Chercher  
Association Fort de Litroz
Association Fort de Litroz
www.fortlitroz.ch
www.fortlitroz.ch

   Position de Litroz - Tête Noire
   Position de Châtelard - Giétroz
   Position de Finhaut
   Position de La Forclaz
   Les positions DCA
   Documents historiques
La région fortifiée du Léman au Gd St Bernard
Le secteur central: région St-Maurice
Secteur nord: secteur du Chablais
Secteur sud: secteur du Gd-St-Bernard
Secteur ouest: secteur du val de Trient
Autres forts suisses
Descriptions techniques
Documents historiques
Armes Suisses
Géostratégie
La Suisse en armes
Découverte du mois
   Allemagne
   Autriche
   Belgique
   Danemark
   Espagne
   France
   Grande-Bretagne
      Château de Rochester – Comté de Kent - Grande Bretagne
      Musées et forts de Grande Bretagne(VIDEO)
      Fort Amherst, à Medway, South East England
      Tank Museum Bovington
      Imperial War Museum – Duxford – Grande Bretagne
      Fort Amherst, à Medway, South East England
      Château de Portchester (baie de Portsmouth)
      Musée Royal Navy à Chetham Grande Bretagne
      Le HMS « VICTORY »
      Royal Tank Museum
      Fort Nelson
   Grèce
   Italie
   Norvège
   Suède
   Turquie
   Suisse
   Marine
   Ils devaient durer 1000 ans...
Plans d'invasion de Hitler
Les armes secrètes de Hitler
5000 ans de fortifications
Activités club Litroz
Litroz jour après jour

Vidéos
Infos touristiques

ALPYFORT


[royalnavychatham]           

  MUSEE DE LA ROYAL NAVY - Chatham - Grande Bretagne

Les débuts

La construction des chantiers navals Chatham remonte à la période de la réforme anglaise, période durant laquelle les relations de l'Angleterre avec les pays européens toujours rattachés à l'église catholique romaine se sont détériorées. Ces relations tendues ont entraîné l'obligation pour l'Angleterre d'augmenter ses capacités militaires, surtout en termes de défenses maritimes.

Durant plus de 400 ans, à partir des années 1550, ils seront à l'avant-plan en termes de construction navale, de développements industriels et d'architecture navale pour la Royal Navy. plus de 500 navires y ont été construits et au sommet de leur histoire, ils employaient plus de 10 000 travailleurs spécialisés sur un site de plus de 400 acres (1,6 km2).

Fermeture en 1984

Les chantiers ont été fermés en 1984, et 84 acres de la superficie occupée par les anciens chantiers navals fait désormais parti d'un site historique accessible aux visiteurs et géré par une société charitable appelé Chatham Historic Dockyard Trust.

Ateliers de corderie

Cette corderie existe depuis 1618. Les bâtiments actuels ont été édifiés entre 1786 et 1791 pour remplacer les constructions en bois qui étaient très vulnérables aux incendies.

La corderie de Chatham est la seule de cette époque qui soit encore en état de marche.

L’ensemble de ce bâtiment a environ une longueur de 346 mètres.

Matières premières

Au dix-huitième siècle, on utilisait souvent le chanvre (Cannabis Sative) importé de Russie. Les cordes en chanvre étaient solides mais pourrissaient facilement en présence d’humidité. C’est pourquoi les fils de caret étaient imperméabilisés en les trempant dans du goudron bouillant.

Les machines ont été installées à partir de 1940, la plupart d’entre elles datant de la fin des années 70. Toutes servent encore aujourd’hui.

Au dix-huitième siècle, le chanvre arrivait directement à l’arsenal en ballot d’une tonne et était stocké dans des entrepôts. Construits en 1729, ces entrepôts étaient doublés avec du bois pour protéger les fibres de l’humidité.

Le peignage

Le chanvre à l’état naturel ne pouvait pas être filé. Les ballots étaient ouverts par des ouvriers expérimentés qui enlevaient les déchets et amenaient le chanvre aux peigneurs par paquets d’environ trente kilos. Ceux-ci faisaient passer les fibres sur une planche en bois surmontée de 40 pointes en fer de 30 cm de long pour les nettoyer et les démêler.

Afin d’assouplir les fibres et de faciliter leur passage sur ce peigne, on les imprégnait d’un demi-litre d’huile de baleine. près d’un kilo de fibres était perdu lors de ce traitement. Les peignons ainsi obtenus étaient alors portés aussitôt à l’atelier des fileurs.

Le filage

La corderie comportait dix rouets : six au premier étage, quatre au second. Les rouets se situaient aux extrémités de la salle, le fonctionnement de chaque rouet étant assuré par une équipe de huit fileurs et un manoeuvre. Chaque rouet comportait huit crochets (un par fileur) que le manoeuvre faisait tourner au moyen d’une manivelle. Chaque fileur enroulait son paquet de fibres autour de sa ceinture et en fixait quelquesunes sur l’un des crochets. Dès que le crochet se mettait à tourner, le fileur s’éloignait du rouet tout en gardant les fibres tendues, et la rotation du crochet permettait au chanvre de s’entortiller. Avec une main, le fileur fournissait des fibres, tandis que l’autre main servait à maintenir rond et lisse le fil de caret obtenu. Chaque fileur reculait ainsi sur toute la longueur de la salle, soit 311 mètres. Alors, on décrochait le fil et le fileur était prêt à recommencer.

