Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
   Les armes V
      V1
      V1 Hückepack
      V2
         Un mystérieux éclair dans le brouillard
         Description techniques
         Fusée ailée A4b
         Le polygone de tir «Heidelager» de Blizna
      V3
      Bombe atomique allemande
   Bases secrètes du IIIe Reich
   Les avions à réaction du IIIe Reich
   Les avions fusées du IIIe Reich
   Les intercepteurs-fusées du Reich
   Missiles du IIIe Reich
   Les mistel
   Les VTOL du IIIe Reich
   Les Panzers du diable
   Armes spéciales
   Secrets du IIIe Reich
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[v51]           

  Un mystérieux éclair dans le brouillard [2]

Le 29 octobre 1944, les lieutenants Donald A. Schultz et Charles M. Crane du 7ème groupe de reconnaissance photographique aérienne U.S. effectuaient une sortie de routine au-dessus de la région allemande de Mannheim à bord d’un P-38. Les conditions de visibilité étaient bonnes, les nuages ne couvrant que partiellement le ciel, si bien que la vue était dégagée jusqu’à l’horizon. Peu après avoir franchi le Rhin, les pilotes virent soudain un étrange projectile ayant la forme d’un gigantesque cigare surgir brusquement des arbres de la forêt à quelques centaines de mètres devant le nez de leur appareil. Ils remarquèrent une grande flamme de 10 m de longueur sortant de l’arrière du mystérieux projectile, laissant derrière elle une traînée de vapeur grisâtre. Bien qu’ils n’aperçurent l’engin que quelques instants, ils constatèrent qu’il ne s’agissait pas d’une de ces fameuses bombes volantes V1 que les Allemands expédiaient quotidiennement sur Londres depuis le 13 juin 1944. Crane pensa que c’était peut-être un nouvel avion à réaction nazi ou alors l’une de ces nouvelles armes miracles dont Goebbels avait menacé le monde à titre de représailles. Crane tenta aussitôt de positionner son appareil pour tenter de photographier le mystérieux objet et éventuellement l’intercepter. Mais le missile accéléra très rapidement, montant droit vers le ciel, si bien qu’il n’avait plus que quelques secondes pour déclencher ses caméras de bord avant qu’il ne sorte de son champ de vision, tant sa vitesse de grimpée était hallucinante. Il appuya sur le déclencheur et prit précipitamment trois clichés tandis qu’il décrivait par radio cet objet insolite à son coéquipier. Plus tard, Crane avoua qu’il n’avait en réalité pas vu l’engin d’une façon bien claire. Il estima qu’il devait avoir environ 15 mètres de long et un empennage de 5 m de large. La fusée se déplaçait tellement rapidement qu’elle eut vite fait de disparaître et le pilote renonça à engager une poursuite. Quand le film de Crane fut développé, on constata que malheureusement il n’avait pas réussi à cadrer l’objet insolite, si bien qu’il n’y en avait aucune trace sur la pellicule. La seule explication que put donner Crane fut que l’engin fuselé avait littéralement « disparu » dans le ciel. Il fut prouvé plus tard que l’objet mystérieux signalé par Crane et Schultz était bien un V2, la deuxième arme de représailles de Hitler. Cette rencontre du 29 octobre marque la première observation officielle d’un V2 côté allié. En réalité, cette nouvelle arme miracle était engagée par les Allemands sur le front depuis la nuit du 13 au 14 septembre, date du premier tir opérationnel contre Paris qui marque le début de l’offensive V2. Elle devait se poursuivre sans relâche jusqu’au 28 mars 1944 qui vit le dernier tir avant l’écroulement du Reich…

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017