SITE

Nous travaillons activement pour que le nouveau site internet de FORT LITROZ soit bientôt sur vos écrans. Nous avons encore du travail à faire, mais vous ne serez pas déçu. Un peu de patience....
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
   Marine
      SMA Espadon
      Croiseur sous-marin Surcouf
      Le sous-marin B143
      Cuirassé HMS Warrior
      HMS Alliance
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[e3]           

  « ESPADON », sous-marin d’attaque français de première génération, type « Narval » [6]

A la fin de la seconde guerre mondiale, la marine française dispose, en tout et pour tout, de 13 sous-marins français datant d’avant-guerre, de 7 sous-marins prêtés par la marine britannique et de 6 U-Boot allemands de prise, capturés dans les bases sous-marines de l’Atlantique au moment de la Libération. En avril 1946, cinq anciens U-Boot sont affectés à la base de Lorient où ils constituent, dès la fin 1947, avec quelques sous-marins français d’avant-guerre, la 2e Escadrille de sous-marins.

A partir du début des années 1950, la marine française décide la construction de nouveaux sous-marins d’attaque destinés à remplacer ces U-Boot vieillissants et les submersibles périmés d’avant-guerre. Elle met en chantier la classe de type « Narval », dont 6 exemplaires seront basés à Lorient à partir de la fin des années 1950. Ces sous-marins océaniques, à propulsion mixte diesel/électrique, sont directement dérivés des plans du fameux U-Boot Type XXI développé par la Kriegsmarine à la fin de la guerre, sur lesquels les Nazis avaient placés tous leurs espoirs et dont seuls quelques exemplaires navigueront avant la capitulation du IIIe Reich.

Opérationnelles à partir de 1957 et 1960, les unités de la classe « Narval » formeront la première génération de sous-marins d’attaque français d’après-guerre et constitueront le fer de lance de l’arme sous-marine française durant les années 1960, au plus fort de la Guerre Froide. Ces sous-marins demeureront en service jusqu’à la fin des années 1980. Le dernier sera retiré du service actif en 1993. L’un d’eux, l’ « ESPADON », est aujourd’hui installé à flot dans le bassin d’une alvéole de l’ancienne base sous-marine de Saint-Nazaire où on peut le visiter. Nous vous le présentons ci-dessous.

Fiche technique :

Longueur :78.00 m
Largeur :7,22 m
Hauteur :12.52 m
Tirant d’eau :5,66 m
Propulsion :mixte diesel / électrique
Autonomie en plongée :5 jours max. sur propulsion électrique
Durée d’une mission :45 jours maximum (fournitures et gasoil)

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017