A partir d’un paquet de fibres de 29kg, le fileur pouvait en théorie produire 18 fils de caret, ceci représentant le travail d’une journée. Les fils obtenus étaient alors stockés afin d’être goudronnés.

Le goudronnage

Au dix-huitième siècle, les fils de caret étaient plongés dans du goudron bouillant afin qu’ils ne pourrissent pas. Les fils de caret étaient amenés au moyen de cabestans activés par des chevaux dans une grande bouilloire de goudron où ils étaient trempés. Ensuite, ils étaient stockés dans un autre bâtiment où ils séchaient. Quand le chanvre fut remplacé par la manille, on abandonna le goudronnage qui ne servait plus à rien.

Le commettage

Le commettage consiste à réunir plusieurs fils de caret en les tortillant ensemble dans un sens opposé à celui du filage. Au dix-huitième siècle, cet acte était accompli manuellement : on étendait les fils sur le sol et on les entortillait. Mais, souvent, ceci ne permettait pas d’avoir une tension égale au niveau de chaque fil de caret.

 
 

Le HMS M33

Le HMS M33 est un monitor de la classe M29 de la Royal Navy. Il a été fabriqué en 1915, pendant la campagne de construction intensive qui succéda au déclenchement de la première Guerre mondiale.

Conception

Avec son faible tirant d'eau et ses deux canons de 6 pouces, le HMS M33 était conçu pour des opérations de bombardements côtiers. Sous les ordres du lieutenant commander Q. B. preston-Thomas, sa première mission fut le soutien du débarquement des troupes britanniques à Suvla pendant la bataille des Dardanelles en août 1915. Il patrouilla pendant quatre mois le long de ces côtes. Il fut ensuite employé dans divers escadrons en Méditerranée et participa notamment à une crise opposant les forces franco-anglaises à la flotte grecque en baie de Salamis le 1er septembre 1916.

Service

Sous les ordres du lieutenant commander K. Mitchell, il navigua en mai 1919 pour Mourmansk afin d'aider au retrait des troupes Alliées. En juin 1919, il remonte la Dvina jusqu’a Arkhangelsk pour aider au repli des Alliés et des Armées blanches repoussés par les Bolcheviks.

En 1920, le HMS M33 fut envoyé à pembroke et reprit du service en 1924 en tant que bateau d'entrainement comme mouilleur de mines. Il fut rebaptisé à cette occasion HMS Minerva. Les utilisations que l'on en fit par la suite furent diverses. En 1946, il fut transformé en atelier et bureau flottant à Gosport et renommé Hulk C23. Mis en vente en 1984, il trouve acquéreur en 1987 auprès du Hartlepool Ship preservation Trust qui n'en restaurera que la cheminée. En 1990, il est racheté par le comté du Hampshire qui le restaure dans sa version de 1915. Le HMS M33 se trouve actuellement en cale sèche à portsmouth, non loin du HMS Victory. Le HMS M33 est l'un des deux derniers navires de guerre britanniques subsistant de la première Guerre mondiale.

 

HMS Cavalier - destroyer (1944)

Construction

Le HMS Cavalier a été l'un des 96 destroyers de la Royal Navy. Ce programme d'urgence a débuté au début de la seconde guerre mondiale entre 1940 et 1942. Le HMS Cavalier a été l'un des premiers navires construit avec les parties avant et arrière de sa coque soudées et avec la partie centrale rivetée pour assurer une résistance suffisante. Ce nouveau processus a donné au navire une vitesse supérieure. En 1970, une course de 64-mile a été organisée entre le HMS Cavalier et une frégate rapide, qui avait la même forme de coque et de machines. Le HMS Cavalier a battu de 30 yards (27 m) la frégate et a atteint 31,8 nœuds (58,9 km / h).

Le HMS Cavalier retourne à Portsmouth en 1946.

Après sa mise en service, il rejoint la 6ème Flottille de destroyers et a pris part à un certain nombre d'opérations. Plus particulièrement en février 1945, il a été expédié avec des pour accompagner un convoi jusqu’à l'entrée du port de Kola en Russie. Ce convoi avait subi des attaques d’ avions et de sous-marins ennemis , et a ensuite été dispersé par une violente tempête.

Plus tard, en 1945 le HMS Cavalier a été envoyé en l'Extrême-Orient, où il a fourni un appui feu naval durant la bataille de Surabaya. En Février 1946, il se rendit à Bombay pour aider à réprimer la Bombay Mutiny. Après un certain temps dans la flotte britannique du Pacifique, il a été rayé des registres en mai 1946 et a été placé en réserve à Portsmouth.

Le HMS Cavalier a été remis en service en 1957 après une modernisation, qui comportait la suppression de certains de ses tubes lance-torpilles, remplacés par des mortiers anti-sous-marins. Il a de nouveau été envoyé en Extrême-Orient et a rejoint le 8e Escadron de Destroyer à Singapour. En décembre 1962, il a transporté 180 soldats de Singapour à Brunei pour aider à réprimer une rébellion qui fait partie de la Confrontation Indonésie-Malaisie. Après avoir débarqué les troupes, il est resté au Brunei en tant que centre de communications pendant plusieurs jours jusqu'à ce que d'autres navires de la Marine royale soient arrivés pour la soulager.

