SITE

Nous travaillons activement pour que le nouveau site internet de FORT LITROZ soit bientôt sur vos écrans. Nous avons encore du travail à faire, mais vous ne serez pas déçu. Un peu de patience....
Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
   Le filtre à poussières radioactives
   Barricades antichars
   B 200 S/R IV
   Camouflage
   Camouflage végétal
   Canon ach de 9 cm
   Central téléphonique
   Déshumidificateur
   Fak (Feldanschlusskasten)
   Goulotte à grenade
   Groupe électrogène
   Mitrailleuse 7,5 Mod 11
   Mitrailleuse 7,5 Mod 51
   Ouvrages minés (O mi)
   Panorama
   Ventilation
   Entrée d'ouvrages
   Blockhaus d'entrée
   Créneau de porte
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[f24]           

  Le filtre à poussières radioactives [2]

A l’exception des petits fortins, la plupart des ouvrages de la forteresse suisse comportent une zone de confinement, dite zone protégée (ZP), à l’intérieur de laquelle la garnison est à l’abri de toute action ou influence extérieure. L’atmosphère y est maintenu en surpression constante, de façon à refouler les impuretés et à éviter toute infiltration nocive provenant du dehors ou de la partie combat. Cette zone protégée est délimitée par des sas étanches qui l’isolent de l’extérieur et du reste de l’ouvrage. L’air y est ventilé, traité et déshumidifié pour maintenir une atmosphère saine. Pour éviter le port du masque individuel, ce périmètre de sécurité est doté d’une protection collective, constitué par une série de filtres différents branchés en ligne sur le circuit d’aspiration.

Le filtre « A »

Le filtre à poussières radioactives, appelé plus communément filtre « A » (pour atomique). est le premier à travers lequel transite l’air frais aspiré à l’extérieur, avant de pénétrer véritablement dans l’ouvrage et d’être diffusé vers la salle des filtres pour y être traité par le deuxième filtre à poussières radioactives qui retient les micro-particules. Le filtre « A » est généralement situé dans le couloir d’entrée, en dehors du périmètre la zone protégée et en avant du sas de confinement, mais à l’abri des portes blindées.

Son rôle est de piéger les macro-particules solides aspirées par la prise d’air extérieure, de façon à éviter la diffusion d’impuretés grossières dans le circuit de ventilation et de climatisation de l’ouvrage. Sa capacité de traitement lui permet de piéger environ 97% des poussières aspirées à l’extérieur. Les 3% restants sont neutralisés ultérieurement dans la salle des filtres par le deuxième filtre (les parois métalliques de celui-ci sont suffisamment épaisses pour éviter un rayonnement dans la zone protégée).

Le filtre « A » comprend 2 filtres successifs et complémentaires, branchés en ligne sur le circuit d’aspiration de l’air. Il s’agit du filtre à anneaux Rasching et du filtre à poussières NV N2 (le N – pour nucléaire - désignant toujours des filtres en relation avec la radioactivité). Il est entouré d’une enceinte de confinement en béton qui stoppe la diffusion du rayonnement nocif.

Le filtre à anneaux Rasching

En entrant dans le filtre « A », l’air aspiré à l’extérieur passe tout d’abord à travers le filtre à anneaux Rasching. Ce filtre est destiné à piéger uniquement les particules les plus grossières, afin d’éviter leur diffusion dans le circuit de ventilation. Il se présente sous la forme d’un cadre métallique rectangulaire, muni d’une poignée sur un côté, que l’on introduit dans l’enceinte de confinement par un logement vertical ménagé sur le côté de la cuve en béton. Ce cadre comporte une partie centrale grillagée qui renferme en vrac plusieurs centaines de petites « douilles » en laiton. Ces « douilles » sont légèrement imprégnées de matière grasse, de façon que les particules grossières en suspension dans l’air viennent s’y coller sous l’effet de l’aspiration. Ce système très simple permet de bloquer 85% des impuretés grossières (insectes, feuilles mortes, herbes, pétales, pollens, etc.).

En cas de radioactivité extérieure ou de retombées radioactives, les impuretés piégées dégagent un rayonnement. Il est donc impossible de retirer ce cadre lorsqu’il est saturé de particules, au risque de contaminer le local et les installations. L’opérateur introduit simplement un nouveau cadre dans la fente prévue à cet effet. Ce faisant, le nouveau cadre pousse le premier sur un rail sans butée et provoque sa chute dans une fosse située dans la partie basse de la cuve en béton. L’épaisseur des parois joue le rôle d’enceinte de confinement, en empêchant la diffusion du rayonnement nocif vers l’extérieur.

Le filtre à poussières NV N2

Après avoir franchi le filtre à anneaux Rasching l’air passe ensuite à travers le filtre NV N2, situé dans l’autre moitié de l’enceinte de confinement. Ce filtre, composé d’éléments en fibre de verre et en papier d’amiante (sic !), est destiné à piéger les micro-particules radioactives en suspension dans l’air. Il permet de bloquer les 12% de poussières fines résiduelles ayant franchi le premier filtre.

Lorsqu’il ressort de l’enceinte de confinement du filtre « A », l’air est donc purifié à 97%, avant même de pénétrer dans l’ouvrage. Ce n’est qu’alors qu’il franchit le sas de la zone protégée par un tuyau qui le conduit à la salle des filtres. Là, il subira divers traitements complémentaires qui permettront d’éliminer les 3% résiduels avant sa diffusion dans le circuit de ventilation de l’ouvrage.

 
 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017