SITE

Nous travaillons activement pour que le nouveau site internet de FORT LITROZ soit bientôt sur vos écrans. Nous avons encore du travail à faire, mais vous ne serez pas déçu. Un peu de patience....
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
      Tourelles Centurion autrichiennes
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
   Grande-Bretagne
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[d40]           

  Tourelles Centurion autrichiennes [3]

Dans les années 1980, lors de l’abandon du char Centurion au profit du Léopard II (Panzer 87), la Suisse a décidé de recycler ses tourelles de chars « Centurion » en armes antichars et de les réinstaller dans des fortins pour renforcer certaines positions de barrage situées sur les transversales du pays (voir rubrique spécifique CENTI). Mais elle ne fut pas la seule à opérer ce choix. L’Autriche fit de même et dans le même but. La principale différence entre les deux concepts tient au fait qu’en Suisse les tourelles ont été systématiquement enveloppées dans un sarcophage de béton armé, pour renforcer leur protection et augmenter ainsi leur chance de survie en cas de combat. Ce choix a eu pour conséquence de limiter fortement le mouvement de la tourelle, qui ne peut battre qu’un étroit secteur de feu correspondant au débattement angulaire du tube du canon dans l’embrasure du fortin. Cet angle étroit permet de n’intervenir que dans une seule direction déterminée à l’avance, correspondant soit à un passage obligé (ouvrage miné, barricade antichars), soit à une ligne d’arrêt. Dans la mesure du possible, les ouvrages sont installés dans le terrain de façon à battre l’assaillant de flanc et non frontalement. Les Autrichiens ont parfois fait le même choix, mais cela n’est pas systémique. Une bonne partie des anciennes tourelles ont été laissées à l’air libre sur la superstructure de l’ouvrage. Ce choix permet à la tourelle de pivoter sur 360° et de battre ainsi un secteur beaucoup plus large. En revanche, l’équipage ne peut compter que sur le blindage métallique pour assurer sa protection, ce qui lui laisse très peu de chance de survie en cas de coup direct, vu les performances de pénétration des obus de chars modernes. Certaines tourelles bénéficient d’un camoufage, du moins en temps de paix… La galerie de photo ci-dessous présente quelques exemples de ce concept autrichien…

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017