Le HMS Cavalier a été désarmé en 1972 et amarré à Londres. Il est le dernier destroyer survivant de la Seconde Guerre mondiale.

Après le déclassement

Après la mise hors service à Chatham Dockyard, il a été amarré à Portsmouth. En tant que survivant unique, après une campagne de cinq ans menée par Lord Louis Mountbatten, le navire a été acheté par le Cavalier d'affectation spéciale pour £ 65,000 et remis le jour de Trafalgar 1977 à Portsmouth.

La vente du HMS Cavalier a rompu tous les liens qui le rattachaient à la Royal Navy. Un mandat spécial a été émis qui lui permet de conserver le préfixe «HMS» (Navire de Sa Majesté) et d’arborer le drapeau blanc, un privilège accordé seulement aux navires de la Royal Navy. Un privilège semblable est apprécié par un autre navire de musée, le croiseur Belfast.

Transféré à Southampton, Cavalier ouvert comme un musée et mémorial navire en Août 1982. Ce ne fut pas un succès commercial, et en Octobre 1983, le navire a été déplacé à Brighton, où elle a formé la pièce maîtresse d'un port de plaisance nouvellement construite.

Après la réforme du Cavalier Trust, et un débat au Parlement, en 1998 Cavalier a été acheté par Chatham Historic Dockyard pour l'affichage comme un navire de musée. Arrivée le 23 mai 1998, Cavalier réside maintenant dans le n ° 2 en cale sèche.

Le 14 Novembre 2007, Cavalier a été officiellement désigné comme un mémorial de guerre aux 142 destroyers de la Royal Navy coulés pendant la Seconde Guerre mondiale et les 11.000 hommes tués sur ces navires. Le dévoilement d'un monument de bronze créé par l'artiste Kenneth Potts a été mené par le prince Philip, duc d'Édimbourg. Le monument est adjacent au navire au chantier naval historique de Chatham, Kent.

 

HMS Gannet

La classe Doterel était un développement du des sloops Osprey avec une coque en bois sur une armature de fer. Les caractéristiques de cette classe avaient un déplacement de 1.130 tonnes et leur machine développaient 1 100 chevaux. Il était armés de deux canon à chargement rayé de 7 pouces et quatre canons de 64 livres (deux sur des supports pivotants et deux broadside). Il avait un équipage d'environ 140 hommes.

Le Gannet a été lancé le 31 Août 1878. Il a été classé à la fois comme un sloop de guerre et un croiseur colonial. Il était capable d’atteindre près de 12 noeuds à pleine vapeur ou 15 noeuds sous voiles.

Le but principal des navires de la classe du l'Gannet était de maintenir sur la Colombie britannique une domination navale qui assurait le commerce et l’anti-esclavage.

Shadowing la Guerre du pacifique Le Gannet servi lors de sa première mission du 17 Avril 1879-20 Juillet 1883 dans le pacifique sous l' amiral De Horsey. Il a navigué de portsmouth, à travers l'Atlantique et via le Cap Horn vers le port de panama City sur la côte pacifique de l' Amérique centrale .

Il a passé beaucoup de temps à observer les événements de la Guerre du pacifique avant d' entreprendre une patrouille dans le pacifique. Il est revenu à Sheerness en Juillet 1883, et a subi une remise en état de deux ans.

La Méditerranée et la guerre mahdiste

Le Gannet a pris la mer le 3 Septembre 1885 et a navigué pour rejoindre la flotte de la Méditerranée . Il a d' abord été utilisé pour soutenir les forces du major-général Sir Gerald Graham au cours de la première expédition au Soudan . Des patrouilles anti-esclavage l’ ont conduit en mer Rouge, à la recherche des navires suspects. Le 11 Septembre 1888, il a été rappelé afin d’exécuter un carénage à Malte, puis a reçu l’ordre de faire route en direction du port assiégé de Suakin (au Soudan) afin de soulager le Dolphin. Le 17 septembre , il engage les forces anti-anglo-égyptien dirigé par Osman Digna pendant près d' un mois. Le Gannet a été remplacé par Starling le 15 Octobre et regagné Malte le 1er Novembre 1888.

Enquête dans la Méditerranée

Le Gannet est reparti presque immédiatement, le 10 Novembre 1888 et a été affecté à des travaux d' arpentage dans toute la Méditerranée.

Service Harbour

En décembre 1895, Gannet a été transféré au port de la marine de Chatham où il est resté jusqu'en 1900, avant d’être classé sur la liste des navires non efficaces À l'automne 1900, le Gannet a été loué à la Compagnie des chemins de fer du Sud - Est et Chatham comme hébergement à la gare de port Victoria sur l' île de grain

Formation navire Président

En 1903 , le Gannet a été rebaptisé HMS président et a subi des modifications importantes afin de le convertir en navire de forage. Il a pris ses nouvelles fonctions en tant que navire de commandement de la Réserve de volontaires de Londres Royal Naval dans les Docks du Sud - Ouest Inde en Juin 1903. En 1909 , le navire a été rebaptisé président II et au printemps de 1911, une fois de plus, il a été inscrit sur la liste des navires non efficaces.

