Castelgrande, à l'ouest, se dresse la Murata, (construite à partir de 1478) la muraille fortifiée qui à l'origine, reliait le château de Castel Grande au fleuve Tessin qui longe le flanc droit de la vallée. Cette muraille avait une longueur d'environ 1200 mètres, dont 500 mètres subsistent. Elle est composée de deux murs parallèles qui abritent un couloir voûté d'environ 2 mètres de large et d'une hauteur de 4 mètres environ. Elle permettait une défense soit au nord, soit au sud. Trois tours permettaient un tir de flanquement depuis la muraille. Deux bastions circulaires en saillie sur les murs sont encore conservés.

Château de Montebello

La crête rocheuse située à l'est de Bellinzona a permis de réaliser le château de Montebello. Le château fut certainement construit au XIIIème siècle. Des agrandissements furent entrepris au XIVème siècle. Entre 1460 et 1490 d'autres constructions donnèrent au château son aspect actuel. En 1900, le château menaçait ruine. Le canton entrepris dès 1903 des travaux de rénovation. Le château étant beaucoup plus facilement accessible que Castelgrande, de profonds fossés entourent celui-ci. Le plan du château forme un losange dont les angles obtus sont reliés aux fortifications de la ville. L'espace situé entre les deux châteaux et les murailles qui les relient permettait la protection de la ville de Bellinzone.

Château de Sasso Corbaro

Le château de Sasso Corbaro se dresse sur la pointe la plus élevée du promontoire rocheux, au sud-est de la ville. Contrairement aux deux autres château qui sont reliés par les dispositifs de défense, celui-ci est une construction isolée. Une tour de défense devait déjà exister vers 1400. Les travaux de construction débutèrent vers 1478. L'enceinte du château forme un carré de 25 mètres de côté. Deux tours carrées occupent les angles nord-est et sud-est. L'intérieur a été profondément modifié lorsque le château, vers la fin du XIXème siècle, servit de résidence secondaire à trois familles de Bellinzone, avant de devenir à nouveau la propriété du Canton du Tessin.

Conclusion

Si vous passez dans ce beau canton du Tessin, il faut absolument visiter ces trois châteaux. Vous pouvez accéder à ceux-ci en voiture. Cela vous prendra quelques heures, mais vous ne regretterez pas votre visite. Les châteaux de Bellinzone font partie du Patrimoine mondial de l'humanité.

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017