Formation navire sur le Hamble

En 1913 , le Gannet a été prêté à CB Fry , et a été stationné dans la rivière Hamble , et est devenu un navire-dortoir pour les hommes en formation sur le navire Mercury (où il a conservé son nom de président Le navire a servi à ce titre jusqu'en 1968 , lorsque l'école a été fermée.

Conservation

En 1987 , le Chatham Historic Dockyard a commencé des travaux de restauration pour ramener le navire à son apparence 1888 - la seule fois où il a vu le combat naval. En 1994 il a été répertorié comme faisant partie de la de la flotte historique nationale.

 

HMS Ocelot (sous-marin - 1962)

Conception et construction

Tel qu'il est conçu pour le service britannique, les sous-marins de la classe Oberon avaient une longueur totale de 295,2 pieds (90,0 m) Le déplacement était de 2.030 tonnes à pleine charge en surface, et 2.410 tonnes à pleine charge lorsqu’il était submergé.

La machines de propulsion est composée de 2 générateurs diesel Amirauté de 6000 CV à l’arbre. (4500 kW). Les moteurs électriques entraînaient chacun une hélice à 3 pales de 2.10 de diamètre (400 tours par minute). La vitesse maximale en surface est de 17 noeuds (31 km / h). Lorsqu'il est immergé, la vitesse maximale est de 12 noeuds ( 22 kmh).

Huit tubes lance-torpilles de 21 pouces (530 mm) de diamètre équipe le sous-marin (six vers l'avant, deux à l'arrière), avec un nombre total de 24 torpilles Les torpilles sont du type 186 et 187 .

Le HMS Oberon possède également un sonar et un radar bande I de recherche en surface.

L’équipage comptait 68 hommes, soit 6 officiers et 62 marins.

Le HMS Ocelot a été construit par Chatham Dockyard et lancé le 5 mai 1962. Le bateau a été remis à la Marine royale le 31 Janvier 1964.

Le HMS Ocelot a été le dernier sous-marin construit pour la Royal Navy à Chatham Dockyard, bien que trois autres sous-marins de type Oberon ont été construits pour la Marine royale canadienne : Ojibwa, Onondaga et Okanagan.

Après sa mise en service,l’ Ocelot a été affecté au 3e Escadron de sous-marin, basé à HMNB Clyde, à Faslane.

Pendant les années 1960, l’Ocelot a pris part à des missions clandestines.

Le HMS Ocelot a été déclassé en août 1991. La flotte de sous-marins conventionnels de la RN a commencé à décliner, ouvrant la voie à la flotte nucléaire.

Le HMS Ocelot a été vendu en 1992 à Chatham Historic Dockyard.

("2","royalnavychatham/074",""); ?>

 

HMS Victory

Le HMS Victory est un navire de ligne britannique de 1er rang à trois-mâts voiles carrées.

Il est principalement connu comme le vaisseau de l'amiral de Nelson lors de la bataille de Trafalgar (vaisseau amiral en second de l'état-major de la Marine, commandant en chef de l'amirauté). Il connut une succession de victoires à la tête de la flotte britannique entre 1778 et 1812. Il est l'un des deux seuls spécimens au monde de navire de guerre du XVIIIe siècle encore intacts, avec la frégate américaine USS Constitution.

Le HMS Victory, aujourd'hui un navire musée à portsmouth, constitue une légende en Angleterre, comme étant le navire amiral de Nelson. Cet amiral est un héros national pour les Anglais qui mena, au prix de sa vie, l'Angleterre à la victoire lors de la célèbre bataille de Trafalgar contre la flotte franco-espagnole, brisant les appétits de conquête de l'empereur français Napoléon. Cette bataille constitue avec la bataille de Lépante, la bataille de Myong-Yang et le débarquement de Normandie un des épisodes les plus marquant de l'histoire navale.

Histoire du navire

Le HMS Victory est construit entre 1759 et 1765 au Chatham Dockyard, il est mis en réserve jusqu'en 1778.

En 1778, le HMS Victory devient le navire amiral d'Augustus Keppel, quand commence la guerre d'indépendance américaine en 1778 (bataille d'Ouessant de 1778).

En 1780, il subit une modification de blindage : 17 tonnes constitués de 3923 plaques de cuivre viennent blinder la base de la coque.

En 1781, le HMS Victory est le navire amiral de Richard Kempenfelt, lors de sa victoire à Ouessant la 12 décembre 1781 (bataille d'Ouessant de 1781).

En 1782, le HMS Victory est le navire amiral de Richard Howe, basé à Gibraltar.

En 1782, le HMS Victory est le navire amiral de Samuel Hood, commandant en chef la flotte britannique en Méditerranée. En 1783 Il occupe Toulon que lui ont livrée les royalistes et s’empare des vaisseaux français. Il doit cependant l’abandonner face au siège des troupes de Charles-François Dumouriez. Il occupe brièvement la Corse livrée par paoli mais échoue en raison des vents défavorables dans une tentative de reprise de Toulon début 1794. Critiqué sur la façon dont il a mené les opérations en Méditerranée, il est rappelé. Bien que promu amiral et vicomte en 1796 il n’exercera plus de commandement.

En 1797, le HMS Victory est le navire amiral de John Servis lors de son triomphe lors de la Bataille du Cap Saint Vincent le 14 février 1797 ou il sut prendre l'avantage grâce à sa maitrise de la navigation sur une armada largement supérieure en nombre. Lors de cette bataille, le commandant de la frégate Minerve, un certain Horatio Nelson s'illustrât par sa tactique et son courage, mais aussi par sa désobéissance aux ordres, qui conduit toutefois à la prise brillante de 2 navires espagnols.

Entre 1800 et 1803 le navire est en réparation.

En 1803, le HMS Victory reprend du service sous les ordres de l'amiral Horatio Nelson, commandant en chef la flotte britannique en Méditerranée. Il possède une nouvelle figure de proue (armoiries de Georges III) et de nouvelles couleurs : noir et jaunes, celle qui nous pouvons observer aujourd'hui.

21 octobre 1805, la Bataille de Trafalgar offre une victoire britannique décisive sur la flotte franco-espagnole. Ce fut une des batailles navales les plus importante de l'histoire tant sur le plus historique et ses conséquences sur l'épopée napoléonienne, que sur le nombre de navires engagés. Nelson est tué par un franc-tireur français.

De 1808 à 1812, le navire effectue diverses campagnes en Mer Baltique.

Après 1824, il fut retiré du service actif et positionné à portsmouth ou il reçoit le titre symbolique de navire amiral de portsmouth.

Le 12 janvier 1922, il est placé en cale sèche à portsmouth pour être préservé.

En 1928, le navire est ouvert au public par le roi George V.

En 1941, il est endommagé par une bombe allemande tombée entre la coque et le quai.

Aujourd'hui le HMS Victory est la pièce maitresse du Royal Naval Museum à portsmouth.

Gréement du Victory

Les 3 mats du Victory grées en carrées permettait le déploiement de 37 voiles. Malgré l'imposante voilure, lui permettant d'atteindre une vitesse maximale de 8 à 11 nœuds (20 km/h environ), un navire du gabarit du Victory (3600 t pour 69 m de long) reste peu manœuvrant et présente une vitesse moyenne lente. C'est pour cela qu'en dehors des batailles de lignes, c'étaient les frégates, qui étaient le plus utilisées pour porter des messages ou escorter des convois. Elles étaient plus rapides et plus maniables, avec toutefois une bordée 3 fois inférieure à celle d'un vaisseau de 1er rang mais qui reste suffisamment fournie pour engager le feu.

Les hauteurs de travail sur voiles étaient vertigineuses. Le grand mat atteint la hauteur de 62,5 m. A chaque changement de manœuvre de voile, les gabiers du Victory devaient monter dans les gréements pour :

• Détacher les garcettes de ris (cordage d'accroche des voiles) pour dépliez les voiles au vent, et les nouer pour éviter qu'ils ne s'emmêlent.

• Diminuer les voiles pour diminuer leur surface aux vents ou les attacher aux vergues avec les garcettes de ris pour fermer complètement leur prise au vent.

Armement du Victory

Batterie moyenne (canons de 24 livres)

L'artillerie navale du Victory est composée d'une série de canons de calibre identique par pont. Les canons les plus lourds sont placés plus bas, pour stabiliser davantage le navire.

• pour la batterie inférieure de 30 canons de 32 livres, chacune de ces pièces pèse 3,5 tonnes (2,75 t pour le canon lui-même et 0,75 t pour son affût en bois). Ils tirent des boulets de 32 livres soit 14,5 kilogrammes. propulsés par 5 kilogrammes de poudre, ils sortent du canon deux mètres au-dessus de l'eau à une vitesse de 487 mètres par seconde pour atteindre une distance de 1 600 mètres et pénétrer le chêne sur 76 centimètres à bout portant, Il était extrêmement rare de voir un boulet traverser une coque, en revanche le choc détachait de longues échardes de bois qui voltigeaient et causaient des sérieuses blessures à l'équipage.

• La batterie moyenne est constituée de 28 canons de 24 livres. Chaque canon pèse 2, 25 tonnes.

• La batterie supérieure comporte 22 canons longs de 12 livres et 8 canons courts de 12 livres.

• Sur le pont de quart, dans le gaillard d'arrière, une batterie plus légère est formée par 12 canons courts de 12 livres.

• 2 caronades de 12 livres et 2 de caronades 68 livres situées sur le gaillard d'avant à bâbord et à tribord projetant de la mitraille à courte portée.

Des canons pouvaient être orientés à l'arrière ou à l'avant pour tirer sur les navires « qui ont pris chasse » c'est-à-dire poursuivant le navire (pièce de retraite) ou qui était pris en chasse (pièce de chasse).

Une partie de ces canons étaient mis en place dans les appartements des officiers dans la poupe, que lorsque le navire entrait en ordre de bataille. En ordre de bataille tout l'équipage était sollicité et affecté à une tâche très précise : Manœuvre du navire, manœuvre des canons, approvisionnement en poudres et munitions, tir au mousquet, soins, ...

Il fallait en moyenne 1 minutes et demi aux servant du canon pour le recharger. Des cales permettait de régler la hauteur en fonction de la longueur et de la hauteur de la cible.

Il y avait plusieurs types de munitions :

• Boulet pleins ronds : dommages structurels pour couler le navire et dommages aux hommes par éclats de bois présents dans la coque aux niveaux des ponts d'artilleries.

• Boulet à chaînes : dommages aux cordages et voiles pour immobiliser le navire.

• Boulet à barres ; dommages aux mats et vergues pour immobiliser le navire.

• Mitraille ou grappe de raisins : dommage aux hommes sur le pont supérieur. Il s'agissait de petites billes de métal utilisées généralement dans des canons courts ou des caronades.

Un navire était cher et long à construire aussi, la principale stratégie n'était pas de couler les navires ennemies mais de les immobiliser pour les capturer, l'équipage recevait une partie de la prise.

Vie à bord

L'équipage du HMS victory comportait de nombreuses nationalités à bord et se divisait comme suit (lors de la bataille de Trafalgar) :

- l'amiral Horatio Nelson (Commandant de flotte)

- Le capitaine du navire Thomas Hardy

- 9 officiers

- 48 sous officiers non-assignés :

• maitre : commande les boscos et matelots, en charge de la Navigation

• bosco (bossman, boatswain ou bosun en anglais) : Maître d'équipage chez les manœuvriers, commande les matelots

• commissaire du bord (intendant et administrateur du navire)

• chirurgien de marine

• artisan de marine : charpentier de marine, artificier, ...

• cuisinier de marine

• 22 aspirants / cadets (élèves officiers)

- 479 matelots :

• 80 maistrance (Sous- officier marins)

• 204 marins confirmés

• 195 marins ordinaires

- 90 terriens (sur les navires de cette époque, c'était des hommes embauchés à bord qui n'avaient pas de connaissance maritime et qui aidaient aux tâches ordinaires ou de navigation sous la responsabilité de matelots ou d'un bosco)

- 40 mousses (souvent des enfants ou des adolescents enrôlés comme les terriens pour aider à la marche du navire)

- des soldats non marins embarqués appelés "troupe de marine" qui tiraient au mousquet depuis le pont et les gréements sur les navires ennemis, assuraient le combat en cas d'abordage :

• 4 officiers de marines

• 149 marines

Logement à bord

C’est la batterie inférieure qui servait de logement aux marins. Les hamacs étaient suspendus aux poutres et parois.

Quartier des matelots

Comme sur la majorité des autres navires de guerre de l'époque, les conditions de logement à bord étaient spartiates. près de 500 membres d'équipages étaient logés dans la batterie inférieure (pont le plus bas au-dessus de la ligne de flottaison portant les canons de 32 livres). Comme les écoutilles des canons étaient maintenues fermées, les ponts inférieurs étaient humides, sombres et malodorants. Les marins dormaient dans des hamacs de 40 cm de large, suspendues à des crochets. Les hamacs étaient décrochés quand ils ne servaient pas et étaient rangés dans des filets sur la rambarde du pont supérieur. Ils servaient de protections contre les balles durant les combats et de bouée de sauvetage en cas de chute en mer. 90 tables étaient dressées entre les canons ou prenait place un "mess" de 4 à 8 hommes.

Les lieux de vie n'étant pas suffisant grand pour les tous les marins, ils étaient occupés que par le quart qui n'était pas de service.

Quartier des officiers

Les cabines de poupes ou logeaient les officiers était à l'opposé des logements des matelots. Les cabines s'étendaient sur 3 niveaux, vastes, luxueuses et lumineuses. Le Capitaine Hardy logeait au dernier étage, l'amiral Nelson au milieu et les officiers au premier niveau avait des cabines luxueuses mais collectives. En ordre de bataille, ces logements étaient réquisitionnés : le mobilier et les cloisons intérieures étaient déplacés et remplacés par des canons (dans les batailles de navires de lignes, la supériorité étaient en partie liée à la capacité de chaque bordée en canon).

Durant la 2e guerre mondiale, les marins de la Royal Navy prennent leur repas comme leurs prédécesseurs un siècle et demi avant.

Un énorme foyer en fonte, entouré de briques, au centre du gaillard d'avant, permettait de préparer les repas de plus de 800 hommes 3 fois par jour. Nourriture et boisson étaient fournis à profusion sur le Victory, mais peu variés. Il y avait trois repas par jours :

• Le petit déjeuner comprenait une bouillie froide de flocon d'avoine appelé "Burgoo" et d'une boisson constituée d'eau chaude et de biscuit écrasé appelé "Thé écossais".

• Le diner, désignant à cette époque le repas de midi, comportait de la viande salée cuisinée en ragout avec des légumes secs.

• Le souper comportait des biscuits avec du beurre et du fromage. Le tout était agrémenté d'une demi pinte de rhum diluée par jour et 1kg de tabac par mois.

Pour prévenir du scorbut, le navire se réapprovisionnait en légumes et viandes fraiches des que c'était possible. Dans le cas contraire du jus de citron vert était servis. Il n'était pas rare sur ce type de navire, que des moutons, des poules mais aussi une vache soit emmenés à bord vivants et parqués. Ces animaux fournissaient de la viande fraiche et du lait frais aux rares privilégiés qui en avaient le droit (officiers supérieurs, malades...).

En cas de longue course en mer, les aliments s'avariait (moisissure, charançons, ...) et l'eau croupissait. Les marins avait alors droit à de l'alcool (4,5 L de bière ou 1 L de vin ou 1/4 de L de rhum par jour).

Les officiers avaient un repas différent des marins qu'ils prenaient dans le carré des officiers ou il avait droit à un régime de faveur.

Les tacherons à bord

pour les opérations lourdes sur le Victory, 200 hommes pouvaient actionner un cabestan monstre, à raisons de 10 hommes par barre du cabestan. Il servait à remonter chacune des 4 ancres géantes, à la manœuvre de certaines voiles ou le chargement du navire. C'était bien entendu les tâches réservées aux marins les moins expérimentés et les terriens.

Une autre tâche laborieuse était le réapprovisionnement et le débarquement / embarquement des troupes et équipage sur le navire. Au 18e siècle, beaucoup de ports ou de zones de mouillage ne permettaient pas une mise à quai du navire, surtout pour des navires avec le gabarit du Victory. Le bateau mouillait alors en mer, devant la côte ou devant le port. Des chaloupes assuraient alors les va et vient de troupes et de matériel avec la terre.

A fond de Cale

La cale est le magasin principal du navire. Elle est le pont le plus bas du navire sous la ligne de flottaison. C'est pour cette raison que l'on y stockait la poudre dans une subdivision de la cale dans l'étrave appelée : "La Grande Soute" isolé du reste navire. On accédait à la grande soute par une seule écoutille très surveillée. La grande soute était encore divisée en 3 salles séparées ou toutes les pièces de métal (cercle de tonneaux, gond de portes, pelles de manutention...) étaient en cuivre, en effet si une étincelles survenait, les soutes à poudres abritaient l'équivalent de 47 tonnes de TNT :

• La soute aux poudres renfermait les réserves de poudre noire : 35 tonnes de poudre dans 784 tonneaux de 100 livres entrelacés de peaux de cuirs pour éviter la friction. Vous l'aurez compris, on prenait soin de la poudre. pour la seule bataille de Trafalgar 7,5 tonnes ont été utilisé. Cette cale était blindée en cuivre pour protéger des projectiles éventuels et des rats. Du charbon était étalé sous le plancher pour absorber l'humidité : l'autre ennemi de la poudre était les étincelles.

• La soute aux cartouches est la salle ou était préparées les cartouches. Une trémie de poudre alimentait ce petit atelier où les cartouches étaient confectionnées et stockées dans des râteliers. le pont été plombé et les cloisons cuivrés pour prendre garde de toute étincelles. Durant les batailles, une chaine humaine assurait l'acheminement des coffrets de cartouches vides et le renvoi des coffrets pleins.

• La Salle des feux accueillait un foyer continu qui assurait la veille des lanternes. En ordre de bataille, c'est le capitaine d'arme et le cuisinier qui étaient chargés de cette zone.

Le reste de la cale accueille à sa base 400 tonnes de ballast composé 210 t de gueuses (lingots de fonte de 10kg environ), de galets, des réserves de vivres et 120 tonnes de boulets de canons en réserve. Les galets présents dans la cale avaient une fonction multiple :

• Les galets sont facilement déplaçables : cela permettait de rééquilibrer facilement le navire (l'assiette dans l'axe du navire et le gite de bâbord à tribord) en fonction de la charge et des besoins de navigation.

Il permettait de caler les réserves.

Les réserves en vivres assuraient une autonomie de 6 mois de navigation.

Elles étaient constituées :

• des tonneaux de poisson, porc, bœuf salé, beurres et fromages.

• des tonneaux d'eaux.

• des sacs de biscuits, d'avoine et de légumes secs.

• des tonneaux de bières, de vin et de rhum ou d'autres alcools forts séparés et stockés à l'arrière gardés en permanence par une sentinelle.

Le faux pont

Au dessus de la cale se trouvait un autre niveau de magasin : Le faux pont. Situé aussi sous la ligne de flottaison (partiellement protégé du feu ennemi), il servait :

• de soute secondaire de stockage poudres pour les canons de 12 et 24 livres

• d'infirmerie d'urgence et salle d'opération pendant les combats.

• au stockage des voiles et cordages

• de magasin-atelier du menuisier, canonnier et maitre d'équipage

• de logement du médecin, commissaire, agent aux vivres et serviteurs du capitaine

• de réfectoires des aspirants

Au rythme du quart

Toutes les 4 heures, les navigateurs se relayent à la navigation et ont à charge de sonner la cloche de quart. La barre du Victory est placée sous la dunette à l'arrière du navire. La barre est reliée aux commandes du gouvernail par des systèmes de poulies et des cordages qui traversent les ponts inférieurs. C'est ici que se relayaient toutes les 4 heures les "maitres" chargés de la navigation. Le navire avançait jour et nuit, il y avait 6 quarts par tranche de 24 h :

• 0-4 h du matin

• 4-8h du matin

• 8h-midi

• 12-16h

• 16-20h

• 20h-minuit

L'équipe de quart avait la responsabilité de la navigation mais également de la veille météo, la surveillance d'autres navires en vue ou d'obstacle éventuels ainsi que la cloche de quart. Sur le Victory, comme sur les autres navires de la même époque, la cloche de quart est l'une des pièces les plus symboliques. Elle rythmait la vie à bord des navires toutes les demi-heures jour et nuit, un coup par demi-heure, deux coups brefs par heure :

• première demi-heure du quart : 1 coup

• première heure du quart : 2 coups brefs

• 1h et demi : 2 coups brefs + 1 coup

• 2h : 2 coups brefs + 2 coups brefs

• 2h et demi : 2 coups brefs + 2 coups brefs + 1 coup

• 3h : 2 coups brefs + 2 coups brefs + 2 coups brefs

• 3h et demi : 2 coups brefs + 2 coups brefs + 2 coups brefs + 1 coup

• 4h : 2 coups brefs + 2 coups brefs + 2 coups brefs + 2 coups brefs.

Ce signal annonçait le changement de quart et le cycle de sonneries reprenait.

Anecdotes

Le fameux message de Nelson sur les mat du Victory « England expects that every man will do his duty»

Ces mots résonnent pour les anglais comme un "appel du 18 juin". Il s'agit d'un célèbre message que donna l'amiral Nelson par fanions, depuis le HMS Victory, avant de livrer bataille à Trafalgar. En commémoration, chaque 21 octobre de chaque année, le message de Nelson flotte sur le Victory.

Là ou tomba l'amiral

Une plaque commémorative sur le pont du navire, rappelle l'endroit ou Nelson a été mortellement blessé par un franc-tireur français. Cette plaque illustre l'admiration de Nelson par le peuple britannique.

A l'approche de la Bataille de Trafalgar, le capitaine du Victory, Thomas Hardy suggère à Nelson de supprimer les décorations sur sa veste, de sorte qu'il ne soit pas facilement identifié par des tireurs d'élite ennemis. Nelson répond qu'il est trop tard pour changer de vêtements, ajoutant que les décorations sont des médailles militaires et qu'il n'a pas peur de les montrer à l'ennemi. Alors que Le Victory engage le combat avec le vaisseau amiral français Le Bucentaure. Le Victory est pris pour cible par le Redoutable et le navire amiral espagnol Santísima Trinidad.

Peu de temps après treize heures, le capitaine du Victory, Hardy réalise que Nelson n'est plus à ses côtés. Il se retourne pour voir Nelson à genoux sur le pont, s'appuyant sur sa main, avant de tomber sur le flanc. Hardy se précipite vers lui et Nelson sourit, en disant « Hardy, je pense qu'ils ont enfin réussi… ma colonne vertébrale est touchée ». Il avait été touché par un tireur d'élite du Redoutable. La balle a pénétré son épaule gauche, transpercé son poumon et la colonne vertébrale avant de s'immobiliser dans les muscles dorsaux à cinq centimètres au-dessous de l'omoplate droite. Nelson est transporté au pont inférieur par deux marins et un officier avec un mouchoir sur son visage pour éviter de démoraliser les membres de l'équipage. Il agonise 3h et meurt à 16h30.

Pour respecter le souhait de Nelson d'être enterré, contrairement à la coutume des marins d'être jeté à la mer, et afin de conserver le corps de Nelson, William Beatty propose de le placer dans un tonneau d'eau-de-vie, mélangé avec du camphre et de la myrrhe Le tonneau est ensuite attaché au mât principal du Victory et placé sous bonne garde. Endommagé, le Victory est remorqué après la bataille vers Gibraltar et à son arrivée, le corps est transféré dans un cercueil doublé de plomb rempli d'eau-de-vie de vin.

Le cercueil de Nelson est renvoyé en Grande-Bretagne à bord du Victory. Déchargé au Nore, il est emmené à Greenwich et placé dans un cercueil de bois, fait à partir du mât de L'Orient qui avait été récupéré après la bataille d'Aboukir. Il reste trois jours, avant d'être remonté sur la Tamise à bord d'une barge, accompagné par Lord Hood, peter parker et le prince de Galles George IV. Le jour suivant, le 9 janvier, un cortège funèbre composé de trente-deux amiraux, d'une centaine de capitaines et d'environ 10 000 soldats prend le cercueil de l'Amirauté pour l'emmener à la cathédrale Saint-paul.

 

Musée de la technologie du Royal Navy

Ce musée est accessible en bateau à l’intérieur de cette grande base navale. Il est très grand et les photos en annexe ne vous donnent qu’une vue partielle de ce musée.

Vous pourrez voir de l’armement de tout genre, des torpilles, des sous-marins de poche, des bombes, des obus, des missiles, de la DCA, des canons, et même une coupe d’une bombe nucléaire.

Il faut absolument voir ce musée, car c’est vraiment extraordinaire.

 

          
  
Association Fort de Litroz - J.-C. Moret©   2002 - 2017